LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Portrait d'Andy Warhol en janvier 1987.

La série des « Shadows » (1978-1979) d’Andy Warhol (1928-1987)

59 min
À retrouver dans l'émission

A l’occasion de la première présentation en Europe des Shadows (1978-79) dans leur totalité, le Musée d'Art moderne de la Ville de Paris consacre une exposition exceptionnelle à Andy Warhol.

Portrait d'Andy Warhol en janvier 1987.
Portrait d'Andy Warhol en janvier 1987. Crédits : Leonardo Cendamo/ Leemage - AFP

* La série des « Shadows » (1978-1979) d’Andy Warhol * (1928-1987).
1ère présentation en Europe des « Shadows » dans leur intégralité au Musée d’Art Moderne (MAM) de la Ville de Paris dans le cadre de l’exposition « Warhol. Unlimited » du 02 octobre 2015 au 07 février 2016.
Avec plus de 200 œuvres, cette exposition met en valeur la dimension sérielle de l’œuvre de Warhol, aspect incontournable de son travail, et sa capacité à repenser les principes de l’exposition.

"Shadows" dans l'exposition "Warhol unlimited", au Musée d'art moderne de la ville de Paris
"Shadows" dans l'exposition "Warhol unlimited", au Musée d'art moderne de la ville de Paris Crédits : Sipa

Conservée à la Dia Art Foundation, les Shadows, étonnant ensemble de 102 toiles sérigraphiées de 17 couleurs différentes se déploient sur une longueur de plus de 130 mètres. Elles rappellent de façon magistrale la capacité de Warhol à ébranler les conventions de l'art, depuis la conception des oeuvres jusqu'à leur mise en scène. A la question de savoir si elles étaient de l’art, Warhol répondait non : « ... on passait de la disco durant le vernissage, je suppose que ça en fait un décor disco ». L’art de Warhol se présente comme un défi que l’exposition du Musée d’Art moderne de la Ville de Paris étend à plusieurs séries comme les Electric Chairs (1964-1971), les Jackies (1964), les* Flowers* (1964-1965), les Maos * (1972-1973). La manière souvent controversée avec laquelle l'artiste mettait en scène son propre travail est au centre de toutes les interrogations qui légitiment cette exposition. On y retrouve le souci constant de l’artiste d'investir l'espace et le temps pour en remodeler notre perception. Le visiteur est invité à se laisser submerger par l’accumulation des oeuvres d’Andy Warhol, des Self-portraits* (1966-1967, 1981) aux Brillo Boxes (1964), des portraits filmés (les Screen Tests , 1964-1966) aux papiers peints les Cows (1966), des ensembles de* Flowers * aux frises de Maos, du cinéma expérimental (le célèbre film Empire de huit heures, 1964) aux *Silver Clouds * (1966), sans oublier les environnements spectaculaires des concerts du Velvet Undergound (l'Exploding Plastic Inevitable, 1966).

Aussi encensé que critiqué, l'artiste possède toujours la capacité de bouleverser les attentes du visiteur et cela malgré la surmédiatisation à laquelle il a pratiquement toujours été exposé. Au-delà de son image superficielle de « roi du Pop Art », Warhol n’a eu de cesse de réinventer le rapport du spectateur à l’oeuvre d'art. Débordant sans cesse des cadres qu’on lui assigne, Andy Warhol s’impose comme l’artiste de la démesure. Quelles que soient les formes explorées, son rapport à l’oeuvre tend vers l’abolition des limites.

Commissaires de l’exposition : Sébastien Gokalp et Hervé Vanel

**Invités

Sébastien Gokalp
Sébastien Gokalp Crédits : Radio France

bastien Gokalp, ** conservateur du patrimoine au MAM, musée d'art moderne de la Ville de Paris
Co-commissaire, avec Hervé Vanel, de l’exposition « Warhol. Unlimited ».

