LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le lycée
Épisode 3 :

À l’ombre des jeunes filles en pleurs

28 min
À retrouver dans l'émission

Trois lycéennes racontent une épreuve qu’elles ont affrontée seules. Sur les réseaux sociaux ou in real life. Trois histoires liées par une certaine idée de la solitude, versions modernes du "ce qui ne te tue pas te rend plus fort", trois leçons de vie, sans morale.

Trois histoires de solitude à l'adolescence.
Trois histoires de solitude à l'adolescence. Crédits : Martin Dimitrov - Getty

En sixième dans un lycée des beaux quartiers parisiens, Emma sort avec Guillaume, c’est son premier petit copain. Au bout de trois mois, il met fin à leur relation, Emma décide de l’oublier. Trois ans plus tard, il revient vers elle et une nouvelle relation s’engage. 

Je me suis enfermée dans une bulle : c’était lui et moi, il n’y avait personne d’autre.

Emma s’éloigne de ses amis, qui mettent en doute la sincérité de Guillaume. Mais Emma est heureuse, elle se sent aimée, elle qui est très complexée dans son corps d’ado. Jusqu’au jour où tout dérape.

Je voulais lui faire plaisir, qu’il se dise “c’est ma copine, elle est à moi”.

Une expérience douloureuse qui revient encore hanter Emma plusieurs années plus tard.

Depuis qu’elle est en seconde, Lucie sort tous les vendredis soirs dans la même boîte des Champs-Elysées, à Paris. Un soir de septembre, en sortie avec ses amis, elle se sent très mal après avoir bu quelques gorgées de son verre.

J’ai senti ma tête tourner, je ne reconnaissais pas les effets de l’alcool.

Sensibilisée par sa mère sur les risques du GHB, une drogue parfois utilisée pour neutraliser des femmes et les agresser, Lucie commence à paniquer.  Elle se réfugie dans les toilettes puis dans un taxi. Alors qu’elle est au bord de l’évanouissement, elle tente à tout prix de rester éveillée.

J’avais peur de m’endormir et que le chauffeur ne profite de moi.

Le lendemain, quand Lucie raconte cette expérience à ses amis, leur réaction est inattendue.

Si même mon meilleur ami doute de ma parole, pourquoi en parler à d’autres personnes ?

Mélanie et sa famille quittent Haïti en 2007 pour s’installer dans un petit studio à Bobigny, en Seine-Saint-Denis. En 2010, lorsque survient le  tremblement de terre qui détruit l’île et cause la mort de 222 500 personnes, les parents de Mélanie partent sur le champ à la recherche de leurs proches, laissant la fillette de onze ans et son grand frère seuls en France. 

Nous étions comme des grands. On n’allait pas à l’école car nous n’avions plus envie de rien.

Mélanie et son grand frère Damien passent alors leurs journées à regarder des vidéos d’Haïti sur l’ordinateur.

Je voyais les morts sous les décombres, je n’avais pas de mots. J’ai compris immédiatement que j’avais perdu des membres de ma famille, mes anciens profs, des amis.

  • Reportage : Delphine Saltel
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy

Merci aux élèves des deux lycées qui nous accueillent, ainsi qu'à Aude Paul et Leslie Riowal, leurs professeurs.

Chanson de fin : "My Mayhem", par Mid Ayr - Album : My Mayhem (2016). 

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie   de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......