LE DIRECT
En  2016, plusieurs milliers de personnes étaient réunies à Amiens afin de soutenir huit ex-salariés de l'entreprise Goodyear, condamnés pour séquestration.

Les anciens de Goodyear : que sont-ils devenus ?

7 min
À retrouver dans l'émission

En 2014, la fermeture de l’usine Goodyear d’Amiens avait marqué le quinquennat de François Hollande. Alors que l’affaire arrive ce jeudi 4 octobre devant les prud’hommes, trois « anciens de Goodyear » racontent comment ils ont rebondi – ou pas - après la fermeture de l’usine.

En  2016, plusieurs milliers de personnes étaient réunies à Amiens afin de soutenir huit ex-salariés de l'entreprise Goodyear, condamnés pour séquestration.
En 2016, plusieurs milliers de personnes étaient réunies à Amiens afin de soutenir huit ex-salariés de l'entreprise Goodyear, condamnés pour séquestration. Crédits : PHOTOPQR/LE COURRIER PICARD - Maxppp

Le jeudi 4 octobre 2018 à neuf heures, le Zénith d’Amiens accueille un évènement bien inhabituel : une audience prud’homale. En effet, il fallait de la place pour accueillir le procès qui oppose plus de 800 ex-salariés du fabricant de pneus Goodyear, ceux du site de la zone industrielle d’Amiens nord licenciés en 2014, et leur ancien patron. 

Le bras de fer entre salariés et direction de Goodyear avait commencé en 2007, les salariés ayant refusé la suppression de 550 postes sans licenciement, ainsi qu’une réorganisation du travail. Après sept ans rythmés par des grèves et des procès, l’usine Goodyear d’Amiens avait finalement fermé ses portes en janvier 2014. 

On savait que tôt ou tard, on allait être licencié.

Avec la suppression de 1.143 emplois, cette fermeture avait marqué le début du quinquennat de François Hollande. Congé de reclassement, départs en retraite, inscription à des formations, envoi de candidatures, entretiens d'embauche, création d'entreprises, accumulation de contrats d'intérim : à quoi ressemble désormais le quotidien de ces ex-Goodyear qui portent encore bien souvent aujourd'hui les marques de cette ancienne vie tant leur lutte a été médiatisée? 

Quand j’ai eu un entretien d’embauche on m’a demandé : "entre Goodyear et les syndicats, vous étiez de quel côté ?"

Pour Sébastien, il troqué un CDI dans un environnement sale et bruyant pour une suite de contrats intérimaires dans l'univers aseptisé de l'agro-alimentaire, faute de mieux dans la région. Pour Mickaël, il a fallu passer par une série d'échecs avant de retrouver un emploi dans l'industrie aéronautique. Quant à Sabrina, femme d'un ex-Goodyear, la violente réalité d'un licenciement économique l'a rattrapé deux mois après la fermeture du site. 

  • Reportage : Judith Chetrit
  • Réalisation : Clémence Gross

Merci à Mickaël Cemedo, à Eric Monvoisin, à Sébastien Auvray, à Sabrina et à Me Fiodor Rilov.

Chanson de fin : "Alright" par Jain - Album : Souldier - Label : Spookland.

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......