LE DIRECT
Le Redoutable est un film réalisé par Michel Hazanavicius avec Louis Garrel, Stacy Martin

Hazanavicus, Haneke : questions de regard

2 min
À retrouver dans l'émission

Michel Hazanavicus et Michael Haneke déçoivent avec leurs films très attendus. « Le Redoutable » et « Happy End », sommes de leurs opus précédents, n’apportent finalement rien de nouveau…

Le Redoutable est un film réalisé par Michel Hazanavicius avec Louis Garrel, Stacy Martin
Le Redoutable est un film réalisé par Michel Hazanavicius avec Louis Garrel, Stacy Martin

On allait voir ce qu'on allait voir : pensez, le réalisateur d'"OSS 117" et de "The Artist" s'attaquait à l'icône de la Nouvelle Vague, l'archétype du cinéaste artiste tel qu'on aime le défendre à Cannes. Adapté du roman autobiographique de son ex-femme Anne Wiazemsky, "Un an après", le film couvre la période 1967-1969 du cinéaste, de l'échec de "La Chinoise" à sa dissolution dans le groupe Dziga Vertov. Moment passionnant, où Godard tente d'abolir la figure de l'Auteur avec un grand A pour se fondre dans la création politique, ou comment faire politiquement du cinéma, plutôt que du cinéma politique. Ce n'est bien sûr pas ce qui intéresse Michel Hazanavicius. De Godard, il fait un mufle sentencieux, autoritaire et jaloux, dépassé par son époque et se payant de bon mot. Une sorte d'Oss 117 du cinéma d'auteur, qui se retrouverait prisonnier de ses propres images, puisque le pasticheur en chef qu'est Hazanavicius recrée, comme il peut, l'idée qu'on se fait d'un film de Godard des années 60. L'exercice s'avère vite vain, malgré la prestation mimétique et burlesque de Louis Garrel, avec ce gag de répétition qui en dit long : le film n'a de cesse de briser les lunettes du cinéaste, comme s'il fallait brouiller le regard de Godard. Etrange règlement de compte...

Haneke frôle la Jungle

Photo du film Happy End. Fantine Harduin, Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant, Laura Verlinden, Mathieu Kassovitz
Photo du film Happy End. Fantine Harduin, Isabelle Huppert, Jean-Louis Trintignant, Laura Verlinden, Mathieu Kassovitz Crédits : Les Films du Losange

Là aussi, on allait voir ce qu'on allait voir : le grand contempteur du dessèchement moral de l'Occident, déjà lauréat de deux Palmes d'or avec "Le Ruban blanc" et "Amour" tournait son nouveau film à Calais, il allait pointer implacablement notre indifférence au drame des demandeurs d'asile de la Jungle voisine. Haneke, comme aurait pu le faire Chabrol, dresse le portrait d'une famille de la grande bourgeoisie industrielle, recluse dans son hôtel particulier et ses secrets plus ou moins misérables. Les migrants, ils les voient à peine, le film lui aussi d'ailleurs, tout occupé qu'il est, avec la froideur d'entomologiste qu'on lui connaît, à actualiser la grande réflexion de l'Autrichien depuis notamment "Benny's Video" : comment les images mettent à distance le monde, et permettent à ce que l'homme a de plus monstrueux de s'accomplir. Il est donc cette fois question de messagerie et de vidéo instantanée. C'est d'ailleurs la grande thématique cette année à Cannes, avec l'enfance maltraitée : les smartphones, leurs dérives et l'impact qu'ils ont sur l'humanité. On est bien en 2017...

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......