LE DIRECT

Pourquoi la campagne n'a pas pris ?

57 min

Une drôle de campagne présidentielle, insaisissable, inhabituelle, désordonnée : ce n’est pas un fait certes, mais un sentiment puissant : décidémment cette campagne déçoit, elle n’a pas pris... Après le réenchantement de la politique en 2007, le désenchantement en 2012 ? Peu d’idées, pas de souffle, aucun élan : l’élection présidentielle est loin de passionner les Français. Même les politiques sont blasés : “Un spectacle sans queue ni tête, du charivari"” pour François Bayrou...“un buzz permanent", pour Manuel Valls...”On s’emmerde” lâche l’eurodéputé Daniel Cohn- Bendit ! Alors à qui la faute ? Aux sondages qui nous annoncent depuis des mois que les jeux sont faits ? A l’introduction de l’égalité formelle des temps de parole qui corsètent les débats et fini de ruiner les passions en campagne? A la crise économique et financière qui a fini de ruiner le les espoirs des citoyens dans la capacité des politiques à infléchir le cours des choses ? Aux candidats eux-mêmes, à leurs idées, à leurs programmes ? A leur éloignement du réel, du quotidien, à leur volonté aussi d’éviter les sujets majeurs, de laisser se cotôyer l’essentiel et l’anecdotique, balayé par la guerre des communiqués et de petites phrases assassines.... Aux manque de perspectives, de grand dessein, de rêves, d’utopie ? Désapointés par la prudence des deux favoris, les citoyens se prennent à rêver sur la verve de Jean-Luc Mélenchon, et même sur l’atypie d’un Philippe Poutou qui soudain creva l’écran en déclarant qu’il ne voulait pas faire carrière politique... La tragédie aujourd’hui c’est la politique, aurait dit Saint Just... Alors que feront tous ces électeurs désapointés dimanche prochain ?

Eh oui. Une campagne où tout passe, tout lasse, tout glisse. Et tout glace aussi parfois. Pourtant des idées, il y en a. Sortie de l’euro pour les uns ou sortie de l’Europe de Schengen pour les autres. Smic à 1700 euros ou taxation à 75% des hauts revenus. Des idées, donc il y en a. Mais pas d’élan. C’est ce que nous dit le sociologue Michel Wieviorka. Panne de souffle. De vision. De passion. Pourtant, une même détestation réunit les candidats. Tous maudissent le libéralisme. C’est ce que déplore Mathieu Laine , qui est notre invité ce soir. Il n’y a plus guère qu’en France qu’on raisonne en terme binaire : la gauche contre la droite. Alors que le vrai clivage n’est pas celui entre la gauche et la droite mais entre ceux qui croient en l’Etat et ceux qui font confiance en l’individu. Directeur du cabinet de conseil Altermind, Mathieu Laine a écrit Post-politique (Lattès, 2010) et vient de publier Dictionnaire du libéralisme aux éditions Larousse. Il confrontera sa vision de la campagne et de la politique à celle de Nicolas Duvoux maître de conférences en sociologie à l'Université Paris Descartes, membre du Cerlis – le Centre de recherche sur les liens sociaux (Paris Descartes / CNRS). Nicolas Duvoux est également rédacteur en chef du site « La Vie des idées » et loin de la critique de « l’Etat nounou » élaborée par son interlocuteur du jour, il a publié cette année aux éditions du Seuil, "Le Nouvel âge de la solidarité" qui peut se lire aussi comme une réponse à la mise au ban des « assistés » par certains membres du gouvernement. Alors pourquoi cette campagne ne prend-elle pas ? Deux jeunes intellectuels très divergents mais habités par la même passion des idées en débattent ce soir dans vos Retours du dimanche .Des Retours du Dimanche qui se demandent pourquoi Michel Serres, le célebre philosophe de 82 ans, considère que cette campagne est celle de vieux pépés... Enfin, notre Tour du monde prospectif se projette, en compagnie d’Olivier Truc , journaliste au Monde, a Oslo ou s’ouvre demain le procès Breivik ...

campagne
campagne Crédits : Radio France
Intervenants
  • professeur de sociologie à l'université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, chercheur au Centre de recherches sociologiques et politiques de Paris (CRESPPA-LabTop), spécialiste des questions de pauvreté, d’inégalités sociales et des politiques publiques
  • Essayiste, directeur de la Société de conseil Altermind
L'équipe
Production
Réalisation
Avec la collaboration de
À venir dans ... secondes ...par......