LE DIRECT
La Femme à la balance (vers 1664)

La femme à la balance (vers 1664) de Johannes Vermeer

1h
À retrouver dans l'émission

Élégance et application

La Femme à la balance (vers 1664)
La Femme à la balance (vers 1664) Crédits : Johannes Vermeer (1632 - 1675) - Wikipédia

Aujourd’hui, nous observons ensemble une huile sur toile du peintre néerlandais Johannes Vermeer. Intitulée « Femme à la balance » ou "La Peseuse de perles" ou encore "La Peseuse d'or", cette oeuvre mesure 42, 5 x 38 cm et fut exécutée entre 1662 et 1665. Conservée à la National Gallery of Art de Washington, elle est en ce moment exposée exceptionnellement en France dans le cadre de l'exposition « Vermeer et les maîtres de la peinture de genre » (22 Février - 22 Mai 2017) au Louvre.

« Que ses personnages soient présentés de face, de dos ou de profil, chaque fois le spectateur désireux de se mêler à la scène, de pénétrer en son intimité enchanteresse, affronte les meubles en avant-plan, se heurte à leurs barrières infranchissables et se voit ignoré par les protagonistes du tableau, pourtant extrêmement proches de lui et qui pourraient tacitement l' inviter parmi eux..." Pierre Sterckx, Les mondes de Vermeer , collection Lignes d'art - Discipline Philosophie - Date de parution : 25.03.2009 - Editions PUF /

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l'ouvrage Crédits : Éditions PUF (2009)

Avec Blaise Ducos et Ismaïl Bahri

Blaise Ducos
Blaise Ducos Crédits : 2017 Musée du Louvre / Xavier Milan

Conservateur du patrimoine et docteur en histoire de l’art, Blaise Ducos est en charge de la collection des peintures flamandes et hollandaises des XVIIe et XVIIIe siècles au musée du Louvre depuis 2005.

Il a notamment été commissaire des expositions « Frans Post. Le Brésil à la cour de Louis XIV » (musée du Louvre, 2005), « Rembrandt et la figure du Christ » (musée du Louvre, 2011) et « L’Europe de Rubens (musée du Louvre-Lens, 2013). Sa thèse, « Frans Pourbus le Jeune. Portrait d’apparat à l’aube du Grand Siècle, entre Habsbourg, Médicis et Bourbon », a reçu en 2012 le prix Richtenberger de l’Académie des Beaux-Arts.

Ismaïl Bahri
Ismaïl Bahri Crédits : Photo Adrien Chevrot © Jeu de Paume

Ismaïl Bahri vit et travaille à Paris. Son œuvre s’ouvre à de multiples références culturelles et esthétiques et développe des expérimentations plasticiennes précises et sensibles. Leurs résultats prennent la forme de dessins, de vidéos, de photographies, d’installations ou encore d’hybridations entre ces différents supports. Des matières simples y sont manipulées et conduites à une transformation, au moyen de gestes et procédés d’inspiration souvent mécanique liés au cinéma ou à la photographie. Ainsi, dans la vidéo Orientations (2010), l’artiste filme une déambulation urbaine dans Tunis en cadrant sa caméra sur un verre rempli d’encre noire, agissant comme une lentille et reflétant l’espace environnant. L’interrogation sur la porosité de l’art vis-à-vis du monde contemporain est générée au moyen d’un processus quasi-cinématique reposant sur les principes d’enregistrement, de mise en mouvement, d’invention simultanée d’une surface sensible et d’un écran de projection, à l’aide de moyens tout à fait dérisoires. Si la production de traces constitue un acte de révélation, le retrait, l’effacement des formes sont autant de moyens privilégiés par Ismaïl Bahri pour développer des expériences qui s’appuient sur le caractère organique et impermanent des choses. Dans un lent mouvement perpétuel, les qualités naturelles du monde ordinaire se dérobent et restent insaisissables. Les étranges rituels qu’il invente déroulent un questionnement sur les limites du visible et de la perception. (Gilles Baume)

Son actualité : Instruments du 13 juin au 24 septembre 2017, au Jeu de Paume, Concorde, Paris.

