LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La contraception masculine : innovations !

Hommes contraceptés

28 min
À retrouver dans l'émission

Maxime a décidé de se contracepter via une méthode thermique. A partir de matériaux de plomberie trouvés dans un magasin de bricolage, il élabore un prototype qu'il teste lui-même. Dylan, lui, a participé à une étude scientifique et s'est injecté de la testostérone de manière hebdomadaire.

La contraception masculine : innovations !
La contraception masculine : innovations ! Crédits : Toshiro Shimada - Getty

Maxime est infirmier. Un jour, il décide d'essayer la contraception thermique. A partir de matériaux de plomberie trouvés dans un magasin de bricolage, il élabore un prototype qu'il teste lui-même. Des analyses médicales confirment rapidement que son "anneau" fonctionne. Depuis, il a créé sa start-up et propose des anneaux en silicone pour se contracepter : c'est ce qu'il appelle l'"androswitch". Pour se contracepter, Dylan, lui, a participé à une étude scientifique à l'hôpital Cochin et s'est injecté de la testostérone de manière hebdomadaire. La méthode fonctionne et a eu de nombreux effets sur son corps, jusqu'à ce qu'il soit obligé d'arrêter brutalement les injections.

Les injections de testostérone 

Dylan, trente-six ans, a été élevé par une mère "plus que féministe, et un peu misandre". Lorsqu'il s'installe dans une relation longue avec une femme, c'est donc tout naturellement qu'il souhaite partager avec la personne qu'il aime "la charge mentale de la contraception". Il prend contact avec un andrologue, en poste à l'hôpital Cochin, qui réalise une étude sur la contraception masculine hormonale par injection de testostérone. Dans un élan de "vision progressiste", il saute le pas. 

Il réalise un premier spermogramme, de manière à évaluer la mobilité, la vitalité, la forme et le nombre de spermatozoïdes présents dans son sperme. Une fois les contrôles réalisés, il commence les injections. 

"J'ai moins besoin de dormir. Je récupère beaucoup plus vite, je cicatrise plus vite, je perds de la graisse, je prends du muscle sans rien faire, je me sens en pleine forme. Le plus compliqué professionnellement, c'était de gérer mon agressivité parce que je développe de l'agressivité. J'ai eu des érections incontrôlées." Dylan

La compagne de Dylan arrête sa contraception. Mais quelques mois plus tard, les examens médicaux sont mauvais : Dylan risque la phlébite. Il lui faut tout arrêter. Parallèlement, sa femme reprend la pilule pour retrouver des règles moins douloureuses. "C'est presque plus simple", confie Dylan. Il regrette néanmoins les injections... 

"Des fois, je fantasme sur mon ancien corps. Je me rappelle de l'influence physique de la testostérone sur moi et je la cherche en vain. Elle me manque." Dylan 

Dylan ne se désintéresse pas pour autant de la question contraceptive et regrette de voir que ses amis hommes n'y accordent aucun intérêt... 

L'avant-garde du slip chauffant 

Après que sa copine lui a confié qu'aucune contraception ne lui convient vraiment, Maxime décide de se renseigner sur la contraception masculine. En regardant sur Internet, il découvre alors la méthode thermique. Ni une ni deux, il décide de remonter ses testicules pour en déséquilibrer la température et stopper la création de spermatozoïdes.  

"Je suis allé dans un magasin de bricolage. Je suis allé chercher des anneaux de plombier, des anneaux toriques et j'étais à la fois vachement excité à l'idée de me remonter les testicules et en même temps, un peu paniqué." Maxime 

Le jeune homme rentre chez lui et passe alors à l'action ! Non sans quelques difficultés, il enfile l'anneau pour remonter ses testicules. 

"Je me suis mis à marcher dans la rue. Et là, je me dis que je suis le seul gars dans toute cette ville à avoir les testicules remontés !" Maxime

Mais l'installation est précaire et lui brûle la peau. Maxime demande de l'aide à un ingénieur etse fait fabriquer un anneau en silicone.

"Pour mettre l'anneau, il faut passer d'abord sa verge à l'intérieur. C'est comme passer un anneau à un doigt. Une fois que vous avez passé votre verge dedans délicatement, vous allez chercher la peau du scrotum sous la racine de la verge depuis l'intérieur de l'anneau et vous la tirez délicatement dans l'anneau." Maxime

Régulièrement, pour vérifier que l'anneau est bien efficace, Maxime réalise des spermogrammes. En deçà d'un million de spermatozoïdes actifs, l'individu est considéré contracepté. C'est ce qui passe pour Maxime, qui, fier de son succès et souhaitant le partager avec le plus grand nombre, décide de commercialiser son anneau sous le nom d'"androswitch".  

"Je me suis transformé d'un infirmier en grande précarité à un "artisan de l'anneau" ! Maintenant, c'est devenu une petite entreprise artisanale, familiale. On est dans trente pays dans le monde." Maxime

Au-delà de la success story, Maxime est heureux de la confiance que lui accorde sa compagne, qui a désormais pu abandonner la contraception hormonale.   

Merci à Dylan et à Maxime.

Pour aller plus loin, vous pouvez lire ici une version écrite du témoignage de Dylan :

Aurélie Darbouret, Contraception, enfin le tour des hommes ? Notre journaliste s'est fait stériliser pour mener l'enquête, NEON, 26 juin 2019.

Reportage : Clément Baudet 

Réalisation : Emily Vallat

Mixage : Pierre Monteil 

Musique de fin : "Tata" de Johan Papaconstantino.

L'équipe
Coordination
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
Stagiaire
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......