LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait d'Henri Matisse le 20 mai 1933 par l'écrivain et photographe Carl van Vechten (1880–1964)

Henri Matisse

59 min
À retrouver dans l'émission

"La Desserte rouge", un prétexte haut en couleur pour parler d'un des artistes majeurs du XXème siècle.

Portrait d'Henri Matisse le 20 mai 1933 par l'écrivain et photographe Carl van Vechten (1880–1964)
Portrait d'Henri Matisse le 20 mai 1933 par l'écrivain et photographe Carl van Vechten (1880–1964) Crédits : Library of Congress. Domaine public

Émission consacrée à Henri Matisse et aux rapports entre le peintre et le grand collectionneur Sergueï Chtchoukine.

Portrait de Chtchoukine par Dimitri Melnikov (1915)
Portrait de Chtchoukine par Dimitri Melnikov (1915) Crédits : Wikipédia

Aujourd’hui, nous observons ensemble la célèbre "Desserte rouge" ou "harmonie en rouge" de l’artiste Henri Matisse, une huile sur toile de 180x220 cm réalisée en 1908 et conservée au Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg. Cette œuvre avait été acquise à l’origine par Sergueï Chtchoukine- collectionneur russe visionnaire de l’art moderne français – et notamment vif défenseur de l’art de Matisse. Ce tableau est représentatif du fauvisme, dont Matisse fut le chef de file.

Affiche de l'exposition
Affiche de l'exposition Crédits : Fondation Louis Vuitton

Expo " Icônes de l'Art Moderne. La collection Chtchoukine " du 22.10.16 au 20.02.17 à la Fondation Louis Vuitton.

Avec : Eric de Chassey (directeur général de l'INHA après avoir été directeur de l'Académie de France à Rome de 2009 à 2015. Historien de l'art, critique et professeur d'art contemporain) et l'artiste Armand Jalut.

Éric de Chassey, né en 1965 à Pittsburgh (États-Unis), est un historien de l’art, concepteur et organisateur de programmes artistiques (arts visuels, musiques actuelles et contemporaine, cinéma, littérature et débats) et responsable d’institution culturelle.

Eric de Chassey
Eric de Chassey Crédits : Isabelle Waternaux

Directeur de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA) depuis 2016, il est professeur d’histoire de l’art à l’École Normale Supérieure de Lyon depuis 2012. Il a été le directeur de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis pendant six ans (2009-2015), après avoir été membre de l’Institut Universitaire de France (2004-2009). Ancien élève de l’École Normale Supérieure (Ulm - 1986), il a également étudié les sciences politiques, avant de devenir maître de conférences en histoire de l’art à l’Université Paris-Sorbonne (1996-1999) et professeur d’histoire de l’art à l’Université François-Rabelais de Tours (1999-2012).

Il a publié articles, essais, catalogues et livres sur l’art, en particulier sur l’histoire de l’art et son enseignement, sur l’œuvre de Matisse, l’art américain, l’abstraction des XXe et XXIe siècles, la photographie et la culture visuelle de la seconde moitié du XXe siècle. On retiendra notamment : Andrzej Wróblewski recto/verso (Varsovie, Museum of Modern Art / Madrid, Museo Reina Sofia, 2015) ; Pour l’histoire de l’art (Actes Sud, 2011) ; Europunk. La culture visuelle punk en Europe, 1976-1980 (AFR-Drago-Cité de la musique, 2010-2013) ; Ils ont regardé Matisse. Réceptions abstraites de Matisse, 1948-1968 (Musée Matisse, Le Cateau-Cambrésis, 2009) ; Repartir à zéro, comme si la peinture n’avait jamais existé, 1945-1949 (Musée des Beaux-Arts de Lyon - Hazan, 2008) ; Platitudes, Une histoire de la photographie plate (Gallimard, 2006) ; Kelly-Matisse, Dessins de plantes (Paris, Centre Pompidou / Saint Louis Art Museum, 2002) ; La peinture efficace, Une histoire de l’abstraction aux États-Unis, 1910-1960 (Gallimard, 2001) et La violence décorative: Matisse et les États-Unis (Jacqueline Chambon, 1998). Un nouveau livre, L’abstraction, avec ou sans raisons, est à paraître début 2017 chez Gallimard, parallèlement à Après la fin. Suspensions et reprises de la peinture abstraite dans les années 1960.

