LE DIRECT
Photographie de la Grande Mosquée de La Mecque, en 1996, lors du hajj.

Le pèlerinage à la Mecque

28 min
À retrouver dans l'émission

Début février 2004, un peu plus de 20 000 musulmans de France ont effectué le pèlerinage à la Mecque. À Roissy, au Terminal 3, une structure d'accueil est mise en place. Retour à Roissy de Mohamed, nouveau "hajj", où une quarantaine de membres de sa famille est venue l'accueillir.

Photographie de la Grande Mosquée de La Mecque, en 1996, lors du hajj.
Photographie de la Grande Mosquée de La Mecque, en 1996, lors du hajj. Crédits : Mohamed Lounes - Getty

Chaque année, ils sont des millions de croyants à réaliser l'un des cinq piliers de l'islam : le hadj, le grand pèlerinage à La Mecque. Si, en cette seconde année de pandémie, les autorités saoudiennes ont fait le choix de restreindre l'accès aux lieux saints à certaines populations pour limiter la propagation du virus de la Covid-19, le hadj n'en demeure pas moins important pour chaque croyant. 

Mais comment se passe ce pèlerinage, du début à la fin, pour tous les musulmans de France ? Ici, tout commence au terminal 3 de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, en banlieue de Paris. Les pèlerins viennent en famille, entre amis, escortés ou non par des agences de voyages. Aller à La Mecque, pour eux, c'est parfaire leur foi, c'est atteindre un rêve, côtoyer la sainteté, être de bons croyants et se rapprocher de Dieu. 

Mohamed est l'un d'entre eux. Il a effectué le pèlerinage, au départ de Roissy, avant de revenir en étant accueilli par Abdelkrim et ses proches.

Ce sont cinq jours très très durs, sans sommeil. On revient ici comme des serpillères, on est épuisé. Mais c'est beau à voir.

Lors du retour de Mohamed, toute la famille est au rendez-vous, sur le qui-vive. Les proches attendent le retour triomphal tant attendu et vivent le hadj par ruissellement. Quand Mohamed sort enfin de l'aéroport, il se trouve changé.

Le nouveau hadj a ramené de l'eau sainte de La Mecque qui, dit-on, est issue d'une source créée par Dieu. Toute la famille y goûte. Il parle de son expérience à la Kaaba, de celles et ceux qu'il a rencontré(e)s, des Indonésiens aux Américains en passant par les Sud-Africains :

Il y a toutes les "races", même des personnes venues de pays dont tu n'as jamais entendu parler.

On est comme des moustiques qui tournent autour d'une petite maison, et qui cherchent une seule chose. Des moustiques, car on est rien du tout. C'est une vue directe, mais on l'a aussi dans le cœur. (...) Beaucoup de gens veulent mourir là-bas. Il y a eu des morts, comme tous les ans.

Après La Mecque, c'est le moment d'aller dans l'arrière pays, pour faire les rites de la lapidation et prendre la route vers le mont Arafat, où les Musulmans croient qu'Adam et Ève ont reçu le pardon de Dieu pour leur péché.

Reportage : Antoine Ly

Réalisation : Séverine Cassar, Claude Giovanetti, Cécile Laffon

Merci à Abdelkrim, à Mohamed et à sa femme.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......