LE DIRECT
Ex-voto à Notre-Dame d'Afrique (Alger)
Épisode 10 :

L'épilogue : quelle vérité ?

28 min
À retrouver dans l'émission

Toujours sans piste solide dans sa recherche sur l’assassin de son père, Adila Bennedjaï- Zou tente le tout pour le tout et va consulter une spécialiste des « cold case », les affaires irrésolues.

Ex-voto à Notre-Dame d'Afrique (Alger)
Ex-voto à Notre-Dame d'Afrique (Alger) Crédits : Adila Bennedjaï-Zou

Où j’apprends que je suis une erreur.

Voilà deux ans qu’Adila Bennedjaï-Zou est partie à la recherche du meurtrier de son père, qui travaillait dans un ferme agricole gérée par des militaires dans l’ouest algérien, à Bousfer. Au cours de voyages sur place, elle suivi toutes les pistes possibles, remonté les fils, fait des déductions et des hypothèses, recoupé les infos et questionné toutes sortes de personnes plus ou moins disposées à rouvrir un dossier pas très net, enterré dans la mémoire des années Boumédiene, le président de l’Algérie de 1965 à 1978. De ce travail de détective est né Mes années Boum, une enquête algérienne.

Aujourd'hui, voici l'épilogue de son enquête en Algérie, quarante ans après les faits. Lors d'un deuxième voyage, elle est repartie accompagnée de sa mère et de son père, enfin son papa, celui qui l’a élevée en vrai. Mais en dehors de quelques souvenirs pas très gais et de parties de rigolades d’un trio de détectives pas banal, l’enquête n’a guère progressé. A la fin, Adila a fini par aller chercher dans la famille de sa mère, dans l’histoire de la rencontre de ses parents et celle de sa naissance s’il n’y avait pas quelque chose à apprendre. Au début de l’épisode, vous l’entendrez retourner voir la femme qui a élevé sa mère et ne lui a plus jamais parlé depuis 44 ans. 

Mes années Boum, c'est donc une quête, une enquête, mais aussi un pan entier de l’histoire algérienne qui se dévoile, lorsqu'Adila pénètre dans les secrets de deux ou trois familles maghrébines au tournant du 21e siècle, au plus près de l’omerta dans l’armée et du silence obstiné d’une institution toute puissante et corrompue...

La vérité, c’est une saloperie en soi.

Générique début : musique originale de Gilles Lavanant.

Chanson de fin : "Raoui" par Souad Massi - Album : Live Acoustique 2007 (2007) - Label : Capitol.

  • Reportage : Adila Bennedjaï-Zou 
  • Réalisation : Cécile Laffon

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......