LE DIRECT
Les éléments du vivant

L’Homme est-il à sa place dans la Nature ?

44 min
À retrouver dans l'émission

Confrontés à la remise en cause de leurs modes de vie, les humains vont devoir s’adapter, apprendre à cohabiter différemment avec le reste du monde vivant. Mais comment partager la “nature’’ ?

Les éléments du vivant
Les éléments du vivant Crédits : Anna Shvets - Getty

Pour clore cette semaine des Rencontres de Pétrarque, un échange entre Vinciane Despret, philosophe, Gilles Boeuf, biologiste et Alain Prochiantz, neurobiologiste. 

"Ce virus n'a pas de pattes ni de tête, il a 15 gènes -alors que nous en avons 29 000- et il met à genoux notre économie. Un virus c'est un parasite qui cherche à se reproduire ; c'est-à-dire qu'il cherche des cellules dans lesquelles il va pouvoir se diviser. L'humanité lui a offert ses failles ! Nos activités humaines ont créé cette faille ; ce virus à une telle vitesse de dispersion". Gilles Boeuf

Protéger le vivant

Gilles Boeuf précise qu'il faut préserver les écosystèmes plutôt que de penser la sauvegarde espèce par espèce

"Je me suis intéressé aux micro-organismes, aux bactéries qui sont des symbiotes humains. Le monde vivant est une interaction entre toutes les espèces." Alain Prochiantz

L'homme, une drôle de bête !

"Notre place dans la nature est liée à l'histoire de l'évolution des espèces. Il se trouve que par sélection naturelle, nous avons hérité d'un cerveau qui est très particulier. Donc ce cerveau nous sort de la nature parce qu'il fait de nous des animaux techniques, des animaux scientifiques, des animaux culturels... D'ailleurs, nous modifions par nous-mêmes la nature, de façon consciente et pas uniquement par sélection naturelle. Nous sommes un animal technique !" Alain Prochiantz

Vinciane Despret questionne le terme de "nature" dans le prolongement des travaux de recherche de Bruno Latour, Philippe Descola et Donna Haraway. Elle analyse la nature comme le produit d'une tradition historique particulière. Elle évoque le vivant dans des milieux fragiles et interdépendants

"Si on ne se tracasse pas trop de l'existence de l'espèce humaine, il restera du vivant ! Mais ce ne sera probablement pas nous !" Vinciane Despret

Gilles Boeuf évoque l'histoire commune des espèces

"Un corps humain, c'est autant de bactéries que de cellules humaines ! Nous partageons pour la partie codantes de l'ADN, un tiers de commun avec les micro-algues de l'océan, deux tiers avec une mouche, 60% avec une banane, 92% avec un chimpanzé..." Gilles Boeuf

Alain Prochiantz retrace la solitude de l'espèce humaine. 

"L'humain est le seul animal capable de comprendre la solitude de l'espèce. (...) La pensée humaine nous fait sentir la solitude. Les autres animaux ne peuvent pas atteindre ce niveau philosophique de compréhension... à savoir que l'espèce humaine va probablement disparaître. Nous avons un cortex comme aucun autre animal et ce cortex va peut-être nous emmener droit dans le mur et peut-être aussi, pendant un certain temps, nous aider à ne pas y aller trop vite." Alain Prochiantz 

Vinciane Despret propose de questionner les habiletés et connaissances des animaux.  

"L'exceptionnalisme humain me donne toujours un peu de frissons d'irritation ! C'est une place qu'on s’octroie nous-même ! Nous sommes aussi de grands destructeurs ! (...) Nous sommes également des animaux curieux et nous avons fait de cette curiosité, un art. C'est-à-dire que nous construisons cette curiosité avec des moyens techniques absolument extraordinaires." Vinciane Despret

Pour une ré-harmonisation de l'ensemble du monde vivant

Nous questionnons la responsabilité de l'être humain à l'égard du reste du monde vivant incluant les animaux, les arbres, les plantes...

Vinciane Despret préfère parler de formes de réciprocité des traitements et des égards. Elle évoque les milieux et les formes de vie interconnectées.

Gilles Boeuf retrace la destruction systématique des écosystèmes. 

"Notre dignité est d'être beaucoup plus respectueux avec ceux que nous mangeons, plus respectueux avec les espèces vivantes avec lesquelles nous coopérons. Et bien sûr, d'aller vers plus de sobriété". Gilles Boeuf

"Un biologiste ne dira jamais qu'il y a une hiérarchie entre les animaux ; la hiérarchie biologique n'existe pas. Il y a une forte responsabilité vis-à-vis de la planète et des animaux. (...) Pour survivre le plus longtemps possible en tant qu'espèce, il faut que nous maintenions un biotope qui soit vivable pour nous d'où notre démarche en faveur de l'environnement. (...)                                      
Je crois qu'il faut avoir une réflexion plus globale sur ce qu'est le social, en prenant en compte, bien évidemment, les animaux, les plantes, le biotope." Alain Prochiantz

Conférence du Collège de France par le Pr Philippe Sansonetti : Covid-19 ou la chronique d'une émergence annoncée

A lire :
Bruno Latour : « La crise sanitaire incite à se préparer à la mutation climatique », Le Monde, 25/03/2020.
Covid-19 : cette « myopie au désastre » qui dégrade nos capacités de réponse aux crises, The Conversation, 8/04/2020.
Baptiste Morizot, un philosophe « sur la piste animale », Le Monde, 16/12/2018.

Intervenants
  • Philosophe, professeure de philosophie à l’université de Liège.
  • Biologiste, président du Muséum d’histoire naturelle de 2009 à 2015.
  • Neurobiologiste, professeur émérite au Collège de France.
L'équipe
Production
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......