LE DIRECT
Après la manifestation du 5 décembre, le premier ministre a dit sa « ferme » volonté de passer cette réforme, mais « sans brutalité ».

Récits de manif : "On est des travailleurs pauvres. On va être des retraités pauvres"

28 min
À retrouver dans l'émission

Le mercredi 5 décembre, ils étaient au moins 800 000 dans toute la France à manifester contre la réforme des retraites et plus largement, contre la politique du gouvernement à l’égard du service public.

Après la manifestation du 5 décembre, le premier ministre a dit sa « ferme » volonté de passer cette réforme, mais « sans brutalité ».
Après la manifestation du 5 décembre, le premier ministre a dit sa « ferme » volonté de passer cette réforme, mais « sans brutalité ». Crédits : EDOUARD RICHARD / HANS LUCAS - AFP

A Paris, 70 000 manifestants selon la Préfecture, 250 000 selon la CGT, ont participé au cortège. Parmi eux, on trouve entres autres des soignants, des maçons, des intermittents, des cheminots, des cantiniers, des chauffeurs de bus, des profs, des agents d'EDF, de la Poste... Tous venus d’horizons différents mais tous réunis pour protester. Voici le récit de cette manif, avec nos micros partis à la rencontre de ceux qui s'indignent, ceux qui se révoltent, bref, comprendre les raisons qui agitent nos concitoyens.

"Si je vois un CRS prendre une femme par les cheveux, je lui saute dessus"

« Ça craint pas mal. Il y a une atmosphère violente. On sent une exaspération énorme et pas une très grande solidarité entre tous les gens. On est un peu inquiet, donc on ne sait pas s'il faut partir, s'il faut rester, s'il va se passer quelque chose. »

« J'ai toujours été dans l'optique de ne jamais être violent, mais c’est difficile quand je vois la violence, sans vergogne, des gendarmes et des CRS. Aujourd'hui, si j’en vois un prendre une femme par les cheveux, je lui saute dessus, quitte à prendre des coups. »

Malgré les circonstances difficiles de la manifestation, beaucoup demeurent déterminés à faire valoir leurs revendications face à la réforme des retraites.

"On est des travailleurs pauvres. On va être des retraités pauvres"

« Il y a des gens qui veulent aller à l'affrontement, mais il y a des milliers de gens derrière qui ont envie de défiler pour dire qu'ils en ont ras le bol de cette politique qui nous bouffe. On est des travailleurs pauvres. On va être des retraités pauvres. Je vais mourir peut être sur le trottoir. Je vais avoir 850 euros par mois. Qui peut vivre avec 850 euros par mois ? »

C’est aussi contre la dégradation des conditions d’exercice dans le service public, l’augmentation des accidents du travail et la précarité des statuts que beaucoup d’entre eux manifestent.

« Travailler autant d'années alors que la pénibilité du travail de nuit n'est pas reconnue pour la fonction publique hospitalière pour obtenir si peu? Non. On arrive à la fin d’une carrière avec des neurones en moins et des problèmes de santé. J'ai plein de collègues de nuit qui ont développé des cancers, des maladies cardiovasculaires, des AVC, et beaucoup plus qu'avant », témoigne une infirmière de nuit à l'hôpital.  

« Je suis remplaçant. Malheureusement, je remplace un poste qui va disparaître. Je ne serai jamais titulaire. Voilà, tout simplement, j'attendais un poste qui n'arrivera plus », raconte un musicien metteur en ondes de Radio France.

  • Reportage : Valérie Borst, Emilie Chaudet, Rémi Dybowski-Douat 
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy

Merci à Lydia, Monica, Anita, Amaury, Marie et Tristan, Gilets Jaunes de Saint-Brieuc, Basile Bonne, à Frédérique et à Benoît.

Référence musicale de fin : Rise - Public Image Ltd. 

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......