LE DIRECT
"En écoutant cette musique, j'avais l’impression d’une autre vie possible, que je n’ai pas vécue..."

Ce que dit la chanson

28 min
À retrouver dans l'émission

S’il ne devait y avoir qu’une chanson à retenir, parce qu’elle évoque un épisode marquant de votre vie, laquelle serait-elle ?

"En écoutant cette musique, j'avais l’impression d’une autre vie possible, que je n’ai pas vécue..."
"En écoutant cette musique, j'avais l’impression d’une autre vie possible, que je n’ai pas vécue..." Crédits : Lambert - Getty

Il a suffi que les Portugais l’entendent à la radio, le 25 avril 1974 peu après minuit, pour savoir que la dictature avait pris fin. La "Grândola, Vila Morena", c’est le nom de cette chanson portugaise diffusée sur la chaîne de l’Eglise catholique Rádio Renascenca, et qui signala le début de la révolution de œillets, mettant fin à plus de quarante ans de dictature au Portugal. Dans les casernes, raconte Libération, quelques centaines de militants du MFA (Mouvement des Forces Armées) attendaient ce signal pour grimper sur les jeeps et dans les chars d’assaut et rouler vers le centre de Lisbonne.

Et vous, quelle est la chanson qui a marqué votre vie ?

Une passante a connu dans sa jeunesse un garçon qui savait très bien dessiner, et dont elle était très amoureuse. Elle est devenue amie avec lui, mais sans oser jamais le séduire." Mon amant de Saint-Jean" de Lucienne Delyle exprime avec justesse cette histoire d'amour, au point qu'elle ne peut plus l'écouter. 

Comment ne pas perdre la tête, serrée par des bras audacieux....♪♫

Je me suis mariée avec un autre homme. Mais alors que mon mariage battait de l'aile, nous nous sommes rapprochés. 

Nous avons joué à un jeu de tarot, et la carte que j'ai tiré disait : "une personne se rapproche de vous, si les sentiments sont sincères, vous vivrez une belle histoire." 

Mais hélas, à Saint-Jean comme ailleurs...un serment n'est qu'un leurre...♪♫ j'étais folle de croire au bonheur ♪♫

Tout était parfait, j'avais l'impression d'avoir déjà vécu cette histoire d'amour avec lui. Mais j'avais un lien viscéral à mon mari. Le quitter me donnait trop de chagrin, je ne voulais pas qu'il se dise que je l'avais quitté pour un autre. 

Un passant, cite le poème "L'Etrangère" d'Aragon, chanté par Léo Ferré. 

C'est le mot "quand ma hâte la délia, sa robe tomba vite vite, quand ma hâte le délia". Ce mot-là, c'est précisément l'image que j'ai de cette femme qui bougeait, qui improvisait une danse devant moi.

Un jeune homme, "The Dark side of the moon" de Pink Floyd. 

Mon père disait que les choses importantes dans la vie, c'est ça : des petits espaces de confiance, d'intimité, d'amour et de connexion avec un autre. 

J'écoutais cette chanson, blotti dans les bras de mon père, alors qu'il était mourant. 

1ère diffusion le 17/11/2015.

Chanson de fin : "Trois petites notes de musique" par Yves Montand (1961).

  • Reportage : Elise Andrieu
  • Réalisation : Marie Plaçais (et Philippe Baudouin)
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......