LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"1/3 de finances en moins = 1/3 de photo en moins” Jean-François Damien, maire de Grand-Failly (Meurthe-et-Moselle)
Épisode 7 :

Maires au bord de la crise de nerfs

28 min
À retrouver dans l'émission

"Etre maire est un travail à temps complet de 9h à 23h avec au moins une journée le week-end." "La plus grande violence c’est de demander à un maire de garantir la tranquillité de sa commune mais de ne pas lui donner le pouvoir d’assurer cette mission." Récits de trois maires, sans étiquette.

"1/3 de finances en moins = 1/3 de photo en moins” Jean-François Damien, maire de Grand-Failly (Meurthe-et-Moselle)
"1/3 de finances en moins = 1/3 de photo en moins” Jean-François Damien, maire de Grand-Failly (Meurthe-et-Moselle) Crédits : Clément Baudet Copyright - Radio France

Jean-François Damien, maire depuis 2001 de Grand-Failly, commune située en Meurthe-et-Moselle qui compte plus 300 habitants, a fait la “Une” des journaux régionaux après les élections présidentielles de 2017... Pour protester contre la baisse des dotations de l'Etat, le maire a installé un bandeau sur la photographie officielle d'Emmanuel Macron mentionnant "1/3 de finances en moins = 1/3 de portrait en moins". Il a été menacé de sanctions pour outrage au Président.  

Quand j’ai reçu la photo officielle de notre président Emmanuel Macron pour l'accrocher dans notre mairie, je me suis rendu compte que sa photo dépassait du cadre habituel. Au lieu d’en racheter un, car la commune n’avait pas les moyens, je me suis dit : “Allez mon coco, tu as réduit nos dotations, je vais te réduire un peu le portrait”: “1/3 de finances en moins = 1/3 de photo en moins”.

Tous les matins, au réveil, j’avais entre 30 et 50 messages envoyés par des gens de toute la France qui me disaient que j’avais bien raison, car la baisse des dotations, c’est la mort de nos communes. 

J’ai toujours clamé haut et fort que j'étais là pour défendre les intérêts de ma commune et de mes habitants.

Michel Arnould est élu en 2014 maire de Verberie, une petite ville d’environ 4 000 habitants qui se situe dans le sud de l’Oise. Il a été victime de menaces de mort par des fauteurs de troubles dans sa commune. Quelques semaines plus tard, il est victime d'un incendie criminel à son domicile.

Etre maire est un travail à temps complet de 9h à 23h avec au moins une journée le week-end.

L’été 2019, une dizaine d’individus a mis le désordre dans la ville en pleine nuit : explosion de pétards, rodéos sauvages, menaces de destruction de biens nationaux, menaces de viol... Les habitants n’arrivaient plus à dormir. Ils avaient peur.

J’ai subi des menaces : "Je vais te cramer dans ta maison avec ta famille ; t’arracher la gueule avec les crocs". Une nuit, un incendie criminel a été déclenché à la porte de mon garage.

La plus grande violence c’est de demander au maire de garantir la tranquillité de sa commune mais de ne pas lui donner le pouvoir d’assurer cette mission.

Christophe Dietrich est élu en 2014 maire de Laigneville. La ville qui compte de plus de 4 500 habitants, située dans l’Oise, a dû faire face à la pénurie de médecins pour notamment faire constater un décès à domicile. En plein désert médical, il a pris un arrêté municipal interdisant aux habitants de décéder à leur domicile. Depuis cet appel à l'aide, la ville a mis en place un cabinet de télémédecine pour répondre aux besoins de la population malgré les menaces de l'Agence Régionale de Santé.  

Je me suis retrouvé les deux pieds dans le sable, face à un mur, en plein désert médical. C’était une situation tellement absurde que j’ai décidé de prendre un arrêté municipal tout aussi absurde portant sur l’interdiction de mourir à domicile. Les gens de ma commune m'ont pris pour un fou. J’ai commencé à faire des recherches pour trouver des médecins, je suis tombé sur des marchands de tapis. En tant qu’élu, notre rôle est d’avoir le sentiment du devoir accompli... On a le choix : soit on ne fait rien et on ne risque rien. Soit, compte tenu des lourdeurs administratives, on est obligé d’être borderline. Christophe Dietrich

  • Reportage : Clément Baudet
  • Réalisation : Clémence Gross 

Référence musicale de fin d’émission

  • Chanson de fin : "A Má Reputação" (La Mauvaise Réputation) de Bïa

Playlist à emporter En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

Pour aller plus loin

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......