LE DIRECT
Margaret Thatcher lors d'une séance de dédicace de son livre 'Statecraft' , le 3 Avril 2002 à Londres.

Faut-il rejeter l'héritage de Thatcher?

49 min

Magazine en compagnie de Mathieu Laine, essayiste, directeur de la société de conseil Altermind, et Philippe Frémeaux, économiste et éditorialiste à "Alternatives économiques", pour parler de l'héritage de Margaret Thatcher, ancien Premier ministre du Royaume-Uni, disparue cette semaine.

Margaret Thatcher lors d'une séance de dédicace de son livre 'Statecraft' , le 3 Avril 2002 à Londres.
Margaret Thatcher lors d'une séance de dédicace de son livre 'Statecraft' , le 3 Avril 2002 à Londres. Crédits : Hugo PHILPOTT - AFP

«Adorez-la ou haïssez-là», c’est ainsi que The Indépendant  résumait l’héritage de Margaret Thatcher. Révérée, détestée, admirée, conspuée : peu de personnalités auront provoqué des sentiments aussi intenses et contrastés que l'ancienne première ministre britannique surnommée par les Russes la Dame de fer. Et sa disparition cette semaine a réveillé les débats au Royaume-Uni, bien sûr, mais aussi en France… 

A gauche, celle dont François Mitterrand prétendait qu’elle avait la bouche de Marylin et le regard de Caligula, est percue comme l’apôtre de l’ultra-libéralisme et continue de focaliser toute les haines au point que des centaines de manifestants fêtent sa mort. Jean-Luc Mélenchon tweetait cette semaine un hommage peu conventionnel se réjouissant que Margaret Thatcher découvre, en enfer, ce qu'elle avait fait aux mineurs. 

A droite, en revanche, elle est le parangon de toutes les vertus. Une combattante de la liberté pour The Economist . Celle qui a su rendre son pays au marché, tordre le cou aux syndicalistes et redonner des couleurs à un Union Jack passablement délavé, suscite l’admiration au point que Christian Vanneste, dans un texte intitulé « Maggie for ever » déclare « c’est une Thatcher qu'il a manqué à la France » et que l’éditorialiste du Figaro, Pierre Rousselin, affirme que « la France et l'Europe d'aujourd'hui auraient bien besoin de dirigeants de sa trempe ». 

Alors oui, Margareth Thatcher est un mythe et le thatchérisme presque une idéologie, mais faut-il le bannir définitivement ou l’ériger en recours, en modèle pour la France et pour d’autres ?

Intervenants
  • Essayiste, directeur de la Société de conseil Altermind
  • Economiste et éditorialiste au magazine économique Alternatives économiques
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......