LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Au travail, tous les coups sont permis
Épisode 2 :

Nadège et Dylia

28 min
À retrouver dans l'émission

Nadège, serveuse, a dû subir le racisme décomplexé de son supérieur hiérarchique. Dylia, machiniste, a été accusée d'avoir écrasé un piéton au volant de son bus. Deux histoires, à l'issue déconcertante, qui racontent la violence grandissante du milieu professionnel.

Dans le monde du travail, les coups sont parfois violents
Dans le monde du travail, les coups sont parfois violents Crédits : Getty

Racisme en cuisine

Dès son entrée dans le monde du travail, Nadège enchaîne les déconvenues et les mauvaises expériences. Mais en juin 2021, lorsqu'elle postule pour un poste de chef de rang dans un restaurant, elle pense avoir enfin trouvé sa place : l'équipe est jeune, l'ambiance est bonne, Nadège se plaît dans ce nouvel environnement. Mais un samedi midi, elle a une grosse altercation avec le chef de cuisine... Celui-ci devient très agressif, hausse le ton et insulte Nadège

"Je lui dis : "T'as pas à me parler comme ça." Il commence à me faire des menaces de mort : "Je vais éclater ta tête contre le mur, ne crois pas que, parce que t'es une femme, je vais rien faire !"" Nadège    

Choquée, Nadège cherche du soutien auprès de sa patronne, qui organise le lendemain une discussion entre les deux employés pour apaiser la situation. Mais celle-ci s'envenime au contraire quand le chef de cuisine commence à tenir des propos haineux et racistes à l'encontre de la jeune femme. Les employeurs de Nadège et de son chef de cuisine vont-ils sanctionner cette agression ? C'est ce que croyait la jeune femme, mais le monde du travail est sans pitié, et c'est surprise et choquée qu'elle découvre la décision prise par son patron...  

D'une grossesse à un licenciement

Dylia Goloko, trente-cinq ans, a décidé de devenir conductrice de bus pour la RATP. Très déterminée et heureuse de relever le défi, elle passe les concours de recrutement et décroche un poste en novembre 2018. Elle est ravie de son nouveau métier. 

Dylia au volant d'un bus
Dylia au volant d'un bus Crédits : Dylia Goloko

Rapidement toutefois, son médecin la met en arrêt quand il découvre qu'elle est enceinte de jumeaux. Si son manager, qu'elle prévient immédiatement, la félicite pour sa grossesse, Dylia reçoit néanmoins quelques jours plus tard une lettre de licenciement. Le motif ? Elle aurait renversé un cycliste. C'est le début d'un cauchemar pour la jeune femme, qui dément immédiatement cette accusation. 

"J'écrase ne serait-ce qu'une canette ou une bouteille sur la route, je le sens. Alors, un vélo et un être humain, vous vous doutez bien que je l'aurais senti quand même !" Dylia

Cette accusation angoisse terriblement Dylia, qui ne dort plus et ne mange plus. Elle contacte son syndicat et exige plus d'informations de la part de la direction, car aucun incident n'a été signalé au dépôt le jour du prétendu accident... La jeune femme est dans un état d'anxiété abyssal. Une nuit, elle sent des contractions, et accouche prématurément de ses jumeaux, au bout de cinq mois de grossesse, "trop tôt pour qu'ils puissent respirer seuls"... C'est un drame pour elle et sa famille.

Dans le même temps, apprenant l'évènement, sa hiérarchie la réintègre à la RATP... 

Merci à Nadège et Dylia, et à Maître Dulmet.

Reportage : Sophie Simonot 

Réalisation : Emmanuel Geoffroy 

Musique de fin : "Lie to me" (Accoustic) de 12 Stones.

Voici les éléments de réponse proposés par la RATP : 

  • La décision de mettre un terme au contrat de travail de Madame Goloko à la RATP en décembre 2018 était uniquement motivée par la conduite non-sécuritaire de cette dernière.
  • La RATP a reconnu rapidement une erreur de gestion administrative lors de la rupture de la période d’essai de Madame Goloko. Etant embauchée sous statut RATP, une procédure de licenciement aurait dû être engagée, et non une rupture de période d’essai. La rupture de période d’essai a donc été annulée et un entretien préalable concernant les faits qui lui étaient reprochés avait été programmé. 
  • Quelques jours après avoir appris l’événement dramatique qui venait de survenir, à savoir la fausse couche de Mme Goloko, la direction du Centre Bus a décidé d’abandonner la procédure disciplinaire et a proposé de nouvelles fonctions à Madame Goloko. 
  • A ce jour, Madame Goloko fait toujours partie des effectifs de la RATP et est actuellement en arrêt de travail. A sa reprise, l’entreprise lui proposera un entretien de réaccueil pour travailler à une réaffectation sur un métier autre que celui de la conduite. 
  • En octobre 2019, Madame Goloko a saisi le Conseil de prud’hommes d’une demande de résiliation judiciaire de son contrat de travail aux torts de l’employeur. Elle estime que la rupture de la période d’essai de son contrat de travail, laquelle a été annulée, et l’engagement d’une procédure disciplinaire pouvant aller jusqu’à révocation, procédure également annulée, seraient liés à son état de grossesse.
  • La RATP dément formellement avoir eu connaissance au moment des faits de l’état de grossesse de Mme Goloko. L’entreprise a simplement respecté la procédure disciplinaire en convoquant en entretien contradictoire Mme Goloko à la suite d’une conduite non sécuritaire. 
  • La Ratp rappelle qu’elle lutte contre toute les formes de discrimination ou d’agissements sexistes au sein de l’entreprise.
L'équipe
Coordination
Avec la collaboration de
Production déléguée
Réalisation
Stagiaire
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......