LE DIRECT

« Le Merzbau » (1920-1923 -titre original Cathédrale de la misère érotique) de Kurt Schwitters (1887 – 1948)

1h
À retrouver dans l'émission

Aujourd’hui, nous regardons une œuvre de Kurt Schwitters (1887 – 1948) connue sous le nom de « Merzbau », commencée en 1922-1923 dans sa maison à Hanovre, détruite en 1943 lors des bombardements en Allemagne.

Kurt Schwitters : The Cathedral of Erotic Misery - Merzbau - Hanovre - 1924-1937.
Kurt Schwitters : The Cathedral of Erotic Misery - Merzbau - Hanovre - 1924-1937.

Refusé par le club Dada de Berlin, Kurt Schwitters réagit en fondant un nouveau mouvement qu’il dénomme « Merz ». Par ses travaux, Schwitters cherchait à fonder un ordre esthétique remplaçant l’environnement détruit par la guerre : « Tout était en ruines de toute façon, et créer du nouveau à partir de débris avait une signification. Voilà ce qu’était Merz » confie-t-il.

« Merz » cherche en effet à s'approprier les rebuts de la société industrielle et urbaine, faisant entrer la réalité quotidienne dans l'art, sans idée de message politique ou d'esthétique d'opposition, mais avec la volonté, à partir de 1920, de fonder un « art total Merz », embrassant l'architecture, le théâtre et la poésie.

Dans les années 20, dans sa maison de Hanovre, Schwitters entreprend de construire une vaste structure dans laquelle s'encastrent, dans des cavités, ses œuvres et celles de ses amis. La construction envahit peu à peu toutes les pièces et même tous les étages de la maison et l'artiste lui donne le nom de Merzbau (construction Merz).

Le premier Merzbau fait 3,5 x 2 x 1 m, constitué d’une colonne qui traverse les deux étages de l’immeuble. Dans les descriptions fournies par Schwitters, cette partie de l’édifice est nommée « cathédrale de la misère érotique »

Écoutons Kurt Schwitters

**Invités

<source type="image/webp" srcset="/img/_default.png"data-dejavu-srcset="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/06/5b8bc771-135e-11e5-ab01-005056a87c89/838_marc-dachy.webp"class="dejavu"><img src="/img/_default.png" alt="Marc Dachy" class="dejavu " data-dejavu-src="https://cdn.radiofrance.fr/s3/cruiser-production/2015/06/5b8bc771-135e-11e5-ab01-005056a87c89/838_marc-dachy.jpg" width="200" height="136"/>
Marc Dachy
Marc Dachy ** Historien de l'art

Actualité :

Parution de "La Cathédrale de la misère érotique" au éditions Sens & Tonka dans la collection "Essai sur l'art".

4ème de couverture : Kurt Schwitters, oscillant entre constructivisme et Dada, est

« le » grand artiste de l'avant-garde allemande. De 1922 à 1937, il construit, dans son immeuble à Hanovre, une « colonne » appelée Cathédrale de la misère érotique ou Merzbau (construction merz), oeuvre-phare à l'architecture stupéfiante, exceptionnelle, unique dans l'histoire de l'art, qui invite à entrer dans l'intelligence des conceptions singulières du génie enjoué de l'artiste (collages, peintures, assemblages, poèmes, typographies).

Céleste Boursier-Mougenot
Céleste Boursier-Mougenot Crédits : Radio France

[Céleste Boursier-Mougenot ](http://www.xippas.net/fr/artists/celeste-boursier-mougenot/) Artiste plasticien et musicien

Actualité :

[Rêvolutions ](http://www.institutfrancais.com/fr/actualites/pavillon-francais-biennale-de-venise-2015-revolutions), projet inédit et ambitieux, qui transforme le Pavillon français en un îlot organique et sonore, à la56ème Biennale d'Art contemporain de Venise (09 mai au 22 novembre 2015).

Clinamen v.2, au Centre Pompidou de Metz(3 juin au 28 septembre 2015).

Acquaalta au Palais de Tokyo (24 juin au 13 septembre 2015).

Lectures

Les textes sont lus par Andrea Schieffer

Extraits

Cathédrale de la misère érotique (Kathedrale des erotischen Elends ) de Kurt Schwitters

Pierre sur pierre (Stein auf Stein. Autres textes "Merzé" (1920) de Kurt Schwitters paru dans Little review (1929)

Lettre de Kurt Schwitters à Mademoiselle Hagenbach (1945)

Éléments sonores diffusés (extraits)

Ursonate
Ursonate

Ce fragment de l'Ursonate (Sonate de sons primitifs) interprété pas Kurt Schwitters fut enregistré le 5 mai 1932 à Francfort par la station de radio Süddeutschen Rundfunk et présenté à l'époque comme une interprétation du scherzo.

Prise de son : Jehan-Richard Dufour

Page web : Sylvia Favre

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......