Il a également organisé ou co-organisé de nombreuses expositions monographiques, thématiques et collectives, en France et à l’étranger, et a dirigé ou co-dirigé plusieurs colloques internationaux, dont Relectures postcoloniales des échanges artistiques et culturels entre Europe et Maghreb (Algérie, France, Italie, Maroc et Tunisie) – 18e-21e siècles (Paris et Rome, 2015) ; Andrzej Wróblewski, from within / from without - Andrzej Wróblewski, z bliska / z daleka (Varsovie, 2013) ; Pierre Soulages (Paris, 2010) ; Repartir à zéro, Arts, culture et politique dans l’immédiate après-seconde guerre mondiale (1945-1949) (Lyon, 2009) ; Les utopies de l’abstraction (Tours, 2005) ; Autour de Supports/ Surfaces (Paris, 1998).

Armand Jalut est peintre. Il est né en 1976. Il vit et travaille à Paris.

Armand Jalut devant son oeuvre "A piece of lace" (2014)
Armand Jalut devant son oeuvre "A piece of lace" (2014) Crédits : Courtesy de l’artiste et Michel Rein, Paris/Brussels.

Armand Jalut a exposé dans de nombreux musées et fondations : Les Abattoirs, Musée d’art contemporain de Toulouse (2014, solo), Rencontres d’art contemporain de Cahors (2012), Perm Contemporary Art Museum, Moscou (2012), « Dynasty », Musée d’art Moderne de la Ville de Paris/Palais de Tokyo (2011), Creux de l’Enfer, Thiers (2011), Musée de L'Abbaye Sainte-Croix, Les Sables d'Olonne (2009), et Fondation Claudine et Jean-Marc Salomon (2007).

Il a récemment fait une exposition remarquée à la galerie Michel Rein (42 rue de Turenne, Paris 3ème) : Palagonia POV, du 3 septembre au 13 octobre 2016.

Ses œuvres font partie de nombreuses collections : Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris / Fonds National d'Art Contemporain, Paris / Fonds Municipal d'Art Contemporain de Paris / Fonds Régional d’Art Contemporain Aquitaine / Fonds Municipal d'Art Contemporain de Gennevilliers / Musée de l'Abbaye de Sainte Croix, les Sables d'Olonne / Fondation d'entreprise Colas, Paris.

Textes (extraits de) : Jacob Tugenhold, « Frantsuzkoie sobranie S.I. Chtchoukina » p.27, trad Hilary Spurling - Henri Matisse, « Notes d’un peintre » 25 décembre 1908 dans La Grande Revue - Texte que Maurice Denis consacre à Matisse au moment du célèbre Salon d’automne de 1905 qui institua l’expression de « fauvisme » à propos de ces jeunes peintres auxquels appartenait Matisse, formule initiée par le critique Louis Vauxcelles qui écrivit la fameuse sentence : « c’est Donatello parmi les fauves » -

Archives Ina : André Masson dans "Une vie une oeuvre" de Paule Chavasse consacrée à Matisse -

Pour en savoir plus sur Sergeï Chtchoukine

Autre exposition : "Henri Matisse. Le laboratoire intérieur" du 2 décembre 2016 au 6 mars 2017 (une exposition du 40ème anniversaire du Centre Pompidou) au musée des Beaux-Arts de Lyon (Rhône).

Affiche de l'exposition
Affiche de l'exposition Crédits : Musée des Beaux-Arts de Lyon

Une grande rétrospective consacrée à Henri Matisse (1869-1954) ouvre vendredi 2 décembre 2016 au musée. Artiste reconnu pour ses peintures au chromatisme vibrant et éblouissant, Matisse s'est aussi adonné à la pratique du dessin, discipline quotidienne qui lui a permis de conquérir la plus grande liberté.

L'exposition retrace, autour d'environ 250 œuvres, l'épanouissement de son œuvre dessiné autour de quelques séries : les académies, les dessins au pinceau fauves de 1905-1906, le travail du portrait dans les années 1910, les « Cinquante dessins » ingresques de 1919-1920, annonçant les odalisques de la période niçoise, les dessins au trait transparents de 1935-1937, aussitôt suivis de grands fusains longuement travaillés en 1938-1939, la « floraison » des Thèmes et Variations en 1941-1942 et les derniers dessins au pinceau monumentaux des années 1947-1952.

N'ayant pas les droits pour afficher l'oeuvre sur notre site, des liens, dans le titre de celle-ci, vous permettrons d'accéder à deux pages qui l'affichent : wikipédia en anglais et celle du musée de l'Ermitage, à St- Pétersbourg, également en anglais.

Intervenants
  • Directeur de l’Institut national d’histoire de l’art (INHA), ancien directeur de la Villa Médicis
  • Artiste peintre
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......