LE DIRECT

La reconnaissance d'un état palestinien en débat

58 min

 Frédéric Encel, Alain Dieckhoff et Fabrice Lhomme
Frédéric Encel, Alain Dieckhoff et Fabrice Lhomme Crédits : Radio France
Frédéric Encel, Alain Dieckhoff et Fabrice Lhomme ©Radio France « L’heure du printemps palestinien a maintenant sonné » a clamé Mahmoud Abbas, alias Abou Mazem, vendredi à la tribune de l’ONU….Oui, le Président de l’Autorité palestinienne, celui que l’on disait, par opposition au flamboyant Arafat, effacé, bureaucrate austère, modéré, aura marqué de son empreinte l’histoire de l’interminable conflit israélo-arabe…. En défiant l’Amérique et en maintenant coûte que coûte sa demande d’adhésion de l’Etat Palestinien à l’ONU, au risque d’un tsunami diplomatique….. Stratégie de rupture, coup de force, coup de poker, fuite en avant …. les qualificatifs pleuvent pour marquer ce qui peut-être interprété aussi comme un retour aux sources, 64 ans après le plan de partage de l’ONU entre un Etat Juif et un Etat arabe… Et 18 ans après les accords d’Oslo, après la poignée de main entre Rabin et Arafat, les Palestiniens estiment qu’il n’existe plus d’alternative…..Mirage diplomatique et unilatéralisme contre-productif pour les uns ; ultime moyen de pression sur un gouvernement israélien jugé trop intransigeant pour les autres ; la fuite en avant vers l’ONU du leader palestinien divise….. Quoiqu’il en soit ce discours est déjà, pour beaucoup, entré dans l’histoire. Car finalement, Mahmoud Abbas ne fait que revenir à une décision prise par l’ONU le 29 novembre 1947 : ce jour-là, souvenez-vous, la jeune organisation internationale voulait partager la Palestine, qui était alors sous mandat britannique, en un « Etat juif » et un « Etat arabe », la ville de Jérusalem devant être placée sous un « régime international ». Frondeur et lyrique, Mahmoud Abbas a donc voulu rattraper un retard de 64 ans ! 64 ans de guerres, de terrorisme, de bain de sang, de crise de développement. Mais qui porte la responsabilité de l’échec d’une solution négociée ? La droite israélienne de Benjamin Netanyaou, qui a notamment refusé, l’automne dernier, de prolonger le gel des constructions de nouveaux logements en Cisjordanie et à Jérusalem Est ? Les guerres intestines entre le Hamas et le Fatah qui ont fragilisé l’Autorité palestinienne ? Barack Obama, le président américain qui a soulevé tant d’espoir depuis son élection avant d’apparaître comme un négociateur impuissant, freiné par un Sénat réfractaire à toute avancée ? Comment sortir d’un conflit qui dure depuis tant d’années, au moment même où, en Tunisie, en Egypte ou en Lybie, le monde arabe triomphe de la tyrannie, de la fatalité ? Pour répondre à ces questions, nous avons invités **Alain Dieckhoff** , qui est politologue et directeur au CERI à Science Po, et qui a récemment publié *Le Conflit israélo-arabe* chez Armand Colin. Et **Frédéric Ence** l, politologue également, maître de conférence à Science-Po et qui a notamment signé chez le même éditeur, *Géopolitique du sionisme : stratégie d’Israël* .Mais, il ne sera pas seulement question, ce soir que de l’Etat Palestinien, **Les Retours du Dimanche** se penchent dans la « vie des Idées » qui agitent les colonnes du journal le Monde sur les échecs du multiculturalisme et l’ethnicisation supposée de nos sociétés. Enfin, séquence prospective : avec **Fabrice Lhomme ** journaliste au Monde, chargé des investigations, nous nous interrogerons sur les conséquences du rocambolesque feuilleton politico-judiciaire de l’affaire Karachi sur notre vie publique.
Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......