LE DIRECT
Épisode 1 :

La destruction

30 min
À retrouver dans l'émission

A l’occasion du 101e anniversaire de l'indépendance de l'Afghanistan, retour avec le journal sonore de Sonia Kronlund, sur les bouddhas de Bamiyan, leur destruction par les talibans en 2001, les histoires et légendes sur la vallée des statues, racontées par les habitants.

Crédits : Ferrante Ferranti

Le 19 août 1919, le Traité anglo-afghan signe l'indépendance de l'Afghanistan. C'est donc à l'occasion de cet anniversaire que nous vous proposons de découvrir ou de réécouter la série de Sonia Kronlund : Ce que voient les Bouddhas. 

Episode 1 : La destruction 

Sonia Kronlund se rend une à deux fois par an en Afghanistan, elle s'est attachée à ce pays. Son fils trouve ça "chelou" mais aussi "stylé". Ce qui est aussi stylé cette fois, c'est qu'elle est invitée par l'ambassade de France. Mais sous leur responsabilité, elle doit respecter des consignes de sécurité strictes, notamment pendant les quinze minutes de trajet, entre l'aéroport et l'ambassade, en voiture blindée. 

Je dois vraiment mettre ce gilet pare-balles ? Ça pèse quoi ? Trente kilos ? 

Elle se rend à l'ambassade pour le quinzième anniversaire de la destruction des bouddhas de la vallée de Bāmiyān. A cette occasion, Sonia a promis de faire un journal sonore, quelque chose qui ressemble à ce qu'on a l'habitude d'entendre aux Pieds sur terre et qui raconte la vie des Afghans. 

Je vais me confronter personnellement aux halos, c’est déjà un programme. Je vais prendre le point de vue des bouddhas. Et raconter ce qu’ils voient.

Sonia rencontre un des fondateurs du mouvement taliban pour comprendre ce qui a a motivé la destruction des bouddhas en 2001. 

La décision a été prise à l'époque par le ministre de la promotion de la vertu et de la répression du vice. C'était une décision islamique, rien ne s'y opposait. 

Le décret ordonne que toutes les statues doivent être détruites pour éviter leur vénération, bien qu'il n’y plus de bouddhistes depuis une dizaine de siècles. L’événement provoque une indignation mondiale. Il faut se rendre à Bāmiyān, rencontrer les habitants, pour comprendre ce que représentent ces statues et leur destruction.   

On a l'impression d'avoir perdu les trois quarts de notre vie. 

Avant leur destruction, les Talibans tapaient les statues avec leurs chaussures, de façon à y imprimer les traces de leur semelles, pour humilier le bouddhisme.

Un jeune diplomate, Guillaume, accompagne et guide Sonia sur les hauteurs de ces bouddhas.

Il y a ce fameux bouddhas allongé dans les écrits, que personne n'a jamais retrouvé mais qui serait une merveille. Il faut imaginer que les bouddhas étaient ornés et couverts de peinture. 

La vague talibane iconoclaste, n'a pas été la première à s'attaquer aux bouddhas, il y en a eu d'autres. 

Sonia rencontre un briseur d'idole célèbre, qui a été contraint à détruire les bouddhas. 

On était encerclés par les Talibans. Si on avait tenté quelque chose, ils auraient brûlé nos maisons et tué nos familles.

Ils voulaient les détruire au marteau-piqueur puis ils ont compris que ça ne marcherait pas. Les Talibans sont alors allés chercher des explosifs, puis ils nous ont dit de les faire exploser. Ça a duré quinze jours. 

Said habite à Bāmiyān, et a été témoin de la scène de destruction. 

Ils nous ont choisis nous, car en tant que chiites, on ne vaut rien à leurs yeux. Si une décharge explosait, ça n’importait pas. Ils voulaient détruire notre héritage culturel, la vénération était un prétexte. 

Des gens sont morts durant cette destruction. Les Talibans allaient tous les jours aussi dans les villages tuer des gens. 

Ces deux bouddhas étaient amoureux. Ils se sont enfuis et ont été transformés en statues. C'est seulement une légende. 

Sonia décide de croire à cette légende qui fait des bouddhas des symboles d’amour plus que des idoles, et se demande si des histoires similaires existent en Afghanistan...

Musique de fin : "Khaar" par Kourosh Yaghmaei - Album : "Rangarang" (2011) - Label : Vampisoul

Lien vers une vidéo sur le reportage de Sonia Kronlund à Bamiyan

  • Reportage : Sonia Kronlund
  • Réalisation : Angélique Tibau
Bamiyan
Bamiyan Crédits : p.pleutin/24 Images
Crédits : p.pleutin/24 Images

Première diffusion : 7 mars 2017 

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......