LE DIRECT
La Mort de Sardanapale (huile sur toile de 1827)

La mort de Sardanapale (1827)

59 min
À retrouver dans l'émission

Lorsque Sardanapale sentit la défaite approcher, il décida de mourir avec toutes ses femmes, ses chevaux et ses objets précieux et d'incendier son palais...

La Mort de Sardanapale (huile sur toile de 1827)
La Mort de Sardanapale (huile sur toile de 1827) Crédits : Eugène Delacroix (1798-1863)

La Mort de Sardanapale est un tableau de grande taille (392 cm × 496 cm) réalisé par Eugène Delacroix. Il fait partie des collections du musée du Louvre, où il est entré en 1921, grâce aux arrérages du legs Audéoud. Le musée conserve également un petit tableau (100 cm × 81 cm) sur le même thème ; acquis en 1925 grâce à un legs de la comtesse Paul de Salvandy, née Eugénie-Marie-Gabrielle Rivet, c'est une esquisse du précédent.

Assurbanipal, roi d'Assyrie de 669 av. J.-C. à 631 av. J.-C.
Assurbanipal, roi d'Assyrie de 669 av. J.-C. à 631 av. J.-C. Crédits : Wikipédia

Eugène Delacroix éprouva le besoin de fournir quelques explications lorsque la toile fut exposée la première fois ; il le fit en ces termes :

« Les révoltés l’assiégèrent dans son palais… Couché sur un lit superbe, au sommet d’un immense bûcher, Sardanapale donne l’ordre à ses esclaves et aux officiers du palais d’égorger ses femmes, ses pages, jusqu’à ses chevaux et ses chiens favoris ; aucun des objets qui avaient servi à ses plaisirs ne devait lui survivre. » Eugène Delacroix

"La mort de Sardanapale" (détail)
"La mort de Sardanapale" (détail) Crédits : Eugène Delacroix

Le tableau est exposé au musée du Louvre, département des Peintures : Peinture française

Invité : Dominique de Font-Réaulx

Dominique de Font-Réaulx est conservateur général au Musée du Louvre, directrice du musée Eugène Delacroix. Elle a été, pendant cinq ans, chargée de mission auprès d’Henri Loyrette, pour la coordination scientifique du projet du Louvre Abou Dabi. Auparavant, elle a été conservateur au Musée d’Orsay, en charge de la collection de photographies ; elle a commencé sa carrière comme conservateur de la collection de moulages du Musée des Monuments français, de sa restauration et de son redéploiement.

Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée national Eugène-Delacroix
Dominique de Font-Réaulx, directrice du musée national Eugène-Delacroix Crédits : 2014 Musée du Louvre / Antoine Mongodin

Elle a été commissaire de plusieurs expositions, notamment, en 2002, L’Invention du sentiment (Musée de la Musique), en 2003, Le daguerréotype français, un objet photographique (Musée d’Orsay, The Metropolitan Museum of Art) ; en 2005, Dans l’Atelier (Musée d’Orsay) ; en 2006, L’œuvre d’art et sa reproduction photographique (Musée d’Orsay) ; en 2007-2008, Gustave Courbet (1819-1877) (Galeries nationales du Grand Palais, The Metropolitan Museum of Art, Musée Fabre) ; Jean-Léon Gérôme (2010, Musée d’Orsay, The Getty Museum, Fondation Thyssen à Madrid), Delacroix en héritage, autour de la collection Moreau-Nélaton (2013, Musée Eugène Delacroix), Objets dans la peinture, souvenir du Maroc( 2014, Musée Eugène Delacroix). Elle est commissaire, avec Jean de Loisy, de l’exposition Brève histoire de l’avenir au Louvre à l’automne 2015 et commissaire des nouvelles salles éducation du Louvre, la Petite Galerie, ouverte en octobre 2015.

Elle a collaboré à de très nombreux catalogues et ouvrages, notamment Le photographe et son modèle, l’art du nu au XIXe siècle (BnF/Hazan, 1997), Courbet’s landscapes (The Getty Museum, 2006), Alfons Mucha (Musée du Belvédère, Musée Fabre, 2009), La collection du musée du Quai Branly. Elle a publié Peinture et photographie, les enjeux d’une rencontre, chez Flammarion, en 2012. Elle enseigne à l’Ecole du Louvre en master 1 et 2 et à l’Institut de Sciences politiques de Paris, en Master 2 Affaires publiques.

Bandeau du site du musée Eugène Delacroix
Bandeau du site du musée Eugène Delacroix Crédits : Eugène Delacroix

Le musée national Eugène Delacroix occupe l’appartement du peintre ainsi que son atelier situé dans le jardin privatif, 6 rue de Furstenberg dans le 6ème arrondissement de Paris.

Les textes (extraits) sont lus par Jean-Pierre Leroux. Extraits de : Sardanapale de Lord Byron, acte V - Charles Beaudelaire (1861) - Eugène Delacroix, livret du Salon de 1827 - Article du critique Chauvin dans le Moniteur Universel, le 27 février 1828 - Article du critique Jal (1828) - Eugène Delacroix dans sa Lettre à Charles Soulier (11 février 1828) - Charles Beaudelaire (1846) -

Quelques références musicales (extraits) : Erkki-Sven Tüür dans ses créations pour orchestre "L’ombra della croce" (2014) , Symphonies n°7 "Pietas" (2009) et n° 4 "Magma" (2002. For Solo Percussion and Orchestra). Lien pour accéder au site proposant la photo ci-dessous.

