LE DIRECT
Un soldat bosniaque enlace sa petite amie, à Sarajevo, en novembre 1995.
Épisode 5 :

"Pendant la guerre, j'ai tué"

28 min
À retrouver dans l'émission

Gilles et Bernard sont des anciens de la guerre d'Algérie... Dans leur jeunesse, l'un comme l'autre ont été entraînés, disent-ils, sur la pente de l'irréparable. Ils ont tué ou ont été responsables de la mort d'un autre homme, malgré eux.

Les parachutistes du colonel Bigeard interrogent, le 14 mars 1957, Omar Merouane, soupçonné d’avoir commis de nombreux attentats, qu’ils viennent d’arrêter à Saint-Eugène en Algérie, pendant la guerre d’Algérie.
Les parachutistes du colonel Bigeard interrogent, le 14 mars 1957, Omar Merouane, soupçonné d’avoir commis de nombreux attentats, qu’ils viennent d’arrêter à Saint-Eugène en Algérie, pendant la guerre d’Algérie. Crédits : Jacques Grévin/Intercontine - AFP

Ils ont tué ou ont été responsables de la mort d’un autre homme, malgré eux. Depuis, ils ont adhéré à l'association 4ACG pour Anciens Appelés en Algérie et leurs Amis Contre la Guerre qui s'engagent à verser leur pension de guerre à des bonnes œuvres en Algérie.

Gilles est envoyé en Algérie alors qu'il a tout juste vingt ans. Il arrive dans ce "département français" qu'il connait mal, sans vraiment comprendre les raisons du conflit. Etant une toute jeune recrue, il écoute les ordres, ou du moins il tente jusqu'à ce qu'on lui demande d'attacher un homme, défiguré par les coups, à un piquet. Il assiste à l'exécution de l'homme en question, complètement impuissant et traumatisé pour le reste de son existence.  

« Nos regards se sont croisés. J’ai vu dans ses yeux qu’il demandait de la compassion. »

« Pour moi c’était un attentat, on venait de tuer un homme sans défenses, sans justice, sans arme. »

Bernard, lui, se positionne par rapport à la guerre d'Algérie, il n'est pas question qu'il y participe, d'une part parce qu'il ne veut pas aller à la guerre, d'autre part parce qu'il est contre cette guerre puisque pour lui, l'Algérie a droit à son indépendance. Il demande à partir à Madagascar, mais il est envoyé en Algérie, malgré lui. Une fois sur place, il arrête de penser, accepte la situation et devient sergent et finit par tuer un prisonnier au cours d'une "corvée de bois"

« Sans m'en rendre compte, je suis entré dans la guerre et j'ai épousé les objectifs de l'armée française. »

«On faisait croire aux prisonniers qu'on les emmenait chercher du bois, on les conduisait dans la forêt et on leur tirait dans le dos. »

« Le prisonnier avait été récupéré par les responsables du bataillon et puisque c'était un chef, ils l'ont forcé à donner des renseignements sur ses camarades et les activités de son groupe. Et un beau jour, on nous l'a ramené pour qu'on l'exécute. C'était une pratique générale de l'armée française, on exécutait les prisonniers une fois qu'on leur avait soutiré tout ce qu'on pouvait, quand ils ne mourraient pas sous la torture. »

« Il y avait autant de manières d’exécuter les gens que la barbarie humaine peut imaginer.» 

  • Reportage : Thibaut Cavaillès
  • Réalisation : Philippe Baudouin (et François Caunac)

Chanson de fin : "I see a darkness" par Johnny Cash - Album : "American III : solitary man" (2000) - Label : American recordings.

Première diffusion : 27/09/2017

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......