LE DIRECT
Les poils, ce tabou ?

Hommes à barbe et femmes à poils

28 min
À retrouver dans l'émission

Entre discrimination islamophobe et injonction sociale, deux histoires de pilosité dérangeante avec une barbe et des poils d'aisselles.

Les poils, ce tabou ?
Les poils, ce tabou ? Crédits : Henry Horenstein - Getty

On parle souvent des cheveux longs, des cheveux courts, crépus, lissés, cachés, voilés, dressés en crête ou de couleur, parce qu'ils sont affaire de morale autant que de politique ou de religion. Pour autant, les poils sont-ils des cheveux comme les autres ? 

Il y a l'image du vieillard sage avec sa longue toison. Il y a aussi les poils pubiens dans l'Antiquité égyptienne, rasés pour des raisons d’hygiène, mais que les nobles reproduisaient grâce à un postiche, afin de se "distinguer"  du reste de la population. Il y a encore la barbe des Russes que Pierre le Grand souhaitait faire couper à la mode occidentale parce qu'elle est has been. Il y a, enfin, plus près de nous, les poils des jambes de la top model Arvida Byström et qui divisent les partisans et les opposants. 

Il y a aussi et surtout, dans le cas de Bérénice, une manière de prendre les conventions à rebrousse-poil. "Couvrez ces poils que je ne saurais voir", diraient certains. 

À Strasbourg, pendant une représentation du Werther de Massenet, les aisselles de cette jeune actrice et figurante ponctuelle ont fait scandale. Le fait est que Bérénice a pris pour habitude de se laisser pousser les poils après une pièce sur les Amazones. Elle était la seule à avoir fait cette démarche. Lorsqu'elle figure dans Werther, pourtant, tout se gâte. Les équipes de l’Opéra sont dérangées par ses poils jugés inconvenants. 

Toutes les filles de l’atelier maquillage cherchaient comment faire pour planquer mes poils d’aisselles. 

Bérénice ne comprend pas et souhaite avoir du temps pour réfléchir quant à l'avenir de ses poils. Elle ne saisit pas réellement les bruits de couloir, les rumeurs et autres conversations dont elle a vent :

J’étais très en colère, je me suis sentie un peu acculée. On attendait de moi que j’exécute les ordres sans avoir droit à la discussion, et pour quelque chose qui touche intimement à mon corps et à mes choix. 

Le scandale pileux se solde par une épilation :

L’opéra m’a pris rendez vous chez Yves Rocher et la cheffe de l’atelier maquillage a tout payé pendant que j’allais me faire épiler.

A 900 kilomètres de là, à Bordeaux, d'autres poils ont aussi causé des problèmes. Amin est musulman, mais c'est surtout un grand gabarit. Depuis la puberté, il chérit sa barbe :

C’est comme si j’étais né avec. Quand je la touche, elle me fait du bien, elle me déstresse. Elle est mignonne, ma petite barbe.

La barbe est de l'ordre de la sunna (tradition) dans la religion musulmane : le prophète en avait une. Qui plus est, selon Amin, c'est un élément de style, puisque les hipsters ont pris l'habitude de l'arborer fièrement depuis quelques années.

Néanmoins, c'est en cherchant du travail que sa barbe lui complique la vie. Après un entretien pour devenir vendeur dans une galerie marchande, le père de famille est surpris de ne pas avoir de nouvelles. Au téléphone, la responsable finit par évoquer ce problème. Si Amin croit d'abord à une blague, la responsable est tout à fait sérieuse :

J'ai peur que ça fasse peur aux gens.

Amin monte au créneau : en plus d'être grand et imposant, sa barbe ferait peur. On lui demande d'y renoncer, sous prétexte qu'il pourrait aussi inquiéter les agents de sécurité de la grande distribution.

C'est donc une forme d'islamophobie aussi originale qu'inédite qui se présente à Amin, qui la connait pourtant bien depuis son arrivée en France à 3 ans. Dans ce cas, toutefois, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase...

Des nouvelles :

Depuis, Bérénice a continué à travailler pour l’opéra et le cinéma malgré le confinement. Elle s’est aujourd’hui formée à la prise de vue vidéo et aimerait réaliser des films.

La plainte d’Amine a été classée sans suite par le procureur de la République de Bordeaux qui a estimé qu’il n’y avait pas de preuves de discrimination malgré l’enregistrement de la conversation. Chauffeur VTC, son activité a été fortement réduite depuis le premier confinement, aujourd’hui il s’occupe de ses filles à la maison comme papa au foyer.

Reportage : Clément Baudet

Réalisation : Clémence Gross

Merci à Amin et Bérénice pour leurs témoignages.

Musique de fin : "Fur", Monsters - Album : Sesame Street - Monster Melodies, 1996 - Label : Mis.

Première diffusion le 04/04/2018.

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......