LE DIRECT
Pervers ou incompétents, ils ont empoisonné la vie de leurs employés.

Petits chefs 1/2 : les repentis

28 min
À retrouver dans l'émission

Hatice et Frédéric ont été des petits chefs incompétents, autoritaires, pervers ou perdus. Ils reviennent aujourd'hui sur ces méthodes de management qui faisaient pleurer leurs subordonnés.

Pervers ou incompétents, ils ont empoisonné la vie de leurs employés.
Pervers ou incompétents, ils ont empoisonné la vie de leurs employés. Crédits : Isabelle Rozenbaum - Altopress - Maxppp

Frédéric a commencé à travailler à 24 ans avant d'encadrer, huit ans plus tard, ses premières équipes. A sa prise de fonction de manager, il estime, très vite, que certains de ses employés ne partagent pas ses objectifs de temps, de chiffres ou de carrière. La situation s'envenime rapidement.  

J'ai vu des gens en détresse dans mon équipe : certains perdaient complètement le contrôle d'eux-mêmes, d'autres étaient tristes, déprimés ou n'avaient plus envie de travailler. J'ai réalisé par la suite que j'étais l'auteur de ces comportements. 

J'étais assez direct, en réalité, je n'enrobais pas mes mots. Je disais : "ce que tu as fait, c'est de la merde, j'aime pas tes façons de faire"

Un jour, à la suite d'une énième remarque humiliante, un de ses employés explose dans son bureau. 

C'est drôle, car ça ne m'a pas réellement affecté. J'en ai rigolé : j'ai eu une espère de point de satisfecit, de me dire que quelqu'un avait pleuré dans mon bureau. 

Plus tard, il se questionne : a-t-il pu, réellement, faire du mal à quelqu'un ? 

Je suis quelqu'un qui aime les gens. De me dire que, dans certaines périodes de ma vie, des personnes m'ont détesté, j'ai eu du mal à le vivre par la suite. Les entreprises vous forcent à être quelqu'un que vous n'êtes pas : elles vous déshumanisent. 

Hatice est née en Turquie et a grandi en France. En sortant de l'école, elle réalise que la vie active est un lieu d'épanouissement : il faut simplement, d'après elle, faire preuve d'assiduité et de courage. Elle se lance alors à corps perdu dans son travail. 

Mon patron actuel, lorsqu'il m'a proposé le poste, m'a dit : "Je ne te promets rien, ta vie est entre tes mains". Cette phrase était géniale pour moi : si tout dépend de moi, j'arriverai à atteindre mes objectifs

J'ai toujours vu que j'inspirais un profond respect, mais ces personnes prenaient en même leurs distances avec moi. Mon intention de départ était de transmettre ma force, mon énergie. 

Il m'est arrivé de faire pleurer, sans même hausser le ton. Je savais toucher là où ça fait mal. 

Chanson de fin : "You and your heart" par Jack Johnson - album : "To the sea" (2010) - label : Jack Johnson LP5

  • Reportage : Lucia Sanchez
  • Réalisation : Emmanuel Geoffroy

Chroniques

0H01
25 min

Les Nuits de France Culture

Aspects du sacré dans le monde moderne 6/8 - Le sacré et l’argent (1ère diffusion : 10/08/1974)
0H26
3h34

Les Nuits de France Culture

Le bon plaisir - Jean Bernard (1ère diffusion : 16/02/1985)
4H01
24 min

Les Nuits de France Culture

Documents - Etienne Marey est-il l'inventeur du cinéma ? (1ère diffusion : 28/11/1955 Paris Inter)

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......