LE DIRECT

Egypte : la révolution perpétuelle ?

58 min

Egypte
Egypte Crédits : Radio France

Après le printemps et l’appel d’air révolutionnaire, voici qu’arrive l’été de la main de fer. Car les Egyptiens craignent que leur pays tombe dans un chaos politique. Ils savent que la décision, jeudi, de la Haute Cour constitutionnelle d'annuler le scrutin législatif, la première élection libre dans le pays, n'est pas le fait de magistrats indépendants. Cette décision a été rendue par une Cour composée de juges nommés par l'ancien régime et qui n'aurait pas agi sans le feu vert, voire l'ordre, des militaires.Depuis la chute d'Hosni Moubarak en février 2011, la réalité du pouvoir est assurée par l'armée. Le pays est dirigé par ce Conseil suprême des forces armées (CSFA), qui a eu la sagesse de laisser tomber le vieux raïs devant la colère de la rue.Mais, depuis, le soupçon est là : l'armée veut garder le pouvoir. Elle ne se résigne pas à perdre les privilèges financiers, économiques, sociaux et politiques qui sont les siens et qui font d'elle une caste privilégiée au bord du Nil. Une nomenclature attachée à ses complexes industriels et agricoles, à ses clubs de sport et à ses villas ; un groupe d'autocrates, aussi, qui n'imagine pas que l'Egypte puisse être gouvernée autrement que par une dictature.Aujourd’hui, les militaires peuvent faire élire M. Chafik à la tête de l'Etat. Celui-ci peut obtenir l'élection d'un Parlement où les Frères Musulmans ne seront pas aussi puissants - et celui-ci rédigera une Constitution qui restera favorable à l'armée...Les Frères Musulmans ont beaucoup à se reprocher. Ils ont péché par volonté d’hégémonie. Mais cette triste histoire ne se résume pas à un conflit entre eux et les militaires. Tout ce que le pays compte de libéraux, ceux-là mêmes qui ont incarné l'esprit de la place Tahrir, porte sa part de responsabilités dans le gâchis en cours. Unis, ils auraient constitué une vraie force politique, de taille au moins égale à celle des Frères. Ils s'en sont montrés incapables. Entre militocratie et théocratie, l’Egypte a-t-elle d’autre choix pour sont avenir politique qu’une révolution trahie ? Pour en parler, nous avons invité Tewfik Aclimandos , chercheur associé à la chaire d'histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France, spécialiste de l’histoire de l’Egypte et Stéphane Lacroix , professeur à Sciences Po (chaire Moyen-Orient Méditerranée).

Intervenants
  • Professeur associé à l’Ecole des affaires internationales de Sciences Po, chercheur au CERI
  • chercheur associé à la chaire d'histoire contemporaine du monde arabe au Collège de France et spécialiste de l'histoire de l’Égypte
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......