Auparavant, commissaire de nombreuses expositions notamment :

Luciano Fontana. Rétrospective : 24 avril au 24 août 2014

Crumb. De l'Underground à la Genèse : 13 avril au 19 août 2012

Larry Clark. Kiss the past hello : 08 octobre 2010 au 02 janvier 2011

Dans l'oeil du critique. Bertrand Lamarche-Vadel et les artistes : 29 mai au 06 septembre 2009

Maya Rochat
Maya Rochat

*Maya Rochat, artiste photographe *
** "L'artiste multidisciplinaire Maya Rochat est un des photographes émergents les plus importants de Suisse. Influencée par la culture métal (death, glam), elle associe à une technophilie propre à la génération post internet un attrait pour la confrontation directe aux manières : Défonces numériques, coups de spray, scanner, film, peinture, se succèdent sur les surfaces photographiques, plusieurs fois décomposées et rephotographiés." Sandra Adam

En sus de nombreuses sélections et résidences, le travail de Maya Rochat est exposé par le FOTOMUSEUM Winterthur, Fotobiennale 7P — Sammlung Prinzghorn, Centre d’Art Contemporain Genève, FOTOHOF Salzburg, Centre de la photographie Genève, JPBH Centre Pasquart — Bienne, F-Stop — Leipzig etc.Ses images sont publiées par les Editions Patrick Frey, Meta/books, par des revues et magazines internationaux dont Aperture magazine, Self-publish be Happy, Photography & Culture, British Journal of Photography, Carpark magazine, YET, I-D pure Magazine, etc.

Maya Rochat est représentée à Paris par la galerie Lily Robert (3 rue des Haudriettes, 3ème). Sa dernière exposition, du 05 septembre au 10 octobre, s'intitulait "Too Much Metal For One Hand".

Warhol était un personnage miraculeux, peut-être une espèce de saint. William S. Burroughs

Lectures

Les textes sont lus par Lara Bruhl

William S. Burroughs dans un témoignage de la révolution artistique d'Andy Warhol

Lawrence Weiner à propos du travail d'Andy Warhol

Extrait du journal d'Andy Warhol (jeudi 25 janvier 1979)

John Giorno, célèbre regardeur et ami d'Andy Warhol

Andy Warhol sur lui-même

Entretien entre Andy Warhol et Swenson pour Artnews (novembre 1963)

Quelques musiques diffusées (extraits) :

Cover
Cover

Dans l'album " Eat / Kiss : Music for the films of Andy Warhol ". Produit par John Cale. Hannibal's Record

Archives INA

Pas d'archives cette semaine

Prise de son : Jehan-Richard Dufour

Page web : Sylvia Favre

L’écho se poursuit :

Au Cinéma Grand Action qui propose un cycle de films mettant en lumière les liens étroits entre le cinéma et Andy Warhol. Retrouvez ici toute la programmation (2 octobre 2015 au 8 janvier 2016). Cinéma Grand Action 5, rue des Ecoles, 75005 Paris.

Au Palais de Tokyo à l’occasion de la rétrospective « Ugo Rondinone : I Love John Giorno » (21 octobre 2015 au 10 janvier 2016), conçue par l’artiste suisse Ugo Rondinone sur le poète américain John Giorno, l’un des personnages iconiques des premiers films d’Andy Warhol qui s’inspire de la libre appropriation des images du Pop Art.

Il a aussi été question de :

Lou Reed (1943-2013) "Disco mystic", 4mn30, (1979), extrait de son 9ème album "The bells"

Youtube : Lou Reed  "Disco mystic"
Youtube : Lou Reed "Disco mystic"

"Sleep" (1963) : film réalisé par Andy Warhol. "Sleep", (5h21) en noir et blanc, consiste en un montage de segments représentant le poète John Giorno dormant.

* AU PROGRAMME, LA SEMAINE PROCHAINE :*
* "Au Moulin rouge" (1892) d'Henri de Toulouse-Lautrec (1864-1901)*

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......