LE DIRECT
L'effondrement et moi
Épisode 4 :

"Se préparer pour survivre"

28 min
À retrouver dans l'émission

Dans ce 4e épisode de ‘L’effondrement et moi’, Karine Le Loët part à la rencontre de ceux qui cherchent à être plus résilients, plus autonomes, seuls ou à plusieurs, pour se préparer à un éventuel effondrement écologique.

L'effondrement et moi (4/4)
L'effondrement et moi (4/4) Crédits : Emilie Sarnel - Radio France

Dans ce quatrième épisode de L’effondrement et moi, Karine Le Loët part à la rencontre de ceux qui cherchent à être plus résilients, plus autonomes, seuls ou à plusieurs, pour se préparer à un éventuel effondrement écologique. 

- Nicolas a 27 ans. Il est maçon. Il habite dans un petit appartement dans la banlieue d’Annecy avec sa femme et son fils de deux ans et demi. 

L’écologie, je ne m’y suis jamais vraiment intéressé. Sauf à partir du moment où j’ai eu un enfant. Au niveau de nos ressources naturelles, j’ai conscience qu’on vit à crédit et ça me fait énormément peur pour l’avenir de mon enfant. 

Alors, par l’intermédiaire d’un ami, Nicolas adhère au mouvement survivaliste. Aujourd’hui, il peaufine sa préparation, passe des week-ends dans la nature pour apprendre à s’y débrouiller, collectionne couteaux et armes à plombs pour se nourrir, fabriquer des objets et se défendre. Dans sa maison, il a des stocks de nourriture et des sacs d’évacuation emplis de vivres, de vêtements de change et d’équipements de premiers secours, au cas où…

La préparation de mon matériel ça me rassure. Je trouve que ça apporte du réconfort de se dire, je pare un peu à tout. 

Ce que je vise, c’est l’autonomie, c’est la résilience, c’est un retour à la nature. Au final, être survivaliste, c’est être un peu égoïste, c’est se recentrer sur soi et sur sa famille. 

- Yann a 23 ans, il est étudiant en biologie végétale à Caen. Quand il a découvert les théories de l’effondrement, il a sombré un temps dans la dépression. Et puis, au détour d’un stage d’agronomie, il a découvert qu’il était capable « de faire pousser du blé dans son jardin » et d’organiser sa survie. 

Depuis, comme Nicolas, il se forme à l’autonomie alimentaire, s’équipe en outils pour se débrouiller dans la nature ou se défendre, imagine des scénarios de repli en cas d’effondrement. 

Il y a quelque chose du domaine de l’apaisement. Ne serait-ce que par le calme que ça procure d’avoir déjà réfléchi à tout ça… 

Mais contrairement à Nicolas, Yann ne se voit pas survivre seul… Dans le futur, il imagine avoir « une maison à la campagne, avec un potager, des animaux d’élevage… Une micro-ferme autogérée avec des amis qui auraient des compétences qui se complètent. Le but au final c’est de reconstruire une micro-société ». 

C’est déjà ce que semble vivre les habitants du "Château partagé » depuis 11 ans. Une poignée de familles vivent dans ce lieu planté dans la campagne, à quelques kilomètres de Chambéry. 

Chacune a son appartement mais ils partagent des espaces communs et la gestion du lieu et des ses habitants : ménage, bricolage, nourriture des poules, ramassage des fruits, garde des enfants… 

Parmi les habitants du lieu, il y a un maraîcher bio qui fournit, s’ils le veulent, les habitants en légumes,  des boulangers qui fabriquent du pain, un tourneur sur bois…

Moi, il y a des choses que je ne ferais pas si j’étais tout seul dans ma maison. Par exemple, le bricolage c’est pas mon fort. Mais il y a des gens ici qui sont capables et motivés. On se nourrit les uns, les autres. Mathieu, l’un des résidents du Château

Avec le réchauffement, je m’attends à des changements majeurs dans notre mode de vie. Je ne sais pas exactement comment ça se passera mais à mon avis il faudra faire davantage ensemble… Et ici, on commence à s’obliger à ça, à faire plus en commun. Parce que si un jour on doit s’y confronter, en étant juste plein de toutes ces bonnes intentions, ça peut mener à de grandes désillusions… 

Reportage : Karine Le Loët 

Réalisation : Clémence Gross

Merci à Nicolas, Yann, Thierry, Mathieu, Valentin, Clara et tous les habitants du Château partagé.

Chanson de fin : "Agua" par La Chica, Album: La Loba, Label: Zamora, 2020

Retrouvez l'intégralité de la série "L'effondrement en moi" :

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......