LE DIRECT
Les troubles de l'érection touchent 2,5 à 3 millions d'hommes en France

"Parfois, je sens l’érection qui est là, mais bloquée par la peur de ne pas y arriver" : le sexe sous ordonnance

27 min
À retrouver dans l'émission

A l'hôpital Edouard Herriot de Lyon, le docteur Béatrice Cuzin, andrologue-sexologue reçoit des patients atteints de troubles de l'érection.

Les troubles de l'érection touchent 2,5 à 3 millions d'hommes en France
Les troubles de l'érection touchent 2,5 à 3 millions d'hommes en France Crédits : Anna Gassent - Getty

Quand l’érection n’est pas là, on se sent diminué, on ne se sent pas homme. Avec le cachet je me sens bien, je me sens plus homme. Un patient

Les troubles de l’érection toucheraient 2,5 à 3 millions d’hommes en France, mais la parole à ce sujet peine encore à se libérer. 

J’utilise régulièrement le Viagra, mais parfois je n’en ai pas besoin. Disons que ça permet de relancer la machine. Un patient

Commercialisé en 1998, le Viagra a participé à la médicalisation de ces dysfonctionnements et banalisé les consultations. Il ne traite cependant que les causes mécaniques et laisse de côté toute l’histoire de celui qui vient à en consommer.  

Les causes des troubles de l’érection sont souvent multiples, complexes et difficilement réductibles à une raison strictement organique. 

Parfois, je sens l’érection qui est là, mais bloquée psychologiquement par la peur de ne pas y arriver. Le produit me permet d’affronter cette peur. Quand le premier rapport n’est pas bon,  j’en prends un pour me sécuriser et ça recommence. Un patient

A l’hôpital Edouard Herriot de Lyon, les patients du docteur Béatrice Cuzin parlent de leurs troubles physiques ou psychiques, des effets de leurs traitements. 

Il existe aussi le système de garrot qui permet de stabiliser les érections. Docteur Béatrice Cuzin

Certaines personnes ont du mal à se dire que l’érection provoquée avec le Viagra leur appartient, ils ont du mal à se l’approprier. Docteur Béatrice Cuzin

Certains témoignent aussi de leur crainte de médicaliser leur sexualité ou leur peur des réactions de leur partenaire.

Si je commence avec les cachets, j’ai peur que ça devienne une drogue. Un patient

Au départ, je prenais mon produit en cachette, ma copine n’était pas d’accord, elle pensait que je n’en avais pas besoin ou que je ne la désirais pas. Un patient

  • Reportage : Delphine Saltel
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy (et François Caunac)

Première diffusion le 24 septembre 2013

Chanson de fin : “Love interruption” par Jack White - Album : Blunderbuss (2012) - Label : XL Recordings. 

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie  de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......