LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manifestation de "gilets jaunes" à Yzeux (Somme), le 17 novembre 2018.

Les gilets de la Somme

28 min
À retrouver dans l'émission

A la veille de la première manifestation du 17 novembre, cinq "gilets jaunes" de Doullens et Péronne, dans la Somme, reviennent sur les raisons de leur colère et racontent comment l’appel Facebook qu’ils ont lancé a déclenché un mouvement très suivi dans leurs communes.

Manifestation de "gilets jaunes" à Yzeux (Somme), le 17 novembre 2018.
Manifestation de "gilets jaunes" à Yzeux (Somme), le 17 novembre 2018. Crédits : Fred Douchet / PHOTOPQR/ LE COURRIER PICARD - Maxppp

C’est un retour en arrière sur les événements de ces dernières semaines. Nous sommes dans le département de la Somme, à Péronne et à Doullens, le 16 novembre 2018 à la veille de la première manifestation des "gilets jaunes". 

Gaétan Dufour est ouvrier à Doullens. Il avait lancé sur Facebook un appel à manifester dans sa région. Et à sa grande surprise, deux cents personnes, habillées de leur gilet jaune, ont répondu à son appel dans sa commune. 

Gaétan et quelques autres protestataires racontent les raisons de leur colère.

Maintenant, on ne travaille plus pour vivre, mais pour survivre.

Ils sont fonctionnaire territorial, travailleur social, électricien ou chômeur. Et ils dénoncent pèle-mêle l’augmentation du prix du gasoil, de la taxe d’habitation, des impôts et du coût de la vie en général. En égrenant les dépenses nécessaires à la vie courante, ils constatent qu’il ne reste plus d’argent pour les loisirs à la fin du mois. 

J’ai dit aux enfants : cette année, il n’y aura pas de Noël. J’ai pas les moyens.

Ils ressentent un décalage entre la ville et la campagne. « Le problème n’est pas de payer des impôts. Mais on en paie de plus en plus et tout va à la ville. À la campagne, on a de moins en moins de services », souligne un « gilet jaune » présent à la réunion. 

Dans les métropoles, ils ont déjà le haut-débit. Nous, on ne l’aura pas avant 2024. 

Ces "gilets jaunes" regrettent la fermeture des commerces de proximité ou encore l’éloignement des hôpitaux. Enfin, ils déplorent le mépris de dirigeants qui ignoreraient leur réalité et ne les considéreraient pas comme éco-responsables : 

On ne les a pas attendus pour faire du covoiturage. 

  • Reportage : Rémi Dybowski-Douat (avec Valérie Borst) 
  • Réalisation : Cécile Laffon

Chanson de fin : "Stupeflip Vite !!!" par Stupeflip - Album :  The Hypnoflip Invasion - Label : L’Autre Distribution.

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......