LE DIRECT
L'orchidée "Ophrys miroir"

Des citoyens qui changent le monde : deux histoires autour d’une orchidée et d'une autoroute

28 min
À retrouver dans l'émission

Vincent Sennes et Raymond Avrillier mènent des combats pour le bien commun. Vincent pour la défense d'une espèce rare d'orchidée et Raymond pour plus de transparence à l'égard des concitoyens.

L'orchidée "Ophrys miroir"
L'orchidée "Ophrys miroir" Crédits : Vincent Sennes

Vincent Sennes défend une orchidée rare et vulnérable contre un projet immobilier à Pessac près de Bordeaux. 

Mon regard a été attiré par elle : c’était l’Ophrys miroir, une orchidée d’un bleu électrique. En Gironde, cette fleur n’était pas identifiée comme présente sur le territoire. Cette fleur m’a convoqué. Je me suis dit "il faut que tu mettes tout en œuvre pour la préserver".

Suite à l'annonce de ma découverte, des naturalistes sont venus dès le lendemain pour vérifier son existence ; c'était incroyable ! Ils ont dû se mettre à quatre pattes pendant dix minutes pour la retrouver tellement elle était petite ! 

Les études d’impact des promoteurs immobiliers n’avaient pas pris en compte cette fleur-là ! C’est un citoyen, comme moi, qui l’a vu. C'était un projet immobilier avec de gros enjeux économiques et j'ai senti que les porteurs du projet étaient vraiment embêtés quand ils ont appris cette découverte.

Des nouvelles de orchidée Ophrys

L'orchidée Ophrys est aujourd'hui toujours là et elle a trouvé encore deux autres défenseurs : Marie-Claude et Bruno. Une jolie clôture lui a été faite, comme on fait avec les moutons. De l'autre côté de la route, deux nouveaux pieds d'Orphrys ont été découverts en 2018. Il s'agit peut-être de ses filles, de ses sœurs, de ses cousines, ou bien d'une autre famille. La parcelle, désormais protégée, est devenue un îlot de biodiversité avec des papillons, des pollinisateurs, des mantes religieuses, et d'autres espèces d'orchidées. 

Poème composé par Vincent Sennes

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

Raymond Avrillier, citoyen grenoblois, contraint l'Etat à la transparence sur des accords passés en 2015 entre Emmanuel Macron, ministre de l'économie, et les autoroutiers.

Recours pour faire annuler les contrats avec les sociétés autoroutières

Quand à Raymond Avrillier, par décision du conseil d'Etat, il a obtenu l'accès au protocole d'accord conclu entre Emmanuel Macron ministre de l'économie, et les sociétés autoroutières. Il y a découvert plusieurs points litigieux à ses yeux. Il a donc engagé deux recours pour faire annuler ces contrats. Ces recours sont actuellement en instruction devant le Conseil d'Etat.

Document à l'usage de tout administré… (le droit à l'information et l'accès aux documents)

Pour afficher ce contenu Scribd, vous devez accepter les cookies Mesure d'audience.

Ces cookies permettent d’obtenir des statistiques d’audience sur nos offres afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus. 
Gérer mes choix

Reportage : Inès Leraud

Réalisation : Anne Kobylak et François Caunac

Première diffusion le 28/02/2017

Lien vers le site ANTICOR (Contre la corruption, pour l'éthique en politique)

Lien vers une émission de France Inter du 13/10/2016 : "La très rentable privatisation des sociétés d’autoroutes".

Lien vers un article de Basta du 1er/02/2017 : "Investissements autoroutiers : de maigres créations d’emplois, un gros enrichissement des actionnaires".

Lien vers le site du Lanceur , site consacré à l’investigation journalistique, les lanceurs d’alertes et les lanceurs d’idées, créé par la rédaction de Lyon Capitale. Article de Raymond Avrillier : “C’est l’Administration qui est procédurière”.

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......