LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pyramide de femmes, 1937
Épisode 1 :

Victorine, la vieille bretonne

27 min
À retrouver dans l'émission

Victorine vit à Trégunc et n'attend plus rien de la vie, si ce n'est son "dernier voyage". La mer lui a pris ses hommes, il y a 70 ans. Le temps n'efface rien…

Victorine parmi ses fleurs, en 1997.
Victorine parmi ses fleurs, en 1997. Crédits : Jean Lozac'h

La mer n'est pas une simple balade, qui se laisser regarder et photographier. Le marin meurt en mer, elle reprend ce qu'elle a donné, la mer est un destin. Victorine, née en 1911, le sait bien.

Le corps ne vaut pas les quatre fers d'un chien ! Vous savez combien ça vaut les quatre fers d'un chien ? Non ? Vous ne savez pas ça ? Mais le chien n'a pas de fers, bon sang de bonsoir !

Victorine, en marchant munie de sa canne, ne regarde pas cette mer cruelle. Cela fait d'ailleurs longtemps qu'elle n'y est pas allée. Jadis, elle y emmenait ses enfants. Mais la mer a emporté trois de ses hommes. 

J'ai perdu mes trois hommes le même jour : mon père, mon mari, mon frère. Alors la mer, je ne la regarde même pas. On ne peut pas regarder ce qui nous fait du mal. 

Victorine en costume de Pont-Aven en 1931 pour son mariage, à 20 ans
Victorine en costume de Pont-Aven en 1931 pour son mariage, à 20 ans

Quand l'heure est venue, vous ne pouvez rien faire, ni vous ni les autres. Je me suis mariée à vingt-et-un, j'étais veuve à vingt-deux, avec un enfant dans les bras. 

Fille et épouse de marin, Victorine dit avoir "suivi son destin" : en secondes noces, elle épouse à nouveau un marin, qui périt en 1977. Pour elle, rien ne sert de trop réfléchir ou de lutter. Il faut seulement accepter, tout en philosophie :

Je vous dis que quand quelque chose doit arriver, cela arrivera. On suit son destin, on ne fait pas autre chose. 

Victorine a travaillé à l'usine tôt, a élevé ses enfants et beaux-enfants, a été heureuse durant ses mariages. Mais cela fait longtemps qu'elle n'attend plus rien de la vie. Le temps n'efface rien. 

"La vie n'est un rêve, que l'on doit pouvoir quitter en chantant"... C'est pas vrai tout ça... Non. 

On ne peut pas oublier. C'est pas la peine que je vive jusqu'à mille ans... Qu'est-ce que je fous ici, sur terre ? Pas grand chose.  

Au moment de l'au revoir, Victorine est toujours aussi légère et souriante, laissant éclater un "Kenavo !".

Reportage : Stéphanie Thomas

Réalisation : Laurent Paulré

Musique de fin : "Face à la mer", Les Négresses Vertes - Album : Le grand déballage-best of

Des nouvelles depuis cette diffusion de 2005 

Victorine a fait un AVC en 2008, qui lui a fait perdre l'usage de ses jambes. Elle qui aimait tant jardiner, elle en a eu définitivement marre de la vie. Dans la maison de retraite LES BRISANS à Trégunc, elle répétait à qui voulait l'entendre : "je ne veux pas avoir 99 ans." Elle est partie à 98 ans, en 2010. 

Lors de ses obsèques, il y avait tellement de monde que tous ne pouvaient rentrer dans l'église. Puis au moment de sonner le glas, un incident survient ; ce sont les carillons qui partent la place ! Selon son gendre, Jean Lozac'h, Victorine n’aurait pas pu rêver mieux ! Le glas ne lui ressemblait pas. 

Remerciements à Jean Lozac'h pour ces magnifiques photos de notre chère Victorine. 

Première diffusion le 20/10/2005.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......