LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La petite marchande d'allumettes évoquée par Gabrielle

La petite fille aux allumettes

28 min
À retrouver dans l'émission

Ils ont entre 5 et 9 ans, ont entendu le conte d'Andersen et expliquent à leur manière ce que veut dire pour eux la pauvreté, l'indifférence et la mort, mais aussi l'espoir, la chaleur et le rêve.

La petite marchande d'allumettes évoquée par Gabrielle
La petite marchande d'allumettes évoquée par Gabrielle Crédits : Elise Andrieu

Que se passe-t-il quand on lit "La petite fille aux allumettes" à plusieurs classes d'écoles Montessori primaires parisiennes?

Ce document nous propose une relecture du conte d’Andersen à l’aune du regard de l’enfance. Des enfants qui lisent avec leurs yeux et leurs voix, écoutent avec leurs oreilles et leur imaginaire et parlent avec leurs mots et leurs idées. Le conte transforme le nouvel an, la neige, les fêtes, tout ce qui pour les enfants est lié à la magie, en tragédie. 

L'histoire de la petite fille est celle de la solitude, de la mort, du froid, de la violence. Qu'est ce que le drame humain de cette enfant inspire à ses plus jeunes lecteurs?

Je pense que c'est une histoire inventée parce que ce n'est pas possible de battre un enfant. 

A sa place j'aurais essayé de frapper chez les gens, d'aller aux restos du coeur ou même de voler un peu de nourriture. 

Le conte est l'occasion de digressions enfantines qui mêlent innocence et sagesse et portent sur les sentiments, les émotions, le mensonge et la vérité, le luxe et la misère, la vie et la mort, la joie et la peur. 

Ils ont déjà des idées ou des sensations sur chacune de ces notions et posent des questions autant qu'ils donnent de réponses. Cette lecture partagée est l'occasion d'échanges, non pas de débat mais d'écoute et de d'expression de points de vue. 

Sa grand-mère est morte mais elle la voit dans la flamme. Ca veut dire que, de son corps, elle ne l'a pas oubliée. Pour moi, cette histoire signifie que, quand on aime quelqu'un, dans notre coeur, il vit toujours. 

Le conte: l'apprentissage des sentiments humains

La petite fille aux allumettes échappe un temps à sa condition par le rêve. Pour l'un des enfants, "rêver ça lui sert à se donner du courage pour essayer de survivre encore un peu". 

Le texte est l'occasion pour les enfants de penser au sans-abri qui est près de leur école, de reconsidérer ou du moins de réfléchir à sa situation. La lecture est ici l'occasion d'expériences d'ordre affectif. L'expérience de l'empathie, de la tristesse, de la pitié, de la capacité à se mettre à la place de l'autre. Leurs considérations parfois quasi-philosophiques sur ces contes, ces histoires qui font peur aux enfants, sont entrecoupées de chants de noël qu'il entonnent à l'unisson. 

Dans ma tête je voyais ce que voit la petite fille aux allumettes, ça m'a fait ressentir de l'émotion.

Le conte opère un effet commun sur les enfants qu'il expriment comme une évidence: la petite fille aux allumettes est une histoire belle et triste à la fois. 

Elle est morte mais avec un sourire. C'est joli, elle a quand même réussi à vivre.

Reportage : Elise Andrieu

Réalisation : Annabelle Brouard

Merci à l'école Montessori "la Baleine" et Florence Charpentier; merci à l'école Horizon Montessori, Damien Rose et Véronique Payot-Rose.

Morceau de fin: "Gling Glo" de Björk, 1990

1ere diffusion le 26/12/2012

L'équipe
Production
Production déléguée
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......