LE DIRECT
Momo et Madame Rosa, (Samy Ben Youb, Simone Signoret) dans La vie devant soi de Moshe Mizrahi

Lire : « La vie devant soi »

28 min
À retrouver dans l'émission

Ils ont entre 13 et 16 ans et vivent dans le quartier de la Croix-Rouge à Reims. En lisant « La vie devant soi », de Romain Gary, beaucoup ont fait le parallèle entre leur histoire et celle de Momo. Ils nous racontent leurs blessures, mais aussi leurs espoirs pour leur vie à venir.

Momo et Madame Rosa, (Samy Ben Youb, Simone Signoret) dans La vie devant soi de Moshe Mizrahi
Momo et Madame Rosa, (Samy Ben Youb, Simone Signoret) dans La vie devant soi de Moshe Mizrahi Crédits : Picture Alliance - Maxppp

Ces collégiens ont tous l'âge de Momo, quatorze ans et se reconnaissent tous un peu en lui.  Ce jeune garçon, Barish, pour commencer. 

Momo vit chez Rosa avec des enfants de toutes les origines, un peu comme dans notre collège. C’est sympa. 

Quand son père est venu le chercher, Momo s’est demandé qui était ce ringard. Moi à sa place, je ne l'aurais pas jugé, il faut être clément. J’ai perdu mon père, mais il est toujours dans mon cœur. 

Virgile, pour d'autres raisons tragiques, ne voit plus son père, et a un avis différent. 

Mon père me frappait, alors au tribunal j’ai dit que je ne voulais plus le voir. Si mon père revenait vers moi, je ne lui pardonnerai pas. 

Justine aussi, a dû subir un père accro au bonheur. 

"Moi, l'héroïne, je crache dessus. Les mômes qui se piquent deviennent tous habitués au bonheur et ça ne pardonne pas… » Ce passage me rappelle un peu ce que je vis avec l’alcool et mon père. Mon père est alcoolique, et il a perdu son travail à cause de ça. Quand il ne boit pas, il cherche des sous partout pour en acheter. 

Cheyenne, lui, a souligné un autre passage. 

“J'ai léché ma glace. Je n'avais pas le moral et les bonnes choses sont encore mieux quand on a pas le moral. J'ai souvent remarqué ça. Quand on a envie de crever, le chocolat a encore meilleur goût que d'habitude.” Moi, la glace, c’est sur le coup. Après il y a d’autres choses qui m’aident à tenir, comme la musique ou penser à l’avenir. 

Laura, s'identifie plutôt à madame Rosa. 

Madame Rosa,  je la trouve forte, parce qu’elle surmonte sa maladie. Et moi depuis ma naissance je souffre de drépanocytose. J’ai des infections aux poumons et je suis sans cesse transfusée pour mes anémies. Moi aussi je résiste à la maladie, j’essaie de ne pas faire de crises, de prendre mon médicament sérieusement parce que je ne veux pas voir ma mère inquiète. 

Madame Rosa n’a pas l’air d’avoir peur de la mort, alors que moi j’ai peur de mourir du jour au lendemain. 

Mais elle aussi est touchée par la relation entre Momo et son père, qui revient onze ans après. 

Mon père est revenu pour nous manipuler, critiquer notre mère, alors que le père de Momo revient pour le voir. 

Il y a un vieux musulman qui apprend le Coran, et Victor Hugo à Momo. Moi j’ai beaucoup aimé mon ex beau-père. Je ne sais pas si c’est le même amour que celui que j’avais pour mon père dans mon enfance, mais je l'aimais beaucoup car il m’encourageait.

1ère diffusion le 11 avril 2013

  • Reportage : Pauline Maucort
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy (et Marie Plaçais)

Chanson de fin d'émission : The Diary par Hollywood Undead. Album : Swan Songs. 

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......