LE DIRECT
C'est lors d'une rixe, avec une bande rivale, que la vie d'Eric a basculé.

La rixe

28 min
À retrouver dans l'émission

Il y a le quartier et les individus qui le font vivre. Parmi eux, certains sont pris dans une tornade impossible à arrêter. Les choix de vie, les trafics, les embrouilles... Et puis un jour, la violence du clan adverse vient mettre un terme à ce mode de vie. Éric a été de ces gens là.

C'est lors d'une rixe, avec une bande rivale, que la vie d'Eric a basculé.
C'est lors d'une rixe, avec une bande rivale, que la vie d'Eric a basculé. Crédits : pfrank1978 - Getty

Eric vit en Seine-Saint-Denis. Il est arrivé "au quartier" lorsqu'il était âgé d'une douzaine d'année, après avoir vécu à l'hôtel avec ses parents venus de Tunisie pour tenter de lui offrir une vie meilleure. Malgré la précarité, Eric a eu une enfance protégée. C'est en arrivant au collège que les choses ont basculé. 

L'environnement a changé. La violence entre les enfants est partout. Tout le monde s'insulte, les bagarres sont le quotidien. Moi j'était petit, j'étais maigre, je n'avais pas de caractère : je n'en avait pas besoin, parce que je ne connaissais pas l'adversité. Mais avec le temps, pour te faire respecter, tu es obligé d'adopter le même langage. Et même si tu perds au début, tu commences à te bagarrer. 

Eric décroche rapidement de l'école. Et se retrouve finalement en BEP, dans un lycée très difficile. 

J'ai atterri dans l'un des pires lycées de Seine-Saint-Denis. Un lycée qui rassemblait tout les "cassos" des autres communes. Des descentes dans le lycée il y en avait tout le temps. Certains venaient avec des armes, il y avait du trafic de drogue...

Tu prends les grands en exemple, parce que tu vois qu'ils se font de l'argent. Donc tu les copies, tu veux faire la même chose. Il y a un grand qui m'aimait bien et qui m'a fait rentrer dans son business. Il se faisait beaucoup d'argent. Moi, j'avais treize ans. 

Finalement, Eric s'intègre à ce milieu. Il apprend à en maîtriser les codes, développe un réseau et monte son propre business. La violence émaille son quotidien. 

Une embrouille, qui peut partir d'un vol de casquette ou d'un regard mal placé, ça peut durer deux ans. Quand t'es en embrouille avec un autre quartier, faut pas être bête. Si tu sors et que tu n'es pas armé, il ne faut s'étonner de se faire défoncer. 

Un jour, il se retrouve pris à parti par les membres d'un quartier rival. La situation va dégénérer et le conduire à l'hôpital. Eric se retrouve péraplégique. Cela fait maintenant une quinzaine d'années qu'il est en fauteuil roulant. 

Avec la rééducation, tu apprends à reprendre possession de ton corps. Tu apprends à manier ton fauteuil roulant, tu apprends les gestes quotidien de la vie : à t'habiller, à reprendre de la force. Ce que je voulais, c'est percer dans le free fight. On m'a retiré ça. C'est comme si on m'avait tout retiré. 

La seule chose qui te reste, c'est ton expérience. Je n'ai pas été dans le déni, dans la colère, je n'ai pas le temps pour ça. J'ai été dans la construction du nouveau moi. 

  • Reportage : Aladine Zaïane
  • Réalisation : Cécile Laffon

Musique de fin d'émission : Keeping Memory Alive - Degiheugi Feat. Nolto, Andrre, Astronautalis & Nomad

Merci à Eric. 

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......