LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Rassemblement du comité de soutien à Vincenzo à Rennes, en août 2019.

Les sentinelles de Rochefort : Le comité Vincenzo Vecchi

28 min
À retrouver dans l'émission

A Rochefort en Terre, un village de 600 âmes, les habitants ont décidé de se battre pour obtenir la libération de leur voisin Vincenzo Vecchi, un ex-militant arrêté pour des faits qui ont eu lieu en Italie il y a 20 ans.

Rassemblement du comité de soutien à Vincenzo à Rennes, en août 2019.
Rassemblement du comité de soutien à Vincenzo à Rennes, en août 2019. Crédits : Sebastien SALOM-GOMIS - AFP

Vincenzo Vecchi s'installe il y a huit ans à Rochefort-en-Terre, dans le Morbihan. Sur place, ses amis l'appellent Vincent, ils le décrivent comme un homme partageur, respectueux, qui s'intéresse aux gens et qui n'a pas de jugement. Il est bricoleur, donne des coups de mains à ses voisins et travaille dans le bâtiment. 

Le 8 août 2019, Vincenzo Vecchi est arrêté chez une voisine, alors qu'il l'aidait à rénover une pièce de sa maison. 

La juge en sortant m'a dit : "On l'incarcère pour des actes très anciens, vous ne savez madame, ce qu'il a fait !".
Comme si c'était un grand criminel, qu'il avait fait des horreurs et qu'on ignorait tout. Mumu

L’affaire Vincenzo Vecchi n’a pas commencé le 8 aout 2019, quand il est arrêté à Rochefort en Terre, elle a réellement démarré il y près de 20 ans, quand Vincenzo est allé manifester lors d’un sommet du G8, à Gênes en 2001. 

Vincenzo est accusé d'avoir participé au contre-sommet de Gênes et il est condamné à 12 ans de prison pour "Dévastation et pillage". Dans le cadre des manifestations contre le G8, il y a eu beaucoup de dégâts matériels : des voitures brulées et des enseignes détruites, essentiellement des banques, des stations essence et des agences immobilières. Ces actes ont eu lieu dans des zones évacuées et blindées plusieurs jours auparavant, en prévision du contre-sommet.

"Dévastation et pillage", c'est un chef d'accusation qui a été écrit dans les années 30, sous le régime fasciste. Vincenzo Vecchi

Quelques semaines après l'arrestation de Vincenzo, le comité de soutien prend forme et s'organise. Peu à peu, ses membres rassemblent les pièces du puzzle, ils se renseignent sur ce qu'il s'est passé à ce fameux contre-sommet, il y a vingt ans. 

Très rapidement, les copains lancent une invitation à former un comité. On a tous des rôles et des fonctions mouvants, certains ont parlé à la presse, d'autres collectent des informations sur les faits, des articles sur Gênes, des analyses sociologiques, etc. On a aussi une partie pour ceux qui sont plus créatifs, ils font des banderoles, et un groupe qui est en lien avec les avocats pour comprendre cette affaire et savoir comment on peut y contribuer. Gaëlle

Vincent n'avait pas de liens directs avec ses avocats en Italie, donc nous, on a fait ce travail là. On a découvert qu'il n'y avait pas de cocktails Molotov, ni d'armes, ça a été prouvé. Les seuls cocktails Mototov et armes qu'il y avait sur place avaient été apportés par la police. Jean-Pierre

A Gênes, en 2001, ce sont 300 000 personnes qui se déplacent pour contester la mondialisation et la financiarisation des échanges. Le slogan qu'ils scandent dans la rue est : « Vous êtes 8, nous sommes 6 milliards ». Le contre-sommet, c'est aussi une répression policière extrêmement violente : 300 personnes blessées et un mort. Carlo Giuliani, 23 ans, est tué d’une balle dans la tête par un carabinier alors qu’il tentait, apparemment, de lancer un extincteur contre une jeep de la police. 

La ville était complètement prise par les manifestants et par les forces de l'ordre. Il y avait plusieurs cortèges, au bout d'un moment je me suis perdu. C'était le chaos, il y avait des fumigènes partout, les flics attaquaient la foule. Vincenzo Vecchi

Son procès dure depuis dix ans maintenant et reprendra demain, vendredi 2 octobre 2020, devant la Cour d'Appel d'Angers. 

  • Reportage : Adila Bennedjaï-Zou
  • Réalisation : Clémence Gross
  • Mixage : Marie Lepeintre et Philippe Merscher.

Merci à Mumu, Pepino, Gaelle, Jean-Pierre, Vincenzo et Eric Vuillard.

Musique de fin : "Amara Terra MIA" de Elina Duni. 

Pour en savoir plus : 

Le comité de soutien à Vincenzo Vecchi
La tribune d'Eric Vuillard "Affaire Vincenzo Vecchi : une condamnation sans preuve" dans l'Obs

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......