LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Pour les acteurs hospitaliers, la mort est vécue comme une incongruité, un échec, et à ce titre largement occultée" soulignait l'Inspection générale des Affaires Sociales en 2010.

Good Doctor, expériences d’internes à l'hôpital

28 min
À retrouver dans l'émission

Baptiste Beaulieu et Sabrina Ali Benali sont deux jeunes médecins passionnés par leur travail. Ils racontent leurs premières expériences en tant qu’internes à l’hôpital.

"Pour les acteurs hospitaliers, la mort est vécue comme une incongruité, un échec, et à ce titre largement occultée" soulignait l'Inspection générale des Affaires Sociales en 2010.
"Pour les acteurs hospitaliers, la mort est vécue comme une incongruité, un échec, et à ce titre largement occultée" soulignait l'Inspection générale des Affaires Sociales en 2010. Crédits : alvarez - Getty

Sabrina Aurora Ali Benali et Baptiste Beaulieu sont deux jeunes médecins. La première exerce aujourd’hui à Paris ; le second, dans la région toulousaine. Ils nous racontent leurs débuts d'internes à l'hôpital. 

Sabrina trouve sa vocation à la suite d’un accident dont elle sort indemne à l'âge de huit ans. Elle décide alors de devenir médecin. Au terme d’un long parcours académique, elle entre dans un hôpital, au service de cardio-pédiatrie, pour y faire son stage d’internat. 

"On arrive avec des trucs canons : des portes blanches automatiques, ça sent l’hôpital, le paradis quoi. C’est comme une histoire d’amour qui débute ; c’était un émerveillement

La jeune patiente Lili est atteinte d’une grave maladie cardiaque ; elle est en attente d'une greffe. Sabrina s’identifie à cette petite fille dont la maladie réveille ses traumas d’enfance.

"Je m’attache à une gamine qui a le même âge que moi au moment où j’étais hospitalisée"

Elle apprend que Lili a succombé des suites de son opération. Comment faire face à la mort quand on se donne pour mission de sauver des vies ? 

A 23 ans, Baptiste fait ses premiers pas à l'hôpital en tant qu'interne. Sa formation théorique ne l'a pas préparé aux difficultés d’exercice en milieu hospitalier. 

"La fac de médecine, c’est une école coranique. Pendant 10 ans, on a la tête plongé dans les livres. On répète les mêmes choses, une longue litanie de pathologies qui peuvent nous tomber dessus au cours d’une existence humaine. Dans ces livres, on nous dit : le patient vient ; il présente des symptômes ; vous faites des examens complémentaires ; vous faites un diagnostic ; vous lui donnez un traitement et tout va bien ! La réalité du terrain est pourtant bien différente"

"L’essentiel de notre boulot, c’est d’écouter. On devient écoutant"

  • Reportage Leïla Djitli
  • Réalisation : Yaël Mandelbaum
L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......