Le Jeu de Paume ouvre ses portes à Ismaïl Bahri pour sa première exposition d'ampleur. Né à Tunis en 1978, l’artiste évolue entre Paris et Tunis. Il privilégie la vidéo sans cependant négliger le dessin, la photographie et l’installation. Les travaux d’Ismaïl Bahri résultent souvent d’une série d’opérations dont les acteurs sont toujours des éléments simples issus du quotidien, tandis que l’intrigue se noue dans l’interaction qui s’établit entre eux : une goutte d’eau qui, apposée sur la peau, réagit aux pulsations artérielles, un fil qui se rembobine, les fibres d’un papier qui s’imprègnent d’encre... Par son regard attentif, son sens du détail et son goût pour l’énigme, l’artiste provoque des micro-événements dont il interroge les conditions de visibilité.

Dénouement (2011). Ismaïl Bahri. Vidéo HD 16/9, 8 min
Dénouement (2011). Ismaïl Bahri. Vidéo HD 16/9, 8 min Crédits : Ismaïl Bahri

«Instruments» offre une sélection de ses principaux travaux à laquelle s’ajoutent deux nouvelles œuvres, pensées et produites pour l’occasion. Cet ensemble de huit œuvres vidéo rend compte des principaux sujets de réflexion irriguant son travail, comme l’élémentaire, la durée, l’échelle, la transformation, mais aussi la visibilité et l’invisibilité, le mystère et sa résolution. L’exposition tente de développer un mouvement d’élargissement progressif, qui part de la sphère intime pour aboutir à une ouverture vers l’extérieur (sur le paysage, la lumière ainsi qu’une certaine forme d’abstraction).

Textes lus par Sabine Haudepin

Couverture du catalogue de l'exposition
Couverture du catalogue de l'exposition Crédits : Louvre éditions (2017)

Extraits : Arthur Wheelock Jr, conservateur à la National Gallery of Art de Washington / Pierre Sterckx pour Les mondes de Vermeer , collection : Lignes d'art - Discipline : Philosophie - Date de parution : 25/03/2009 - Editions PUF / René Huyghe à propos de Vermeer(1968) -

Arthur K. Wheelock, Jr (après  2002), conservateur de la Collection des peintures baroques du nord de l'Europe à la National Gallery of Art (Washington)
Arthur K. Wheelock, Jr (après 2002), conservateur de la Collection des peintures baroques du nord de l'Europe à la National Gallery of Art (Washington) Crédits : The Natioanl Gallery of Art (Washington) - Wikimedia commons

Archives INA : Jean Clair interviewé par Eva Bester, en janvier 2016

Jean Clair, écrivain, essayiste et historien de l'art français (30.01.2013)
Jean Clair, écrivain, essayiste et historien de l'art français (30.01.2013) Crédits : Claude Truong-Ngoc - Wikimedia commons

Musiques (extraits) : Elisabeth Coudoux ‎pour Some Poems - Dominique Vasseur ‎pour Dans Le Souffle Des Ombres - Bernhard Günter ‎– Crossing The River (Night Music)

Cover album "Some poems" d'Elisabeth Coudoux
Cover album "Some poems" d'Elisabeth Coudoux Crédits : Leo Records (10.2016)

« Elle (la couleur) va épanouir sa vie propre, dilater sa masse charnue, se gonfler, couler en filet, s’étaler en nappe savoureuse, mais elle s’astreint à une stricte discipline, elle ne s’écarte jamais de l’absolue vérité de la valeur colorée qui la relie à son modèle et la confond avec elle (…) La différence est qu’elle ne s’efface jamais comme jadis dans l’anonymat de l’imitation, elle s’affirme, au contraire, mais sans jamais contredire le réel (…) c’est la justesse de l’œil qui rétablit le lien entre la matière des choses et la matière de la peinture (…) René Huyghe (1968) à propos de Vermeer

Intervenants
  • Conservateur du patrimoine et docteur en histoire de l’art
  • Artiste contemporain : vidéo, dessin, photographie et installation
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......