LE DIRECT
Deux histoires de pères, qui ont jeté une ombre sur la vie de leur fils.

La place du père

28 min
À retrouver dans l'émission

Lors d'une partie de chasse aux chevreuils dans les Landes, Romain, 19 ans à l'époque des faits, reçoit une balle de son père en plein œil. A la mort de son père, Jérôme enquête et découvre que celui-ci a pris part à des activités peu glorieuses pendant la Seconde Guerre mondiale.

Deux histoires de pères, qui ont jeté une ombre sur la vie de leur fils.
Deux histoires de pères, qui ont jeté une ombre sur la vie de leur fils. Crédits : M. I. / EyeEm - Getty

Romain habite dans un petit village dans les Landes. Ce 17 février, il accompagne son père dans une battue au chevreuil. Alors que la partie de chasse commence, une proie s'approche de Romain. L'animal, légèrement blessé tente de fuir. C'est à ce moment-là que le jeune homme se sent soudainement projeté en arrière.

Je prends mon portable et me regarde avec le téléphone : je vois mon œil crevé, du sang sortir en geyser. Je suis en train de tomber dans les pommes et cris à mon père : "Tu m'as tiré dessus !". 

Je sentais mon coeur fatigué et la mort en train de m'emporter (...) Lui n'était pas du tout inquiet. Il n'a pas voulu m'emmener à l'hôpital. 

Finalement, la grand-mère de Romain insiste pour le conduire aux urgences. 

Il y a eu une première opération pour suturer les impacts de plombs de la cartouche tirée par mon père (...) J'ai perdu un oeil. A quelques fractions de secondes près, je perdais l'autre. 

J'ai porté plainte afin que justice soit faite pour les dégâts qu'il a fait sur moi. Je pense que je ne méritais pas ça : même si c'est un accident involontaire, j'aurais préféré vivre avec mes deux yeux. 

Jérôme, 65 ans, est le cinquième d'une famille de sept enfants. Son père, fils de pharmacien, est issu d'une famille engagée dans un mouvement fasciste et antisémite, à l'aube de la Seconde Guerre mondiale. 

Mes parents n'avaient pas de gros moyens. Mais j'ai un souvenir de mon enfance vraiment heureux. 

J'avais une dizaine d'années peut-être, quand notre père nous a dit qu'il avait eu des ennuis à la Libération. Mais il n'en parlait quasiment pas. La seule chose dont je me souviens c'est la prison à Fresnes, le fait qu'il avait été condamné.

A la mort de son père, en 1989, alors qu'il est jeune marié et père de deux enfants, Jérôme décide d'en savoir plus. 

Les archives nationales ont été un choc. J'ai eu accès à ses dépositions et c'est là où j'ai appris son engagement très concret, pendant la guerre, dans le parti franciste. Un parti qui n'était pas particulièrement antisémite, mais qui l'est devenu. (...) 

Pour échapper au STO, il a tenté de se faire engager au Commissariat aux questions juives. Là, je suis tombée de haut, ça m'a bouleversé. 

  • Reportage : Alice Milot
  • Réalisation : Thomas Jost

Merci à Romain, Jérôme, Camille, Côme.

Extrait musical :  Ring, Michelle Blades.

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......