LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"En France, des milliers d'enfants sont à la rue ou dans des hébergements précaires" dénoncent 12 organisations signataires d'un manifeste publié mercredi 20 novembre 2019

Des enfants sans toit ni loi pour les abriter

28 min
À retrouver dans l'émission

Aïcha et Sami, respectivement 10 et 12 ans, dorment dehors depuis six mois. Sara, 28 ans et sa fille ont été expulsées de leur logement cet été, sans solution de relogement. Chacun raconte ses nuits d’errance, sans sommeil et sans-abri.

"En France, des milliers d'enfants sont à la rue ou dans des hébergements précaires" dénoncent 12 organisations signataires d'un manifeste publié mercredi 20 novembre 2019
"En France, des milliers d'enfants sont à la rue ou dans des hébergements précaires" dénoncent 12 organisations signataires d'un manifeste publié mercredi 20 novembre 2019 Crédits : Xavier Rossi / Gamma-Rapho - Getty

Elles sont douze associations à s’être réunies pour publier, en novembre dernier, un manifeste indigné et demander des moyens supplémentaires. Il y a la Fédération des acteurs de la solidarité, la Fondation Abbé Pierre, le Samusocial de Paris ou encore Unicef France... Ces associations indiquent que chaque soir il y a à Paris 700 enfants qui dorment à la rue avec leurs parents. Qu’en France ce sont des milliers d’autres enfants qui sont sans abri ou très précaires. Et que par ailleurs, 20 000 mineurs vivent à l’hôtel en Île-de-France avec leur famille. Depuis le début de l’année, huit d’entre eux, mineurs, sont morts dans la rue selon le Collectif Morts de la Rue. "Cette situation est indigne de la France, sixième puissance économique mondiale et signataire de la Convention internationale des droits de l’enfant", ajoutent ces associations

Les Pieds sur terre sont donc partis à la rencontre de ces enfants sans toit ni loi pour les abriter. Chacun raconte ses nuits d’errance, sans sommeil et sans-abri. À Paris notamment, le nombre de familles à la rue est en forte augmentation et le système d’hébergement d’urgence, saturé. Frère et sœur, Sami et Aïcha, respectivement 12 et 10 ans, dorment dehors depuis six mois.

Sami, 12 ans : 

Nous n'avons pas d'hébergement. Il y a six mois, nous avons passé notre première nuit dehors. Un monsieur nous a donné des couvertures et nous avons dormi au parc. Ma mère a dormi sur le banc et moi et mes sœurs, nous avons dormi par parterre, sur l'herbe. Et parfois l'herbe est mouillée.

Mes amis du collège ne sont pas au courant que je dors dans la rue. Parfois, je leur dis que j'ai une maison car si je leur dis la vérité, ils ne vont plus me parler. Ils ne vont plus m'aimer. Déjà qu'ils me reprochent de porter toujours les mêmes habits...

J'ai peur de devoir rester toute ma vie dans la rue, c'est ça qui me fait flipper.

Aïcha, 10 ans :

Dès fois, les passants nous regardent bizarrement alors je me cache le visage avec ma capuche. Mais pourquoi croyez-vous que nous sommes là ? On ne fait pas exprès !

Moi, si j'étais présidente ou maire, je donnerais à toutes les familles qui vivent dans la rue, un logement.

Sara, 28 ans, et sa fille ont été expulsées de leur logement cet été, sans solution de relogement. 

C'est un 28 juin, à 9 heures du matin, que je suis expulsée de mon appartement, juste avant les vacances scolaires. Heureusement, ma fille n'était pas présente à ce moment-là car elle était à l'école. Trois policiers et un huissier ont débarqué. J'étais prise de panique. Je leur ai demandé combien de temps j'avais et ils m’ont dit qu'il fallait faire vite. J'ai donc pris avec moi quelques affaires et je me suis retrouvée dehors, sans relogement... Je me suis effondrée.

A 28 ans, on ne s'imagine pas se retrouver dans ce genre de situation avec son enfant. Psychologiquement, c'est dur.

  • Reportage Olivia Müller
  • Réalisation : Clémence Gross

Merci à : Aïcha et Sami, Sara, Nathalie Martz, Samia Abdi et Violette Volson.

Après la diffusion de l'émission, Sami, Aïcha et leur famille sont finalement hébergés dans un hôtel de la région parisienne, pour une durée d'un mois renouvelable.
 

Référence musicale de fin d’émission

  • Chanson de fin : "The Day The Sun Came" de Raashan Ahmad feat. Keren Ann - Album : The Sun - Labal : B Sides - 2019

Pour aller plus loin

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......