LE DIRECT

Un bar aux Folies Bergère (1881-1882) d’Édouard Manet

59 min
À retrouver dans l'émission

[Un bar aux Folies Bergère ](http://www.courtauld.ac.uk/gallery/collections/paintings/imppostimp/manet/foliesbergere/index.shtml)(1881-1882) d’Édouard Manet
Aujourd’hui, nous regardons un célèbre tableau : il s’agit de « Un bar aux Folies Bergère » peint par Manet en 1881-1882 Huile sur toile -96 × 130 cm- aujourd’hui conservé à l’Institut Courtauld à Londres (The Courtauld Institute of Art).

Un bar aux Folies bergère
Un bar aux Folies bergère

Il s’agit de la dernière œuvre majeure de Manet réalisée avant sa mort.

Très souvent commenté, ce tableau, célèbre à la fois le XIXe siècle par son sujet, lié au Paris nocturne celui des cafés-concerts et des théâtres qui attirèrent alors tant de peintres d'avant-garde, Degas, puis Toulouse-Lautrec et les nabis. Lieu de convivialité sociale ou temple des plaisirs illusoires, le café était pour les artistes le prétexte à peindre des scènes galantes ou des personnages confrontés à la solitude de l’alcool comme en témoignent les héroïnes mélancoliques de L’Absinthe (1876) de Degas

Dans Le peintre de la vie moderne (1863), Baudelaire exaltait déjà « la représentation de la vie bourgeoise et les spectacles de la mode » dans laquelle il voyait une beauté nouvelle. Selon lui, l’artiste moderne devait être en phase avec son époque, siècle des courtisanes et des dandys, et se mêler à la foule des noctambules.

« Il existe à Paris un endroit bizarre, exquis, fort peu orthodoxe, moitié café, moitié théâtre, parisien au possible, fort recherché par les provinciaux et les étrangers... » écrit (Zola, 1882). Dans ses Croquis parisiens (1886), Huysmans enfin décrit les Folies Bergère comme « le seul endroit de Paris qui pue aussi délicieusement le maquillage des tendresses payées et les abois des corruptions qui se lassent ».

Mais par son jeu de miroirs, le « bar aux Folies bergère » de Manet se constitue également en une énigme moderne, mal compris par les critiques de l’époque, mais défendu par les amis de Manet comme Zola par exemple.

Dans Bel Ami de Maupassant, on pourrait d’ailleurs penser que le tableau de Manet qui met en abîme de manière incroyablement inédite la question du regard, du voir et du caché, est en quelque sorte rejoué dans la description du personnage de Madeleine Forestier, que décrit Duroy dans le roman.

Portrait
Portrait

Invité L'ar tiste Jean-Marc Bustamante

Archives INA

Clément Dirié à propos du photographe canadien Jeff Wall en 1979

Lecture :

Les textes sont lus par Pascal Ternisien

Extraits de :

Bel Ami de Maupassant

Manet de Jacques-Émile Blanche, dans la collection "Maîtres de l'art moderne ", éditions F. Rieder

Naissance de la peinture moderne de Georges Bataille

La peinture de Manet de Michel Foucault (sous la direction de Maryvonne Saison). Collection "Traces écrites", au Seuil.

Écrits sur l'art - 1867-1905 - de Joris-Karl Huysmans (édition établie par Patrice Locmant. Éditions Bartillat)

Quelques musiques diffusées (extraits) :

Lullabies de Maria Eva Houben

Orpheus over and under de David Lang

Lux de Brian Eno

Post nuclear wintersenario de Jacob Veldhuis

An hour for piano de Tom Johnson

Incanto n°1 de Jeroen Van Veen

Prise de son Manuel Couturier

Page web : Sylvia Favre

Intervenants
  • Artiste (sculpture, peinture et photographie) et enseignant (sculpture et peinture), directeur des Beaux-arts de Paris depuis 2015
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......