LE DIRECT
Pyramide de femmes, 1937
Épisode 9 :

Assa Traoré : une femme puissante

26 min
À retrouver dans l'émission

Adama Traoré est mort le 19 juillet 2016, le jour de ses 24 ans, à la gendarmerie de Persan après avoir été interpellé à Beaumont sur Oise (Val d'Oise). En 2017, sa soeur Assa Traoré témoignait dans Les Pieds sur terre.

Assa Traoré, manifestation du 13 juin contre les violences policières
Assa Traoré, manifestation du 13 juin contre les violences policières Crédits : Thomas Samson - AFP

Assa Traoré revient sur sa plus grand fierté et ce qui constitue une des forces essentielles de son combat: l'union de sa famille et ses valeurs. 

Je suis fière de tout cet amour que mon père a laissé entre nous. Avant de partir, il nous a demandé de protéger nos petits frères, et aux petits de protéger les grands. 

Justice et vérité pour Adama
Justice et vérité pour Adama Crédits : Dominique Faguet - AFP

Son père a eu successivement plusieurs femmes dans sa vie, Assa a donc seize frères et sœurs, dont chacun, dit-elle, occupe une place particulière dans la famille. 

Quand nous étions plus jeunes, mon père avait déjà divorcé de Françoise, mais nous allions en vacances chez elle. Et les enfants de la première femme de mon père, Elisabeth, qu'elle avait eu avec un autre homme, venaient en vacances chez mon père. 

Dans cette grande famille soudée, les enfants sont moitié blancs et catholiques, d'autres maliens et musulmans. 

On n'a pas la même couleur, ou la même religion mais on a tous mangé les mêmes frites à la cantine, joué dans le même bac à sable, lu les mêmes livres, regardé les mêmes émissions. 

Assa Traoré revient sur ce 19 juillet 2016. Le jour de ses vingt-quatre ans, son frère Adama est interpellé par la police. 

Ce jour-là j'étais en Croatie pour déplacement professionnel, je lui avais envoyé un message d'anniversaire à 10H30 sur Facebook. Ce sont mes derniers échanges avec mon frère. 

La mairie l'avait appelé pour qu'il vienne récupérer sa carte d'identité. Sur le chemin, n'ayant pas sa carte d'identité sur lui, il décide d'éviter la police. C'est quelque chose que n'importe quel jeune de quartier ferait pour éviter la violence. 

Mais les policiers l'interpellent, et le frappent. Comme ils sont en civils, une personne intervient et s’interpose. Adama part se réfugier dans l’appartement d'une connaissance à lui. 

Les gendarmes entrent dans l'appartement : "Je n'arrive plus à respirer" ; ce sont les gendarmes eux-mêmes qui m'ont rapporté ses dernières paroles. Mon petit frère a pris le poids de trois corps sur lui. 

Ils le le lèvent pour l'emmener à la gendarmerie. Adama répète "je n'arrive plus à respirer", il pique de la tête et urine sur lui. Le lieu d'interpellation est à 200 mètres de l'hôpital, mais au lieu de ça, ils décident qu'Adama ne vivra pas. 

Vers vingt-et-une heures, les pompiers disent à ma mère de se rendre à la gendarmerie.  Les gendarmes ne la laissent pas entrer mais lui assurent que son fils va bien. 

Adama est en réalité déjà mort à ce moment-là ; 19h05, étant l'heure officielle du décès.

Aux alentours de vingt-trois heures quinze, Yacouba et ma mère retournent à la gendarmerie, Yacouba bloque la porte et dit qu'il veut voir son frère. Un gradé les fait entrer et les asseoit séparément. Il leur annonce qu'Adama est mort. 

Yacouba s'énèrve, les gendarmes lui sautent dessus, le gazent lui et ma mère et les font sortir de la gendarmerie. 

Depuis ce jour, Assa et toute sa famille se battent pour connaître la vérité sur ce qui s'est passé. 

On se rend compte au fil de l'enquête qu'il manque des rapports, comme celui des pompiers, qui réapparaît sur insistance de notre avocat. Les pompiers ont trouvé mon frère en position PLS, menotté. À deux reprises les pompiers demanderont aux gendarmes de lui enlever les menottes. 

Dès la première autopsie, le procureur Yves Jannier dira qu'il est mort de cause cardiaque et d'une infection.  

Puis de manière très courtoise, ils nous diront : "Comme vos êtes musulmans, vous devez enterrer le corps sous trois jours, alors nous nous sommes permis de contacter Air France pour qu'ils le rapatrient rapidement, vous pouvez reprendre le corps.  

Mais nous avions demandé une deuxième autopsie, indépendante. Et à partir du moment où le corps est repris, il est souillé et aucune autopsie n'est plus permise. Alors douloureusement, on a repoussé le corps d'Adama pour montrer à la justice que nous n'étions pas dupes. 

La deuxième autopsie a révélé la vérité : Adama est mort asphyxié. 

Adama était une personne très positive. Les gens l'appelaient "le maire de la ville", car il arrivait toujours à trouver les bons mots pour régler des conflits. Les gens l'aimaient énormément et ils se sont mobilisés naturellement quand ils ont appris sa mort. 

Chanson de fin : "Broken" par Tracy Chapman - Album : "Let it rain" (2002) - Label : Elektra records

  • Reportage : Leila Djitli
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy

1ère diffusion : le 9 juin 2017

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......