Erkki-Sven Tüür Estonia maja 100. aastapäeva puhul korraldatud autogrammitunnis
Erkki-Sven Tüür Estonia maja 100. aastapäeva puhul korraldatud autogrammitunnis Crédits : Ave Maria Mõistlik (Wikipédia)

Pour aller plus loin :

La légende de Sardanapale a particulièrement inspiré écrivains et artistes à l'époque romantique comme Lord Byron et Hector Berlioz :

1) Sardanapale, un drame de Lord Byron (1821, traduit en français dès 1822)

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l'ouvrage Crédits : Editions du Sandre (2006)

L'ouvrage comprend : Manfred, poème dramatique en trois actes - Marino Faliero, tragédie historique en cinq actes - Le ciel et la terre, mystère en un acte - Sardanapale, tragédie en cinq actes. Traduit de l'anglais par Benjamin Laroche - Paru le 18 septembre 2006 - 1 vol. (333 p.) ; 22 x 14 cm - ISBN 10 2-914958-44-7 - Editeur Ed. du Sandre, Paris - Série Théâtre complet, n° 1

« Quand nous enlevons la vie aux hommes, nous ne savons ni ce que nous leur enlevons, ni ce que nous leur donnons. (Lord Byron, Sardanapale) » -  « Quand vient l'heure de l'adversité, tous deviennent courageux contre celui qui tombe. (Lord Byron, Sardanapale) »

2) La Mort de Sardapanale, cantate composée par Hector Berlioz pour son prix de Rome (1830).

Hector Berlioz en 1863
Hector Berlioz en 1863 Crédits : Pierre Petit (1832–1909)

Deux expositions à venir :

Kudurru de Melishipak II commémorant un don de terres à son fils. Sush (ancienne Suse), emporté de Mésopotamie en butin par Shutruk-Nahhunte au 12e siècle avant J.-C.
Kudurru de Melishipak II commémorant un don de terres à son fils. Sush (ancienne Suse), emporté de Mésopotamie en butin par Shutruk-Nahhunte au 12e siècle avant J.-C. Crédits : RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

Légende intégrale* :Kudurru de Melishipak II commémorant un don de terres à son fils. Sush (ancienne Suse), emporté de Mésopotamie en butin par Shutruk-Nahhunte au 12e siècle avant J.-C. - Époque du Bronze récent, règne de Melishipak II (1186-1172 avant J.-C.) - Calcaire noir. Paris, musée du Louvre © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

"L'histoire commence en Mésopotamie"

La Mésopotamie, le pays entre les deux fleuves situé pour l'essentiel en Irak actuel, est le berceau de l'économie moderne et de l'écriture avec laquelle commence l'histoire. C'est aussi le pays des premières villes et des systèmes politiques et administratifs les plus anciennement connus à ce jour. Si nos villes, notre cadre de vie, nos croyances et notre imaginaire modernes sont bien diff érents de ceux de la Mésopotamie antique, ils n'en sont pas moins les héritiers des « premières fois » fondamentales de la civilisation mésopotamienne.      
> C'est ce monde à la fois proche et lointain que l'exposition présentera, à travers des oeuvres majeures et des témoins inédits de la Mésopotamie du 3e au 1er millénaire avant J.-C.      
> Le musée du Louvre entend ainsi montrer l'importance fondamentale de ce patrimoine mondial, connu partiellement grâce à la Bible et redécouvert à partir du 19e siècle lors des fouilles archéologiques, alors qu'il est aujourd'hui menacé par la situation tragique en Irak et au Moyen-Orient.      
> Commissaire : Ariane Thomas, musée du Louvre.

Exposition du 2 novembre 2016 - 23 janvier 2017 au Louvre Lens, Galerie d'exposition temporaire

Maquette du pont de Tello, premier pont connu de l'histoire. Tello (ancienne Girsu), tell X dit « Tells de l'Est » Époque néo-sumérienne, vers 2150-2000 avant J.-C. Plâtre. Paris, musée du Louvre
Maquette du pont de Tello, premier pont connu de l'histoire. Tello (ancienne Girsu), tell X dit « Tells de l'Est » Époque néo-sumérienne, vers 2150-2000 avant J.-C. Plâtre. Paris, musée du Louvre Crédits : RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Philippe Fuzeau

Légende intégrale* : Maquette du pont de Tello, premier pont connu de l'histoire. Tello (ancienne Girsu), tell X dit « Tells de l'Est ». Époque néo-sumérienne, vers 2150-2000 avant J.-C. - Plâtre. Paris, musée du Louvre © RMN - Grand Palais (musée du Louvre) / Philippe Fuzeau

* Deux des nombreuses oeuvres qui seront exposées au Louvre Lens.

À paraître le 24 février 2017, éditions Somogy : Mao Yan dans l'atelier de Delacroix sous la direction de Dominique de Font-Réaulx :

Considéré comme l'un des portraitistes majeurs de la chine contemporaine, Mao Yan est le premier artiste invité à s'installer dans l'atelier d'E. Delacroix. Conçu comme un portfolio, l'ouvrage rassemble une trentaine de ses productions créées autour d'un choix personnel d'une sélection d'oeuvres d'Eugène Delacroix. Exposition, Paris, Musée national Eugène Delacroix, automne 2016.Edition trilingue français-anglais-chinois

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......