LE DIRECT

Du KIT préparation au mariage à l'interdiction du mariage gay : l'Union au coeur de la présidentielle

58 min

mariage
mariage Crédits : Radio France

Que reste-t-il de nos amours ? Chacun d'entre-vous s'est peut- être posée la question en cette semaine marquée par la Saint-Valentin? Une Saint-Valentin qui n'aura pas échappé à Barack Obama qui, sur le réseau social Twitter, a déclaré sa flamme à son épouse Michelle, prenant ses 12,5 millions d'abonnés à témoin de son bonheur conjugal. C'est peut-être aussi à l'amour que pensait notre Président quand il a décidé de dire « oui je suis candidat à l'élection présidentielle » à Laurence Ferrari devant 10,7 millions de téléspectateurs après avoir réaffirmé dans le Figaro Magazine ses valeurs pour la France. Et au centre de ses valeurs, « l'institution sociale essentielle qu'est le mariage » qu'il ne faut pas, selon lui, « brouiller, en ces temps troublés où notre société a besoin de repères ». Brouiller par quoi ? Et bien par le mariage homosexuel auquel Nicolas Sarkozy s'est fermement opposé dans le cadre de sa candidature, après s'être prononcé en 2007 pour l'union civile et avoir savamment entretenu l'ambiguïté au point que le 13 janvier dernier Libération annonçait dans une Une tonitruante que Nicolas Sarkozy allait se prononcer en faveur du mariage Gay. Et bien non ! Et ce non lui a valu le ralliement illico presto de Christine Boutin, thuriféraire du mariage traditionnel, qui, rassurée, a renoncé à sa candidature et s'est désisté en sa faveur. Alors, le mariage, dont le nombre ne cesse de décliner, est-il encore un repère ? Homoparentalité, union civile, PACS, mariage gay, autant d'évolutions qui bousculent la famille traditionnelle et qui clivent l'échiquier politique et qui préoccupent les candidats. En attendant, loin du célébrissime « famille, je vous hais », le gouvernement a décidé de revaloriser le mariage civil au moyen d'un « kit mariage » afin aussi de prévenir les divorces dont le taux atteint 50 % et qui de fait est devenu un vrai fait de société.Malaise dans l'UMP, ou plutôt malaise dans l'UPM ?Union pour le mariage, puisque l'Etat cherche à présent à ré-enchanter le mariage et à endiguer l'augmentation des séparations. Il faut dire que les mariages sont bien souvent bâclés dans les mairies, parfois comme de simples formalités. Et que « le coût humain et social du divorce est lourd », comme le déplore Claude Greff, la secrétaire d'Etat à la famille, qui rappelle que 32% des familles monoparentales vivent au-dessous du seuil de pauvreté. Malaise dans l'union civile et religieuse, et métamorphose de la filiation et la parentalité. Des questions qui oscillent entre progressisme forcené et réaction obstinée : ainsi un récent arrêt de la cour d'appel d'Aix-en-Provence condamne un homme au divorce et à verser 10 000 euros de dommages et intérêts à son ex-épouse au motif qu'il ne lui a pas assez fait l'amour durant leurs vingt et un ans de mariage ! Mais comment en sommes-nous arrivés là ? Mariage, démariage, séparation ou homoparentalité : ces débats politiques sont le reflet d'intenses querelles idéologiques. Car les nouvelles formes de conjugalité bousculent les tables de la loi et font vaciller la raison juridique et psychanalytique. Pour en parler, nous avons invité Catherine Labrusse , Professeur de droit privé à l'Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, où elle a créé un Centre de recherche sur le droit des sciences et des techniques, auteur d'Ecrits bioéthiques aux PUF. Pour en débattre, nous avons également invité le sociologue de la famille François de Singly , professeur à l'université Paris-V Descartes, qui vient de publier, Séparés. Vivre l'expérience de la rupture , aux éditions Armand Colin.Mais il ne sera pas question ce soir que de mariage, Les Retours du Dimanche se penchent aussi dans la vie des idées qui agitent les pages débats du Monde sur le populisme. Enfin, notre tour du monde, en compagnie de Marie Jégo se projette ce soir à Moscou où jeudi une manifestation Pro-poutine, est prévue.

Intervenants
  • Professeur de droit privé à l'université Paris-I, responsable du département Sciences et droit du Centre de recherche en droit privé (CNRS)
  • Sociologue, professeur à l'université de Paris Descartes, Directeur du Centre de recherches sur les liens sociaux CNRS-Paris Descartes
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......