LE DIRECT
Un épicier et deux médecins portant le masque de protection.

Covid : Une maladie professionnelle ?

29 min
À retrouver dans l'émission

Sabrina est infirmière, Zouhir travaille au rayon fruits et légumes d’un Monoprix de la région parisienne et Alain est un élu du conseil municipal. Tous les trois ont été contaminés par le SARS-CoV-2 dans le cadre de leur travail.

Un épicier et deux médecins portant le masque de protection.
Un épicier et deux médecins portant le masque de protection. Crédits : F.J. Jimenez / andresr / Anton Petrus - Getty

Sabrina est infirmière dans un service d'urgence à Bobigny depuis bientôt huit ans. Passionnée par son travail, elle est en première ligne lorsque le SARS-CoV-2 frappe la France. Rapidement, elle présente les symptômes de la maladie mais son dépistage est négatif. Son état s'aggrave et elle est hospitalisée. Après des semaines à se battre contre la maladie, elle parvient à s'en sortir, mais elle garde de graves séquelles. 

Le vendredi, on m'appelle pour me dire que le test était négatif. J'étais contente que ce ne soit pas ça alors je leur ai dit de m'appeler s'ils avaient besoin de renfort pour le week-end. Sauf que le dimanche je vais aux urgences pour moi, parce que ça va vraiment pas.

Je ne me vois pas faire un autre métier mais je n'arrive pas à accepter de risquer ma vie pour le travail. 

Zouhir a 55 ans et travaille dans un supermarché Monoprix depuis presque vingt ans. Lui aussi risque sa vie en allant au travail. Il contracte les premiers symptômes au tout début du mois d'avril. Il est testé positif, peu de temps après il doit être hospitalisé. Après un long combat contre la maladie, son état s'améliore et il peut sortir de l’hôpital mais il en garde des séquelles respiratoires. Malgré la promesse d'une prime de mille euros pour les travailleurs en première ligne, celle-ci est calculée au prorata. Il était hospitalisé et donc n'y aura pas droit. 

J'ai combattu la maladie. Les médecins nous remontaient le moral, nous disaient de nous accrocher. Ma famille et mes proches aussi, les collègues, je recevais des messages tous les jours. 

Alain a 76 ans et est retraité, il a travaillé en tant que bénévole et en tant qu'élu pendant une trentaine d'années pour sa commune. Le 15 mars dernier, les élections municipales étaient maintenues malgré la circulation du SARS-CoV-2 au sein du territoire français. Dix jours après il tombe malade, ainsi que onze autres personnes présentes ce jour-là. Le maire de la commune, tragiquement, ne se remettra pas du virus. 

J'ai envoyé un mail à monsieur le Maire, qui m'a répondu "Merci Alain et surtout prends soin de toi". C'est le dernier mail que j'ai eu et j'ai su plus tard qu'il me l'avait envoyé depuis l’hôpital. Il est mort deux jours après.

  • Reportage : Karine Le Loët 
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy 

Merci à Sabrina, à Zouhir, à Chloé, à Alain et à Evelyne Quentin. 

Chanson de fin : "Had Enough" (acoustic) par Papa Roach - Album : Naked and Fearless (2009) - Acoustic EP. 

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......