LE DIRECT
Manifestation des salariés de France Télécom

France Télécom : "Non, se suicider, ce n’est pas une mode !"

27 min
À retrouver dans l'émission

Jack Bigré, 54 ans, était cadre d'exploitation chez France Télécom. Il a tenté de se suicider le 13 octobre 2009. Il raconte son mal être au travail

Manifestation des salariés de France Télécom
Manifestation des salariés de France Télécom Crédits : Frederick Florin - AFP

Frappée par une épidémie de suicides à la fin des années 2000, France Télécom a été la première entreprise du CAC 40 mise en examen pour harcèlement moral. "Incitations répétées au départ", mobilités "forcées", missions "dévalorisantes", "isolement": dans leur ordonnance de plus de 650 pages, les juges ont retenu une longue liste de pratiques répétées qui constituent selon eux, "une politique d'entreprise visant à déstabiliser les salariés" et "à créer un climat professionnel anxiogène". L’affaire débute en 2006, deux ans après la privatisation de France Télécom ; lorsque l’exigence de productivité à tout prix commence à peser sur la santé psychique des salariés. D’après les syndicats et la direction, trente-cinq salariés se seraient suicidés entre 2008 et 2009. 

Le 6 mai 2019 s’est ouvert le procès de France Télécom - désormais Orange - “en tant que personne morale” , pour harcèlement moral ou complicité au harcèlement moral. 

L’occasion de réécouter l’histoire de Jacques Bigré, salarié à France Télécom, qui avait tenté à cinquante-quatre ans de se pendre chez lui avant d’être miraculeusement sauvé par les marins-pompier. Il raconte comment France Télécom l’a broyé. 

Didier Lombard a dit que c’était un phénomène de mode. Non, se suicider, ce n’est pas une mode. Jacques

Lorsqu’il entre à France Télécom, sur concours, comme fonctionnaire, Jacques est d’abord heureux de participer au fonctionnement d’une si prestigieuse entreprise nationale. Mais peu à peu, le statut de France Télécom évolue, ses pratiques aussi. 

Avec la privatisation, les exigences de l’entreprise changent, ainsi que la pression qui pèse sur les salariés.

Il ne faut pas seulement être suffisant, il faut se dépasser et se dépasser à moindre coût. Et si tout le monde se dépasse on met la barre un peu plus haut donc c’est la course à la productivité. Jacques

On n’ose même pas dire qu’on fait des heures supplémentaires car ça fait partie de la tâche première. Jacques

Heures supplémentaires devenues obligatoires, rabaissement; agressivité, stress, bruit de téléphone en permanence dans l’open space : peu à peu, Jacques se sent submergé, comme de nombreux autres de ses collègues.

Les open space chez France Télécom
Les open space chez France Télécom Crédits : Guy Gio - Maxppp

J’étais déprécié par rapport à ma valeur, comme si j’avais été une valeur boursière en hausse et que d’un coup je devenais une valeur qu’on pouvait supprimer du CAC40. Jacques

"Je ne dormais plus, je ne mangeais plus, je me suis senti atteint dans ma structure humaine, j’étais en rejet total même de ma personnalité. J’avais été décervelé, et quand on n’a plus de cerveau plus rien ne fonctionne."Jacques

Il finit par décider de mettre fin à cette vie d’angoisse, à n’importe quel prix.

  • Reportage : Charlotte Bienaimé
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy (et Massimo Bellini) 

Chanson de fin : "Au Suivant" (live) par -M- (reprise de Jacques Brel) - Album : Le tour de M (2003) - Label : Parlophone France

Première diffusion le 30 mars 2010

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie  de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......