LE DIRECT
Un chibani devant une résidence Sonacotra en 2001

Mon foyer va craquer

28 min
À retrouver dans l'émission

Chambres de moins de huit mètres carrés, cuisines, douches et toilettes communes dysfonctionnelles, insalubrité, humidité, punaises, cafards. Telle est la situation quotidienne de centaines de travailleurs immigrés dans leur foyer, que la pandémie a rendue explosive.

Un chibani devant une résidence Sonacotra en 2001
Un chibani devant une résidence Sonacotra en 2001 Crédits : STEPHANE LARTIGUE - Getty

Emilie Chaudet reçoit en plein confinement un message avec pour objet "vivre et mourir au foyer Romain Rolland". C'est le point de départ de son immersion dans deux foyers de travailleurs migrants (FTM), situés à Saint-Denis, rue Romain-Rolland et rue David Siqueiros. 

Ces foyers comptent environ trois cents résidents. Pendant le confinement, certains sont tombés malades, d'autres sont morts, parfois seuls dans leur chambre. 

Diaguély Kanté et Bahadémou Coulibaly sont président et vice-président du comité des résidents. Ils essaient désespérément de faire remonter depuis des années les problèmes d'insalubrité et d'insécurité. 

La peinture n'a pas été refaite depuis 1995. Les murs et carrelages sont noirs car l'eau n'est pas évacuée. On patauge dedans. 

Les résidents plaquent des affiches pour se protéger des champignons d'humidité
Les résidents plaquent des affiches pour se protéger des champignons d'humidité Crédits : Emilie Chaudet

Pendant le confinement, les toilettes étaient bouchées et débordaient. Les selles se répandaient dans les couloirs. On a mis plusieurs jours avant d'avoir quelqu'un. 

On paie 310 euros pour sept mères carrées, remplis de punaises et de cafards. 

Genviève Potauton, historienne et militante au sein du Collectif pour l'avenir des foyers (COPAF) est témoin de la détérioration de ces foyers depuis des années.

Romain-Rolland était un des premiers foyers à se lancer dans la grève dans les années 1970, très mobilisé pour l'égalité. Petit à petit ces résidents ont vieilli dans la solitude, et les générations actuelles sont livrées au désespoir et à la colère. 

Ils ont besoin urgemment de désinfection et d'une baisse des loyers. 

Les actions d'Adoma, anciennement Sonacotra (Société nationale de construction de logement de travailleurs) étaient principalement détenues par l'Etat jusqu'à ce qu'en 2014, Manuel Valls donne son accord à son désengagement partiel. La Société Nationale Immobilière (SNI), devient l'actionnaire majoritaire et décide de vendre certains logements, dédiés aux plus pauvres, dans des zones à forte valeur foncière. Une logique spéculative qui laisse ces travailleurs livrés à eux-mêmes dans des conditions indignes. 

Pendant le confinement, personne ne venait nettoyer. Ils avaient peur de mourir. 

On a encore écrit un mail à Adoma la semaine dernière mais on n'a aucune réponse.  On ne sait plus quoi faire avec eux. On n'a vu aucun représentant d'Adoma, ici ; ils fuient. La société n'existe que pour encaisser l'argent. 

La représentante territoriale à Seine-Saint-Denis, ne voit aucun manquement pendant cette période de confinement. Elle assure que des équipes mobiles étaient disponibles pour assister les résidents. 

3,5 millions d'euros, c'est le budget qu'Adoma déploie chaque année en Seine-Saint-Denis. Pour les toilettes qui débordent, nous sommes intervenus dès le premier jour pour désengorger la colonne bouchée. 

Ces toilettes ont été bouchées par des effets jetés dedans et nous sommes intervenus trois fois en tout,  y compris le week-end, pour remédier à cette situation

Adoma prévoit la démolition et le relogement des résidents en 2021. Cette démolition pour cause d'insalubrité avait déjà été prévue en 2011, avant d'être reportée pour 2016. 

Merci à Bahadémou Coulibaly et Diaguély Kanté, à Samba et monsieur Sissoko, Geneviève Petauton, Ali El Baz, Saskia Cousin, ainsi qu'à Laetitia Guidec et Gauthier Bencheick, d'Adoma. 

Reportage : Emilie Chaudet  

Réalisation : Emmanuel Geoffrey

Chanson de fin d'émission : Bleeding de Adana Twins Feat. Human life. 

L'équipe
Production
Production déléguée

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......