LE DIRECT
La Liberté guidant le peuple au Musée du Louvre

La Liberté guidant le peuple

28 min
À retrouver dans l'émission

Au musée du Louvre, devant le fameux tableau de Delacroix, la Liberté guidant le peuple, échos et propos inspirés d'une France en crise.

La Liberté guidant le peuple au Musée du Louvre
La Liberté guidant le peuple au Musée du Louvre Crédits : David Himbert / Hans Lucas - AFP

Le tableau d'Eugène Delacroix de 1831, inspiré par les journées de révolte des Trois glorieuses, est-il un possible miroir des préoccupations du moment ? Révèle-t-il les désirs et les désillusions d'une France en crise ? Propos et réactions de visiteurs qui l'observent au Musée du Louvre à Paris :

C'est un  peu le symbole de la République (...). C'est une très belle image de la révolte, de la rébellion, de la révolution. Elle donne envie de faire la révolution.

Je suis au chômage. Je suis paumé en ce moment. Qu'est-ce que je vais faire ? Quand je vais voir Pôle Emploi, c'est plus déprimant qu'autre chose... Dans ma situation, il faut que je prenne les armes et que j'aille braquer une banque ?

Je trouve que c'est bien que le peuple se révolte, parce qu'on ne peut pas tout accepter. Je pense qu'il faut qu'il se passe quelque chose, parce que ça ne peut pas continuer comme ça.

J'avoue que la politique je m'en désintéresse presque, ça doit être l'âge. (...) On se sent un peu hors-circuit, je trouve que ça va trop vite. Moi, je suis célibataire, dans un sens vous ne choisissez pas, c'est le destin, les rencontres qui ne se font pas, ou se font mal, c'est le temps qui vous aide... Si j'avais fait un mariage réussi, avec des enfants, j'aurais été heureuse. Là ça donne un peu l'impression d'une vie... des fois on se dit "qu'est-ce que je fais là", les grandes questions métaphysiques auxquelles on ne peut pas répondre... On ne peut pas dire une vie ratée, on essaye de faire le moins de mal possible, mais c'est pas non plus ce qu'on aurait pu espérer. Parce que vivre seule, c'est pas toujours facile.

Il se battent pour quoi, d'ailleurs ? Je ne sais même pas pourquoi ils se battent...

On se fait plaisir mais on fait super attention. Moi maintenant, c'est une calculette dans la tête et, partir en vacances, c'est super difficile. Je pense qu'il y aura un autre mai 68, c'est clair et net.

Je crois surtout que si on ne se bat pas, on n'a rien.

Là, on a envie de la suivre parce qu'elle est imposante ! (...) C'est une vision, un idéal, moi j'aimerais bien aujourd'hui qu'il y ait une fille comme ça et qu'on ait envie de la suivre.

Production : Delphine Saltel

Réalisation : Nathalie Battus

Première diffusion le 25 octobre 2010

À venir dans ... secondes ...par......