LE DIRECT
L'Affaire Salif B. Crédits : Malijo Illustration
Épisode 4 :

Faut-il toujours chercher un/une coupable ?

28 min
À retrouver dans l'émission

Deux témoins apportent enfin un éclairage sur ce qui a pu se passer dans l’affaire Salif B. Pour autant, Adila a du mal à se faire une opinion. Et si derrière chaque coupable il y avait une victime ?

L'Affaire Salif B. 4/4
L'Affaire Salif B. 4/4 Crédits : Malijo Illustration

Au Pays basque, un groupe de femmes a décidé de punir un violeur et de le bannir de la région. Salif B., c’est son nom, proclame qu’il est innocent, qu’il est un migrant victime de jalousie et de racisme. Que s’est il passé pour que les choses en arrivent là ? Ces femmes avaient elles raison d’agir ainsi ? Salif est-il coupable ? Adila Bennedjaï-Zou est prise en étau entre sexisme et racisme. À chaque étape de cette enquête, il y a un dilemme. Et, comme souvent, la réalité se montre plus complexe que ce qu’on imaginait.

Episode 4 : Faut-il toujours chercher un/une coupable ?

Alors que l’enquête piétine, Adila découvre que Moïse, un jeune guinéen, a porté plainte contre Cathie pour viol. Cathie est l’une des cinq femmes qui ont accusé Salif. Il dit qu’il a eu une aventure avec elle, ce qu'elle nie.

J’ai connu Cathie, en arrivant à Bayonne. Elle m’a hébergé avec Marianne. 

À ce moment-là Moïse n’a que dix-sept ans. Cathie en a vingt-huit, Marianne, trente-trois. Et ils s’entendent bien. 

Elles m’ont dit qu’un certain Salif a violé Lucie, et qu’elles en voulaient aussi à un certain Kambal et qu'elles gardaient son passeport en représailles.

Un soir, alors qu’ils sont tous les trois chez Marianne, Cathie refuse de dormir avec elle car elle tousse trop fort - dit-elle, et se couche à côté de Moïse. 

J’ai senti qu’elle attendait quelque chose de moi mais je n’ai pas osé bouger. 

À partir de ce soir-là, Moïse affirme qu'ils dormiront régulièrement ensemble et feront l’amour. 

Au fond de mon cœur je ne voulais pas, mais je me disais que si je refusais, elles allaient me virer, et je n’avais pas où dormir. 

Finalement Moïse, tourmenté, finit par se confier à Marianne, pensant qu’elle le soutiendrait. Mais les deux femmes coupent les ponts avec Moïse. D'après le jeune homme, Marianne garde avec elle son extrait d’acte de naissance, indispensable pour faire reconnaître sa minorité...Moïse apprend également à Adila que cette histoire aurait  pu se finir bien plus mal pour Salif et pour tout le monde. 

Les filles m'ont dit que leur plan initial avait échoué.

Adila a une autre certitude. Cette histoire est arrivée car en Europe, un migrant n’a pas les mêmes droits qu’un Français. C’est ce qu’explique Aubépine Dahant, militante à Paris d’Exil. 

Les gens qui arrivent sont détruits par la fermeture des frontières et toutes les horreurs qu’ils ont vécues sur la route. Ils arrivent ruinés, et dépossédés de leurs corps. 

Si le principe de libre circulation de la Déclaration universelle des droits de l'Homme de 1948 s'appliquait aux migrants, il n’y aurait pas tous ces problèmes.

L’histoire de Sophie, bénévole sur le camp de Calais au moment de son démantèlement, illustre toute la complexité de l'aide et de la solidarité. 

Quand on s’est serré la main avec Adam, quelque chose d’extrêmement fort s'est passé pour tous les deux.

J’avais honte d’être attirée par cet homme. Mais un jour je lui ai proposé de se balader en dehors de Calais, voir autre chose que la misère. 

En application de la convention de Dublin, qui stipule que les migrants doivent être renvoyés vers les pays d’Europe où leurs empreintes ont été relevées pour la première fois pour y faire leur demande d’asile, des policiers assignent Adam à résidence pour préparer son expulsion. 

À ce moment là notre histoire d’amour a basculé dans une histoire d’aide. Et notre relation est devenue publique. 

Chanson de fin d’émission : Vice City de Biig Piig. 

  • Une enquête d'Adila Bennedjaï-Zou. 
  • Réalisation : Clémence Gross. 
  • Mixage : Bastien Varigault

Remerciements : Merci à Kambal, Salif, Evangéline et AnaMerci à Gilles Lavanant pour la musique et Malijo pour l’illustration. Et merci à Marie Constant, Karen Akoka, et Sandrine Chapron.Chanson de fin : Cut Me de Moses Sumney - Album : grae - Label : Jagjaguwar. 

Lien vers le compte instagram de Malijo Illustration. 

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......