LE DIRECT
"Mes parents à Wuhan étaient étonnés de me voir arriver masqué."

Wuhan confidentiel (1/2)

28 min
À retrouver dans l'émission

Bingtao Chen est un jeune chinois résidant à Paris. Mi-janvier, il part célébrer le Nouvel An chinois à Wuhan, chez ses parents. Quelques jours après son arrivée, il se retrouve confiné. Va-t-il réussir à rentrer en France avant que les frontières ne se referment complètement ?

"Mes parents à Wuhan étaient étonnés de me voir arriver masqué."
"Mes parents à Wuhan étaient étonnés de me voir arriver masqué." Crédits : Roslan Rahman - AFP

Bingtao Chen est en France depuis cinq ans. Il obtient sa licence à Wuhan, dans la province du Hubei, puis il est engagé comme cadre dans une grande entreprise franco-italienne à Shenzen. Un poste auquel il consacre tout son temps. La rencontre avec la France, remet en cause ce mode de vie chinois. 

Lors d'un voyage d'affaires à Grenoble, j'ai découvert la façon de travailler des Français et des Françaises. À 17H30 les salariés rentrent chez eux. J'étais choqué de voir des gens profiter autant de leur vie. Je me suis dit que moi, je ne profitais pas du tout de la mienne. 

Bingtao Chen décide de venir vivre en France. Mais il retourne tous les ans chez ses parents pour fêter le nouvel an chinois. Cette année, son départ pour Wuhan est prévu pour le 17 janvier. 

À propos du virus découvert à Wuhan, ma sœur m'a rassuré en me disant que selon les experts, ce virus ne se transmet pas chez l'Homme. 

Lorsqu'il arrive en Chine, la population ne risque rien selon les médias. En quelques jours cependant, le discours officiel change ; on prend la température des voyageurs arrivant à Wuhan. 

Le 23 janvier la mairie de Wuhan annonce la fermeture de la ville. On pensait que ça durerait quelques jours. Puis, j'ai reçu un message sur mon téléphone disant que mon retour à Paris était annulé. 

Le lendemain matin, des voisines viennent prendre la température des habitants de la résidence où habitent les parents de Bingato. Elles le feront tous les jours. 

À chaque carrefour, des tentes rouges sont installées pour prendre la température des passants. On la prend aussi à l'entrée des magasins ; la limite c'est 37,3 °C. Au-delà, on nous interdit l'entrée et on nous envoie à l'hôpital. 

Un test massif à Wuhan après l'apparition de nouveaux cas en mai
Un test massif à Wuhan après l'apparition de nouveaux cas en mai Crédits : Hector Retamal - AFP

Les règles se sont progressivement durcies. Tous les trois jours, un seul membre du foyer était autorisé à sortir. 

Les livraisons privées ont été interdites. Des courses étaient livrées mais nous ne pouvions pas en choisir le contenu. Nous avions le droit à un panier de viande et à un panier de légumes. 

On avait envie de manger autre chose, des fruits par exemple, de la viande de qualité. Des groupes WeChat ont été montés pour organiser des livraisons officieuses. 

Bingtao Chen ira de nuit, discrètement, s'approvisionner auprès de dealers de viande. 

Une vendeuse de canards à Wuhan en avril 2020
Une vendeuse de canards à Wuhan en avril 2020 Crédits : Hector Retmal - AFP

Fin février, une application est prévue par le gouvernement pour surveiller et organiser les sorties des habitants. 

On doit donner des informations basiques et remplir un formulaire concernant nos symptômes et les personnes croisées. Passé quatorze jours, une couleur nous est attribuée, nous indiquant si on a le droit de sortir ou non.  

  • Reportage : Stéphanie Thomas
  • Réalisation : Clémence Gross
  • Mixage : Eric Villefin

Musique de fin d'émission : Relax, Take It Easy de Mika. Label : Universal-Island Records Ltd

Playlist à emporter

En cliquant sur "Ajouter à..." vous pourrez récupérer tout ou partie de la playlist de cette émission sur Spotify, Deezer ou Youtube.

L'équipe
Production
Production déléguée
Réalisation

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......