LE DIRECT
"En écoutant cette musique, j'avais l’impression d’une autre vie possible, que je n’ai pas vécue..."

Ce que dit la chanson

28 min
À retrouver dans l'émission

S’il ne devait y avoir qu’une chanson à retenir, parce qu’elle évoque un épisode marquant de votre vie, laquelle serait-elle ?

"En écoutant cette musique, j'avais l’impression d’une autre vie possible, que je n’ai pas vécue..."
"En écoutant cette musique, j'avais l’impression d’une autre vie possible, que je n’ai pas vécue..." Crédits : Lambert - Getty

Il a suffi que les Portugais l’entendent à la radio, le 25 avril 1974 peu après minuit, pour savoir que la dictature avait pris fin. La "Grândola, Vila Morena", c’est le nom de cette chanson portugaise diffusée sur la chaîne de l’Eglise catholique Rádio Renascenca, et qui signala le début de la révolution de œillets, mettant fin à plus de quarante ans de dictature au Portugal. Dans les casernes, raconte Libération, quelques centaines de militants du MFA (Mouvement des Forces Armées) attendaient ce signal pour grimper sur les jeeps et dans les chars d’assaut et rouler vers le centre de Lisbonne.

Et vous, quelle est la chanson qui a marqué votre vie ?

La "Grândola, Vila Morena" n’a pas un contenu ouvertement politique.  Zeca Afonso, son auteur, y chante la "terre de la fraternité" et "l’égalité sur tous les visages". Il veut rendre hommage à la ville de Grândola, où il avait été invité à chanter en 1964. Mais il ne l’a pas choisi par hasard : Grândola est connue pour sa tradition politique bien à gauche, d’où sont issues des générations de communistes et d’opposants à la dictature qui règne dans le pays depuis 1944. Malgré sa diffusion modeste, le chant subversif devient le point de ralliement des contestataires, et en 1974, la bande-son de la révolution des œillets.

Zeca Afonso lui, continue à militer toute sa vie et sa chanson reste dans l’imagination populaire, oubliée puis redécouverte quand il s’agit de protester contre le gouvernement, en 1995 et 2011. Dernièrement, en 2013, à l’Assemblée nationale portugaise, alors que le premier ministre Pedro Passos Coelho répond aux questions de l’opposition socialiste, des citoyens installés dans la partie réservée au public commencent à chanter la « Grândola, Vila Morena ». Symboliquement, ils chantent leur refus des nouvelles mesures de rigueur que propose le premier ministre.

1ère diffusion le 17/11/2015.

Chanson de fin : "Trois petites notes de musique" par Yves Montand (1961).

  • Reportage : Elise Andrieu
  • Réalisation : Marie Plaçais (et Philippe Baudouin)

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......