LE DIRECT
Christos Markogiannakis devant le tableau de Jacques-Louis David et ses élèves "Marat assassiné" (1794)

Scènes de crime au Louvre

1h
À retrouver dans l'émission

Le Louvre... Dans les yeux de Christos

Christos Markogiannakis devant le tableau de Jacques-Louis David et ses élèves "Marat assassiné" (1794)
Christos Markogiannakis devant le tableau de Jacques-Louis David et ses élèves "Marat assassiné" (1794) Crédits : Olivier Chevalier

Avec Christos Markogiannakis

Héraklion, Crète, Grèce. Le vieux port au premier plan s'ouvre vers le nouveau port au-delà de la forteresse vénitienne de Koules visible sur la gauche.
Héraklion, Crète, Grèce. Le vieux port au premier plan s'ouvre vers le nouveau port au-delà de la forteresse vénitienne de Koules visible sur la gauche. Crédits : Tango7174 - Wikimedia Commons

Christos Markogiannakis est né en 1980 à Héraklion. Il a étudié le droit et la criminologie à Athènes et à Paris et travaillé pendant plusieurs années comme avocat pénaliste. Auteur de romans policiers et d’installations mêlant l’art et le crime, ses « Criminarts », il réside actuellement à Paris où il effectue un travail de recherche sur la représentation du meurtre dans l’art.

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l'ouvrage Crédits : Éditions le Passage

Bienvenue au Louvre, un univers où, sur toile, dans le marbre ou l’argile, le meurtre est présent dans chaque recoin du musée…

Scène du massacre de la Saint-Barthélemy, dans l’appartement de la reine de Navarre" (1836)
Scène du massacre de la Saint-Barthélemy, dans l’appartement de la reine de Navarre" (1836) Crédits : Alexandre-Evariste Fragonard - Wikimedia Commons

En appliquant les principes de la criminologie et de l’histoire de l’art pour une analyse « criminartistique », Scènes de crime au Louvre se propose d’étudier et d’interpréter un choix d’une trentaine d’œuvres d’art. Toutes sont d’époques et de styles très différents, mais toutes, des amphores de la Grèce ancienne aux peintures françaises du XIXe siècle, des toiles de Rubens à celles de Delacroix, David ou Ingres, ont une chose en commun : représenter des meurtres, qu’ils soient mythologiques ou historiques, leurs protagonistes, leurs histoires.

Médée ou Médée furieuse (1836-1838)
Médée ou Médée furieuse (1836-1838) Crédits : Eugène Delacroix - Wikimedia Commons

Chaque œuvre sera traitée comme une scène de crime et donnera lieu à une enquête fouillée s’inspirant des principes des équipes judiciaires et médicolégales. De quelle typologie le meurtre relève-t-il ? Quels en sont les enjeux factuels et historiques ? Qui sont les victimes ? Et surtout, quel portrait peut-on tracer des coupables ? Quel est leur profil, leur background, leur alibi ? Des réponses apportées à ces questions dépendra la possibilité de faire éclater la vérité au grand jour. Sur le site de l'éditeur

La Justice et la Vengeance Divine poursuivant le Crime (1808), Paris, musée du Louvre.
La Justice et la Vengeance Divine poursuivant le Crime (1808), Paris, musée du Louvre. Crédits : Pierre-Paul Prud'hon - Wikimedia Commons - Corbis

Il a été question de : "La Justice et la Vengeance divine poursuivant le Crime" (1808) de Pierre-Paul Prud'hon (1758-1823) - "Médée" ou "Médée furieuse" (1836-1838) d'Eugène Delacroix (1798-1863) - "Salomé reçoit la tête de saint Jean-Baptiste" de Bernardino Luini (vers 1481-1532) - "Adonis tué par un sanglier" - "Judith et Holopherne"' (1453 - 1460) de Donatello - "Scène du massacre de la Saint-Barthélemy, dans l’appartement de la reine de Navarre" (1836) d'Alexandre-Evariste Fragonard (1780-1850) - "Clytemnestre hésitant avant de frapper Agamemnon endormi, Egisthe, son complice, la pousse" (1817) de Pierre-Narcisse Guérin (1774-1833).

Clytemnestre hésitant avant de frapper Agamemnon endormi, Egisthe, son complice, la pousse" (1817)
Clytemnestre hésitant avant de frapper Agamemnon endormi, Egisthe, son complice, la pousse" (1817) Crédits : Pierre-Narcisse Guérin -Wikimedia Commons

On entend la voix de Georges Bataille (1897-1962) parlant de son essai La littérature et le mal publié en 1957. Références de l'ouvrage : La Littérature et le Mal, Gallimard, coll. « Blanche », Paris, 1957, 232 pages - La Littérature et le Mal, Folio (no 148), coll. « Essais », Paris, 1990, 224 pages (ISBN 978-2-07-032607-5).

Couverture de l'ouvrage
Couverture de l'ouvrage Crédits : Éditions Gallimard - Folio essais

Les textes, extraits de l'ouvrage de Christos Markogiannakis, sont lus par Jean de Loisy.

Jean de Loisy, president du Palais de Tokyo en 2012
Jean de Loisy, president du Palais de Tokyo en 2012 Crédits : Bernard Bisson - Sipa

Musique (extraits) : Magma de Erkki-Sven Tüür - Stifters Dinge de Heiner Goebbels

Prise de son : Alain Joubert

Bibliographie

Couverture de l'ouvrage

La littérature et le malGeorges BatailleGallimard - Folio essais, 1990

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......