LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Des pompiers à la recherche de survivants dans les ruines du World Trade Center après l'attentat du 11 septembre, le 13 septembre 2001 à New York

11 septembre 2001 : où étiez-vous ?

28 min
À retrouver dans l'émission

Où étiez-vous le 11 septembre 2001, que faisiez-vous ? A l'occasion du vingtième anniversaire des événements du 11 septembre, cinq Américains et un Français se souviennent ...

Des pompiers à la recherche de survivants dans les ruines du World Trade Center après l'attentat du 11 septembre, le 13 septembre 2001 à New York
Des pompiers à la recherche de survivants dans les ruines du World Trade Center après l'attentat du 11 septembre, le 13 septembre 2001 à New York Crédits : Andrea Booher / FEMA / New York City Office of Emergency Management - AFP

Joe, Jack, Geshru, Brennan, Richard et Virgile nous racontent ce qu'ils faisaient et où ils étaient au moment où ils ont appris la nouvelle des attentats, il y a vingt ans, le 11 septembre 2001. Emouvants témoignages.

"Un pays en guerre"

Virgile est un Français expatrié à New York. Il se souvient des lignes téléphoniques surchargées, de la panique, de la poussière, de son attente obstinée, perché sur un toit. Il quitte la ville pour quelques jours avec sa femme, et part dans le New Jersey.

Il y avait toute cette fumée dans la ville qui était vraiment inquiétante, et des odeurs de charnier. C'était comme cette idée qu'on a d'un pays d'un guerre, et puis à côté c'était toujours le New York qu'on connaissait, de tous les jours, et rien n'avait changé, si ce n'est les expressions et les émotions sur le visage des gens. Virgile

Dans le New Jersey, Virgile et sa femme vont d'enterrement en enterrement, car plusieurs de leurs amis ou connaissances ont perdu la vie dans l'attentat. 

"L'avion est rentré dans la tour, mais personne à ce moment-là ne pensait que ces tours allaient tomber."

Joe était en prison en Arizona quand il a appris la nouvelle.

Ils nous avaient tous fait sortir de nos cellules pour que nous venions nous asseoir devant la télévision. Et on était là, peut-être à cinquante ou soixante, assis sur des chaises à regarder la télévision. Je me souviens du choc que ça a été. L'avion est rentré dans la tour, mais personne à ce moment-là ne pensait que ces tours allaient tomber. Et pourtant c'est arrivé. Joe

"Au matin du 11 septembre, à 8h47, le vol American Airlines numéro 11 a percuté la tour du World Trade Center"

Jack est lieutenant de police à New York. Il travaillait le jour des attentats, et est appelé sur le site du World Trade Center dans la matinée. 

Au matin du 11 septembre, à 8h47, le vol American Airlines numéro 11 a percuté la tour du World Trade Center, la tour nord. Un quart d'heure plus tard, il était 9h02 quand le vol United Airlines 175 est venu percuter la tour sud. C'est à ce moment-là que j'ai été alerté. [...] Comme tout le monde, j'ai d'abord cru à un accident, même si évidemment un quart d'heure plus tard, avec la seconde tour, nous avons réalisé qu'il s'agissait bien d'un acte terroriste. Jack

Il arrive sur le site du World Trade Center à la mi-journée, juste après que les tours se sont effondrées.

J'ai souvent pensé depuis que si j'étais passé cinq minutes plus tôt, je me serais probablement retrouvé sous la tour alors qu'elle s'écroulait. C'est une sorte d'intervention divine. Jack

Pendant trois mois, chaque jour, il se rend sur le site, "douze à quatorze heures par jour". La première semaine est consacrée à la recherche des survivants. Il se souvient de ces jours terribles de quête acharnée dans la poussière et la fumée.

Une des images qui me poursuit encore, ça a été le moment où je suis arrivé sur le site et où l'équivalent de 220 étages de bureaux étaient dispersés par terre, et pourtant parmi les débris on ne distinguait pas un seul bureau, pas un seul meuble, un seul téléphone, une seule imprimante, rien, on ne distinguait aucun objet. J'ai donc pensé que si tous les objets, les meubles avaient été pulvérisés, on avait bien peu de chance de retrouver des survivants. Jack

La ville de New York se propose d'offrir à chaque famille de victimes une urne en bois contenant un peu de la terre de Ground Zero et un drapeau américain.

La plupart des familles ont accepté cette offre, car elles pensaient que parmi la terre enfermée dans ces urnes se trouverait peut-être une trace de leurs disparus. Mais d'autre part beaucoup de familles ont refusé en disant : "Non, je n'en veux pas, car les restes des terroristes pourraient se retrouver mêlés à cette terre, et je n'en veux pas chez moi." Jack

Ces souvenirs traumatiques accompagneront Jack toute sa vie, d'autant plus qu'il a perdu beaucoup de ses proches ce jour-là, et notamment vingt-trois officiers de police de New York, qui étaient ses collègues.

"Ça y est, ça va être la troisième guerre mondiale, ils vont venir envahir la Californie."

Geshru est étudiante à San Francisco. Elle se souvient elle aussi du moment où elle a appris la nouvelle, avant d'aller à l'école. Elle n'avait alors que onze ans, et se rappelle d'avoir été saisie par la peur. A l'école, les enfants et même les professeurs pensent que la guerre est déclarée.

"Vous avez des terroristes vous en Europe, mais ici aux Etats-Unis il n'y en a pas."

Brennan est photographe à New York. Ce jour-là il était dans son appartement à Chelsea, qui était également son studio photo. C'est son assistante qui lui apprend la nouvelle. Ils montent alors sur le toit pour voir New York. Brennan a du mal à comprendre ce qui se passe, mais il est persuadé que ce n'est pas une attaque terroriste. Autour de lui, des centaines de personnes regardent fixement dans la direction du World Trade Center. Dans la rue, les voitures se sont arrêtées. 

L'atmosphère était incroyablement silencieuse. [...] Et c'est là qu'on a vu la première tour s'effondrer. C'était irréel. [...} Quand cette tour s'est effondrée, j'ai entendu les gens crier d'une seule voix. Je n'avais jamais entendu ça. Brennan 

Peu à peu, la ville se fige, se vide, et les rues sont désertées. Seuls restent les "ombres", ceux qui marchent dans Manhattan, car la circulation automobile est interrompue. Ils avancent lentement, "couverts de poussière grise".

Après 9/11 ... 

Richard est écrivain et chercheur en Californie. Pour lui, le 11 septembre 2001 a marqué le début d'un tournant sécuritaire initié par le gouvernement américain. 

Cette manière, année après année, de célébrer cette date et d'en faire une commémoration régulière, cela participe à masquer les vraies questions, et la vraie question c'est : pourquoi ? Pourquoi cet événement est arrivé ? Richard 

Merci à Joe, Jack, Geshru, Brennan, Richard et Virgile. Merci à Mark, Ariane et Laurence.

Reportage : Amaury Chardeau

Réalisation : Annabelle Brouard

Première diffusion : le 6 septembre 2011.

La chanson de fin est "Year of the horse" de Sufjan Stevens.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......