LE DIRECT
-

Faits divers : des clous et une découverte macabre

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans la banlieue de Toulouse, les habitants du quartier du Récébédou sont victimes depuis trois ans d'un mal mystérieux : des clous sont jetés dans les rues et les crevaisons ne cessent de se multiplier. A Lille, un inspecteur en salubrité a fait une découverte macabre dans une maison abandonnée.

-
- Crédits : Baziz Chibane - Maxppp

Dans le quartier de Récébédou, à Portet-Sur-Garonne non loin de Toulouse, les habitants sont excédés. Pour cause : depuis 2013, des clous sont régulièrement jetés dans les rues, crevant les pneus des voitures. L'exaspération mène les riverains à se réunir et à nettoyer les rues. Redoublant d'ingéniosité, ils inventent des outils pour combattre le mal qui sévit : aimants de baffle collés sur des manches à balai, poussette et voiture téléguidées équipées d'aimants pour attraper les clous au passage. 

On s'est organisés mais ça dure toujours. La gendarmerie a enquêté, ils ont ramassé des clous et fait des analyses mais il ne se passe rien.   
Il y a toujours des clous ! 

L'infirmière a crevé trente-cinq fois et le kiné aussi, il a dit qu'il n'allait plus venir au Récébédou à cause de ça.         
Les gens aujourd'hui sont obligés de contracter des crédits pour acheter des pneus.

Les résidents du quartier ont créé un collectif pour lutter contre les clous, ils enquêtent eux-mêmes pour tenter de démasquer le coupable. 

C'est un pervers. Il y a une pathologie mentale là-dessous, on ne peut pas qualifier cette personne de "saine d'esprit". 

On se regarde bizarrement dans le quartier. On essaie de démasquer cette personne qui est tout près de nous. 

La chose positive, c'est que cela a créé de l'entraide dans le quartier.

Il y a maintenant sept ans, à Lille, un inspecteur en salubrité explore une maison abandonnée à la demande des habitants du coin, gênés par les pigeons qui y prolifèrent. Sur place, l'inspecteur fait une découverte incroyablement sinistre...  

J'ai simplement poussé la porte et elle s'est ouverte tout doucement, alors je suis entré dans la chambre et puis tout de suite, boum ! J'ai vu le squelette. 

Les pigeons de cette maison étaient très agressifs.On aurait dit les oiseaux d'Hitchcock. 

C'était triste, comme une sépulture ouverte. Son lit était son tombeau. 

Chanson de fin : "Settle" par Two door cinema club - Album : "Beacon" (2012) - Label : Kitsune.

  • Reportage : Clément Baudet 
  • Réalisation : Anne Kobylak (et François Caunac)

Première diffusion : 04/01/2016

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......