LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Bob Marley en novembre 1979 au Fox Theater à Atlanta

Le Reggae : histoire d'une forme de contestation politique par la musique

59 min
À retrouver dans l'émission

Indissociable du rastafarisme, mouvement spirituel qui sacralise l'empereur éthiopien Haïlé Sélassié, cette musique spirituelle de lutte est devenue, popularisée par son icône Bob Marley, la musique des opprimés dans le monde. Retour sur son histoire avec la journaliste Hélène Lee.

Bob Marley en novembre 1979 au Fox Theater à Atlanta
Bob Marley en novembre 1979 au Fox Theater à Atlanta Crédits : Tom Hil - Getty

Réuni jusqu'à samedi à Port-Louis, capitale de l'île Maurice, le comité de l'Unesco vient d'inscrire sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'Humanité le reggae jamaïcain. La musique rejoint ainsi une liste de quelque 400 traditions culturelles. L'Unesco a souligné "la contribution" de cette musique à la prise de conscience internationale "sur les questions d'injustice, de résistance, d'amour et d'humanité".

En 2014, Hélène Lee, spécialiste du reggae, retraçait l'autre histoire de ce mouvement musical qui était à l'origine un mouvement de contestation

Les messages ont énormément varié au cours des périodes. Au départ, c'était essentiellement de la musique instrumentale, parce que c'était encore en pleine colonisation, et il n'était pas question d'écrire des textes révolutionnaires. C'est seulement lorsque la Jamaïque a été indépendante - et encore, pas tout de suite, car le premier gouvernement était encore très néo-colonialiste. Le reggae n'a pratiquement pas eu voix au chapitre jusqu'à l'avènement, dans les années 1980, de radios comme Irie FM. [...] Il y a vraiment eu une sorte d'ostracisation de la musique reggae au niveau national, et c'est vraiment grâce à l'international que le mouvement a pu atteindre l'ampleur qu'il a aujourd'hui de créativité et de longévité.

Les textes vraiment politiques ne sont apparus que dans les années 1970. C'est d'ailleurs pour cela que le ska, qui était une musique rapide et dansante, a été obligé de ralentir pour laisser les textes monter à la surface. Et ce rythme lent, lancinant et assez simple qui est celui de Bob Marley est vraiment l'épitomé de ce qu'on peut faire de plus fort pour soutenir une parole militante.

Si ce sont bien les rastas qui ont lancé le reggae, peut-on considérer encore aujourd'hui que qui dit reggae dit rasta ?

C'est une grosse discussion, qui a commencé dans les années 1970, justement quand le reggae a commencé à devenir international, et que des gens se sont aperçus qu'il y avait de l'argent à faire avec cette musique. Il y a plein de gens qui n'étaient pas rastas, qui n'étaient pas du tout d'accord avec les grandes stars rastas à la mode, avec leurs messages un peu enflammés, qui disaient qu'on n'avait pas du tout besoin d'être rastas pour faire du reggae, que reggae n'est pas rasta. À quoi d'autres répondaient évidemment que retirer le rasta du reggae c'est lui enlever son âme, et que la force de cette musique c'était d'avoir un message qui correspondait à une frustration des pauvres du monde entier, que c'était cette force qui allait propager le reggae à travers le monde. Et c'est vraiment ce qui s'est passé.

Mais il faut aussi rappeler que tout ce qui existe dans le rasta existe ailleurs ! Si on regarde ce que défendent les rastas, on s'aperçoit qu'en fait il n'y a rien de neuf. Tout ce qui a été dit dans le mouvement rasta peut se retrouver, soit dans la philosophie hindou, soit dans le socialisme ou le marxisme, soit dans toutes sortes de pensées des temps modernes comme les surréalistes ou l'écologie évidemment. Les rastas n'ont pas inventé une pensée, ils l'ont glanée. 

Popularisé par Bob Marley, le reggae est né dans les quartiers pauvres de Kingston à la fin des années 1960. Évolution du ska et du rocksteady, le early reggae utilise un tempo plus rapide comme sur ce "Do the Reggay" gravé en 1968 par Toots Hibbert (Toots and the Maytals), qui revendique l'origine du terme.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Mais d'ailleurs, d'où vient-il, ce terme ? Hélène Lee nous éclaire :

Il y a plein d'explications pour ce mot, toutes différentes. Il y a des gens qui disent que ça veut dire "regular", les gens de la rue, les gens normaux. Il y en a qui disent que c'est une onomatopée qui imite la guitare à l'envers du reggae. Il y en a aussi qui disent que cela vient d'un jeu en Jamaïque [...].

Hélène Lee revient dans cette émission sur les évolutions de ce genre musical aujourd'hui mis à l'honneur, mais qui est encore source de nombreuses interrogations.

Intervenants
L'équipe
Production
Réalisation
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......